Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 17:23

Chroniqué de cet auteur:

La rêveuse d'Ostende


C'est un tout petit livre, qui se lit très vite, que nous propose ici Eric-Emmanuel Schmitt. Un tout petit livre comme il sait si bien les faire. Un tout petit livre dont les personnages laissent une trace. Une trace en nous, pour nous accompagner. On n'oublie pas facilement Jun. On s'interroge. On écoute ses réponses. Et on apprend. Au moins on réfléchit. On lutte contre des préjugés.

Parce que, vu le thème du roman, ce n'était pas gagné. Je suis allergique aux sumos. Je ne vois vraiment pas l'intérêt. Du moins je ne le voyais pas avant ce livre. Grâce à la magie des mots, Schmitt nous entraîne dans cet univers totalement méconnu. Et on découvre. On regarde tout cela d'un autre oeil.

C'est un roman d'apprentissage (comme souvent avec cet auteur). Celui d'un jeune garçon qui va peu à peu (com)prendre sa place dans le monde grâce à un autre personnage qui va croiser sa route. On suit avec bonheur ses évolutions, jusqu'à la scène finale qui m'a fait verser une petite larme.

L'autre thème de ce roman est la philosophie boudhiste et la spiritualité en générale.

Certains penseront que ce roman est trop léger, simpliste. C'est vrai qu'on n'a pas pas de grande explication sur le boudhisme zen. Mais en réalité, je dirais qu'on en a l'essentiel. Parce qu'à travers cette histoire on le ressent. J'ai l'impression de beaucoup mieux comprendre certaines pensées de cette philosophie. Peut-être parce que finalement tout cela ne passe pas par la tête mais par le coeur. Par les émotions.

Je garderai longtemps une place pour ce roman. Parce qu'il a besoin de temps pour s'épanouir en nous. On ne comprend pas immédiatement. On se dit que c'est un peu facile. Mais avec un peu de temps on se rend compte à quel point ce livre est humain.

Résumé : Dans une ville du Japon, de nos jours, un garçon de 10 ans grandit dans un orphelinat. Son père est mort de surmenage professionnel et sa mère est atteinte de cyclothymie aiguë. Comme tous les enfants de son âge, il est passionné de technologies et de jeux vidéo.
Étrangement, il a attiré l'attention d'un lutteur de sumo, de passage. Ce dernier, grand maître de force et de sagesse, a repéré le « gros » qui se cache en lui. Il entreprend donc, alors que ce gosse garde sa corpulence normale, de lui expliquer les éléments fondamentaux et les pratiques d'un sport ancestral et d'un art martial qui touche à la plus profonde philosophie zen...

Partager cet article

Repost0
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 15:13
Voilà un livre à ne pas rater! Tous les ingrédients sont réunis pour passer un très bon moment!

D'abord, une très belle histoire entre concierge passionnée d'arts (tous les arts : de la littérature à la peinture en passant par la musique) et une petite fille vivant dans son immeuble et qui souffre beaucoup de l'ambiance familiale, peut-être de la vie tout simplement. Un lien magnifique va se tisser entre ces deux mondes. Quelque chose de magnifique, qui met les larmes aux yeux!

Mais aussi un construction fantastique qui alterne les voix des deux personnages principaux (j'adore quand les auteurs arrivent à bien rendre les différentes voix) sous différentes formes. C'est une réussite et ça se lit vraiment très bien.

Et puis il y a toute la culture, toutes les réflexions que révèlent ce roman. C'est passionnant. On a envie d'approfondir, d'en savoir plus. De développer ces/ses connaissances! Mais surtout ce roman est un sublime condensé d'humanité. L'humanité avec toutes ses failles, ses douleurs, ses joies grandes et petites. On s'attache terriblement à tous ces personnages, on a envie de les retrouver, de s'asseoir avec eux et de partager un peu de leur vie.

Si vous ne l'avez pas encore découvert, vous avez de la chance! Préparez-vous à un merveilleux instant!

Résumé : "Je m'appelle Renée, j'ai cinquante-quatre ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois. Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j'ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l'image que l'on se fait des concierges qu'il ne viendrait à l'idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants. Je m'appelle Paloma, j'ai douze ans, j'habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches. Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c'est le bocal à poissons, la vacuité et l'ineptie de l'existence adulte. Comment est-ce que je le sais? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même. C'est pour ça que j'ai pris ma décision : à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, je me suiciderai. "

Partager cet article

Repost0
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 12:04

  Ce livre est assez difficile à raconter. En fait, il n'y a pas vraiment d'histoire. Ce qui est intéressant,  c'est l'écriture : imprévisible, drôle, surréaliste (selon le sens littéraire du terme). Cela ressemble à du Breton, à du Prévert, mais ça n'en est pas. Chevillard est unique. Il a un rythme, une verve, une ingéniosité qu'il ne soit à personne. Seulement à lui-même. Et c'est ça qui est fantastique. Au premier abord, on est un peu perdu, puis peu à peu on se laisse porter. Nulle besoin de se tordre les méninges, ça vient tout seul. On flotte sur une marée d'idées, de non-sens.
Vraiment réjouissant. On a l'impression de découvrir vraiment quelque chose de nouveau. Il ne faut donc pas hésiter à se laisser enchanter par cet auteur. A essayer au moins une fois pour voir par soi-même!

                  Pour découvrir les premières pages, cliquez sur l'image.


Du même auteur :

  • PALAFOX : tout aussi réjouissant dans l'écriture ! L'histoire est aussi plus facile à suivre. Mais pas vraiment plus facile à raconter. Disons que c'est un animal qui arrive dans une famille et qui va tout chambouler. Son nom : Palafox.

Un petit extrait : « Certes, à première vue, tout laisse à penser que Palafox est un poussin, un simple poussin puisque son œuf vole en éclats, un autruchon comme il en éclôt chaque jour de par le monde, haut sur pattes et le cou démesuré, un girafon très ordinaire, au pelage jaune tacheté de brun, un de ces léopards silencieux et redoutables, volontiers mangeurs d'hommes, un requin bleu comme tous les requins bleus, assoiffé de sang, en somme un moustique agaçant de plus, avec sa trompe si caractéristique, un éléphanteau banal, mais bientôt on se prend à en douter. Palafox coasse. Palafox nous lèche le visage et les mains. Alors nos certitudes vacillent. Penchons-nous sur Palafox. »

  • DEMOLIR NISARD : A conseiller à tous ceux qui sont allergiques à un certains types de critiques littéraires. Vous savez, les compassés, les sûrs-d'eux-à-100%. Ceux qui considèrent que le style est immuable et la littérature aussi. Tel est (selon Chevillard) Désiré Nisard, critique du 19ème. Et son personnage n'aura de cesse de le démolir, de le réduire à rien, de le faire disparaître. Par tous les moyans... La fin du livre est particulièrement réussit et éclaire le livre d'un point de vue très intéressant : comment anéantir son ennemi (surtout si celui-ci a déjà passé l'arme à gauche)? Je vous laisse découvrir la réponse de Chevillard.

Partager cet article

Repost0
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 11:55
http://ecx.images-amazon.com/images/I/41KQ7ZX0W9L._SL500_AA300_.jpgUn livre étonnant ! Il permet de réfléchir sur soi, sur le monde, dese construire. Disons qu'il apporte une pierre à l'édifice. Il se lit facilement, avec plaisir. Tout au long de l'ouvrage, c'est le livre qui parle, qui nous guide. On a un peu l'impression de lire un compte. Parfois on est surpris, parfois on est touché. A lire pour se faire sa propre opinion.

PS : De plus les fans de Werber retrouveront beaucoup de ces théories.
Résumé : Imaginez un livre qui serait comme un ami de papier. Imaginez un livre qui vous aide à explorer votre propre esprit. Imaginez un livre qui vous entraîne vers le plus beau, le plus simple et le plus étonnant des voyages. Un voyage dans votre vie. Un voyage dans vos rêves. Un voyage hors du temps. Ce livre vous le tenez entre vos mains.

Partager cet article

Repost0