Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 20:53
Un agréable roman policier. Je ne connaissais pas la littérature japonaise. C'est maintenant chose faite. Malgré sa longueur, ce roman se lit très bien. On est pris par le suspens et on avale les pages sans s'en rendre compte, en se demandant quelle va être la prochaine étape dans le parcours du meutrier. L'histoire se tient bien. On a le temps de découvrir les personnages ce qui évitent de se mélanger avec les noms de familles et les liens de parenté. Il y a aussi un petit côté fantastique/frisson qui n'est pas désagréable (bien que peu exploité).

 

On apprend aussi beaucoup de chose sur le Japon de l'après-guerre. Là encore l'ambiance est très intéressante. On s'y croirait! Les descriptions étant claires et bien intégrées au récit, on voit les lieux défiler et on a un peu l'impression de s'y trouver. De plus les personnages sont intéressants, attachants ou loufoques. J'ai particulièrement aimé le personnage de Noriko.

 

Deux petits bémol cependant: tout d'abord, on trouve assez facilement le meurtrier si l'on prend le temps de réfléchir un peu. Mais surtout (peut-être est-ce du à la traduction) certaines expressions se répètent et tout particulièrement tout se qui à trait à la transpiration...on a l'impression que le héros passe son temps à dégouliner. On est à deux doigts de patauger, voir de se noyer.

 

Mais ceci mis à part, on passe un bon moment et on ne s'ennuie pas une minute, même si on s'intéresse plus au déroulement de l'intrigue et aus intrigues secondaires qu'à la chute du roman.

 

Résumé : Des samouraïs transportants un trésor ont été assassinés il y a bien longtemps par les habitants avides du Village aux Huit tombes.
Le coup de folie de Yozo qui assassine plusieurs habitants du villages, des années plus tard, semble à tous être la vengeance des samouraïs. Yozo disparaît et cependant de nouveaux crimes surviennent 25 ans plus tard.
C'est avec le personnage de Tatsuya, le fils de Yozo, que le lecteur va faire la connaissance des villageois, de leurs secrets et de leurs rancunes !

 

 


Partager cet article

Repost0
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 18:57
Je suis en train de lire le tome 5 de cette série et avant d'en faire la critique je voulais donner un petit aperçu de l'ensemble!

Phryne Fisher, l'héroïne, est une jeune femme intrépide, pleine de vie et de passion, qui aime les hommes et ne recule devant rien. Elle est aussi d'une intelligence redoutable, ce qui fait d'elle l'un des meilleurs détectives de Melbourne. C'est un personnage attachant et sympathique et on l'a retrouve toujours avec plaisir. Autour d'elle gravitent de nombreux personnages secondaires : Dot (sa femme de chambre, toujours très raisonnable et d'une fidélité à toute épreuve), Bert et Cec (chauffeurs de taxi communistes que lie une amitié indéfectible), l'inspecteur Robinson... Ils sont tous plus intéressants, plus attachants les uns que les autres. Au fil des épisodes se greffent de nouveaux personnages tout aussi agréables.

On découvre aussi le Melbourne des années 20, son ambiance, ses fêtes et ses bas-quartiers. Les enquêtes policères sont bien menées, intéressantes et ingénieuses (même si elles ne sont pas toutes du même niveau).

On trouve dans l'ordre:

-Cocaïne et tralala
-Trafic de haut-vol
-Un train pour Ballard
-Phryne et les anarchistes
-Le Moulin Vert

J'ai tout particulièrement aimé Un train pour Ballard que j'ai trouvé très bien ficelé et qui nous permet de rencontrer deux personnages très attachants qu'on retrouve par la suite.

Cette série est vraiment très agréable à lire et je ne m'en lasse pas. Kerry Greenwood dresse le portrait d'une femme forte et indépendante, qui tient à mener sa vie comme elle l'entend. C'est réjouissant de suivre une telle héroïne.

NB: c'est la couverture anglophone que vous voyez ici. Je trouve celle française assez peu réussie.

Partager cet article

Repost0
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 21:09
Je voulais lire ce roman depuis longtemps. Ma mère m'en avait beaucoup parlé et m'en avait dit le plus grand bien. Je n'ai pas été déçue. C'est un livre admirablement bien écrit et surtout très bien mené. On ne s'attend pas aux retournements de situation et on est de plus en plus surpris, comme le personnage principal d'ailleurs (même si on a plus de doutes qu'elle quand même). L'héroïne est très attachante et son changement au 2/3 du roman est vraiment intéressant. Je lisais une quatrième de couverture qualifiant Daphnée du Maurier d'auteur "subversif". Je comprends à présent pourquoi. En effet, la victime finit par vaincre ses assaillants en utilisant les mêmes armes qu'eux. Ils sont pris à leur propre piège. Cependant l'auteur prône de belles vertus comme le courage, l'abnégation ou l'amour. Car finalement Rebecca est une magnifique histoire d'amour, celle d'une jeune femme qui va se réveler dans les moments les plus difficiles et affronter le malheur pour garder l'homme qu'elle aime. Je me suis beaucoup attachée à l'héroïne, qui m'a fait penser un peu à Jane Eyre. Face à elle le personnage de Rebecca à quelque chose de fascinant. On sent sa présence dans tout le livre, à chaque page. Elle finit par hanter le lecteur comme elle hante les personnages. Et c'est finalemnt d'elle dont on se souvient, même si on ne la voit jamais.


J'ai aussi adoré l'ambiance de ce manoir, avec tous les rituels, les habitudes et surtout les paysages absolument magnifiques de bord de mer. De plus ce roman est très bien construit, on voit une véritable progression dans les personnages, des étapes et les renversements de rapports de force. Seul la dernière page m'a laissée perplexe...on voit bien la symbolique, mais c'est un peu ... brutal.


L'histoire policière, l'enquête autour de Rebecca, est très réussie. On se laisse prendre, on a envie de savoir comment cela va se passer. Au bout d'un moment on ne peut plus s'arrêter de lire. C'est passionnant. jusqu'à la révélation finale. Un excellent policier, mené de main de maître par un grande dame du crime qui sait insuffler à son roman toute l'ambiance feutrée des manoirs anglais, où de grands drame se trament en silence. Un vrai moment de suspense que je vous conseille vivement!


Résumé : Une jeune femme, la narratrice, anonyme, travaille pour Mme Van Hopper, vivant dans un hôtel de Monte Carlo. Elle y rencontre Maxim DeWinter, d'âge moyen, 42 ans, veuf depuis peu. Les deux développent une amitié qui, en quelques semaines, devient d'un romantisme décalé, en raison de la différence d'âge, mais aussi du nom supposé exotique et unisexe du personnage principal. Quand vient le temps pour Mme Van Hopper de quitter Monte-Carlo, Maxim lui propose de l'épouser et de vivre avec lui dans sa sublime demeure dans l'ouest de l'Angleterre, Manderley. Elle accepte. À leur arrivée, ils sont accueillis par l'ensemble du personnel, dont la gouvernante, Mme Danvers, qui la compare constamment à Rebecca, la précédente épouse de Maxim, morte noyée quelque temps auparavant. La présence de Rebecca est immédiatement perceptible, comme quand elle était vivante et qu'elle dominait le ménage. La présence de Rebecca se fait toujours plus apparente, avec l'aide de Mme Danvers, qui joue constamment avec Mme DeWinter, qui développe nervosité et inquiétude sur son statut dans le ménage.

Lu pour la catégorie Europe de mon challenge sur la littérature policière des 5 continents.


Partager cet article

Repost0
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 18:48
J'ai choisi cette couvertur car c'est avec Dix petits nègres que j'ai découvert Agatha Christie. J'ai adoré ce livre. Je l'ai lu d'une traite. C'était un livre imposé par mon professeur de français. On avait le choix avec un autre. Je n'ai jamais regretté d'avoir pris celui-là.
J'adore cet auteur. Tout d'abord parce que c'est une femme admirable, pleine d'humour et de charme, comme en témoigne son autobiographie "La romancière et l'archéologue", où elle raconte qu'en la voyant entrer dans un magasin une vendeuse s'écria "Mais Madâaaaame, nous ne faisons pas les grandes tailles". On s'amuse énormément en lisant ce livre. On voit aussi l'amour qu'elle portait  son archéologue de mari et le respect qu'elle avait pour le peuple égyptien (son mari a fait des fouilles en Egypte). Je vous conseille vivement ce livre.

Mais surtout Agatha Christie est un auteur hors pair. J'aime les romans policiers. J'en ai lu beaucoup. Généralement je trouve le coupable avant la fin. Hors, je n'y suis jamais arrivée avec elle. Et pourtant, on a tout sous les yeux (comme elle le dit au début de Cartes sur table). Il y a toujours un retournement de situation logique, évident, imprévisible. Ces intrigues sont de véritables bijoux.

Enfin (même s'il n'y avait que cela je l'adorerais au moins pour ça) elle a crée Hercule Poirot, un détective exceptionnel, époustouflant. Je l'adore. Je suis fan. Il a un charme, un petit côté décalé...et j'adore la manière dont il résoud les énigmes.

Je vous conseille vivement de découvrir cet auteur si ce n'est pas déjà fait (ce qui m'étonnerait un peu).

Mes préférés : Dix petits nègres / Rendez-vous avec la mort/ Mort sur le Nil/ La maison du péril/ Le crime de l'Orient Express / L'heure Zéro.

Et la bonne nouvelle, c'est que vu le nombre de livres qu'elle a écrits je ne suis pas au bout de mon plaisir!

Partager cet article

Repost0
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 18:29
J'ai découvert cet auteur et le personnage du juge Ti il y a quelques années. J'ai tout de suite accrochée et me suis procurée tous les autres tomes. L'image ci-contre est la couverture du premier volume.
Le personnage central est un juge (dont on va suivre la carrière tout au long des différents tomes) avec divers accolytes (le sergent du tribunal, ses deux lieutenants). On retrouve ses personnages chaque fois avec plaisir. On suit leur évolutin et leurs aventures généralement assez agitées.
De plus, il y a énormément de références à la Chine de la dynastie des Tang (vers 700 après JC). C'est vraiment passionnant. Van Gulik est un historien et un conteur de génie. On ne s'en lasse pas.
Les enquêtes sont excellentes, on a du mal à trouver le fin mot de l'histoire. Souvent, des intrigues se mêlent mais on ne se perd jamais. De plus une page en début d'ouvrage rappelle les personnages et leur fonction. On peut donc s'y reporter facilement en cas de trou de mémoire ou de lecture interrompue.
Mon titre préféré : "L'enigme du clou chinois". D'une part c'est le premier que j'ai lu (ce qui, je ne sais pas pour vous, crée souvent un attachement particulier pour moi), d'autre part parce que le juge y fait preuve de beaucoup d'humanité. On en apprend aussi énormément sur la condition de la femme à cette époque. La réaction du juge me fait un peut penser à celle de Poirot dans "Le crime de l'Orient express".

Je vous conseille vivement n'importe quel tome de cette série. Vous ne serez pas déçus.

Partager cet article

Repost0
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 17:00

     Un policier qui se passe pendant la nuit d'Haloween. Très bien mené, même si on peut trouver le fin mot de l'histoire avant l'explication des protagonistes. C'est particulièrement agréable de voir les voix des personnages se mélanger, avec leurs joies, leurs peines,leurs soucis. On s'attache à eux et on partage tous leurs tracas.Ce livre parle aussi beaucoup des secrets de famille ou de ce que certaines idées préconçues peuvent provoquer. Une réussite. Malika Ferdjoukh sait (une fois de plus) parler avec beaucoup d'humanité de l'enfance / adolescence et faire parler ses personnages pour nous permettre de faire un petit bout de chemin à leurs côtés.

Résumé : Aujourd'hui, 31 octobre, trois générations de Coudrier sont réunies à la Collinière, la grande demeure familiale entourée de forêts et d'étangs, pour fêter, comme chaque année, l'anniversaire de Papigrand, le patriarche. Comme c'est aussi Halloween, Mamigrand a envoyé les petits chercher des citrouilles au potager pour les voisins américains. Mais dans le carré de cucurbitacées encore enveloppé des brumes de l'aube, il y a comme un pépin. Un homme étendu de tout son long, plein de taches rouges, silencieux. Mort. A première vue, personne ne le connaît. L'affaire pourrait donc n'être pas si grave que ça. Le problème, c'est que dans la famille, il y a au moins trois mobiles criminels possibles. Donc trois assassins potentiels. Sans compter tous les secrets qu'on n'a pas encore découverts...

Pour lire le début, cliquez sur l'image.

Partager cet article

Repost0