Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 09:34

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51BPKS9R3SL._SL500_AA300_.jpgUn très grand merci à Emmyne pour cette agréable découvertre!

 

Un roman polcier historique se déroulant sur les chemins de Compostelle. On sent que Viviane Moore maîtrise parfaitement son sujet. On découvre une multitude de détails sur la vie des pélerins et les différentes étapes de leur pélerinage. On voit les difficultés qui parsèment cette route. Le bonheur d'arriver. La force de leur foi. Grâce à la plume de l'auteur, on a l'impression de vivre un peu de ce passé. Un peu de cet époque. Grâce au lexique on n'est jamais arrêté par un mot. D'ailleurs l'ensemble se comprend aisément. Viviane Moore a un style superbe. A la fois sobre et puissant. Un peu médiéval. Ce qui convient à merveille à son sujet.

 

L'intrigue policière est menée, elle aussi, de main de maître. Difficile de connaître précisément l'assassin avant la fin. On a bien des doutes, mais l'auteur s'amuse à brouiller les pistes et chaque personnage a des choses à cacher et peut être suspect. On s'attache à certains personnages. On en déteste d'autres. On découvre (ou on retrouve) avec plaisir Galeran de Lesneven, héros récurrent. C'est d'ailleurs ici le tome 6 de ses aventures.

 

Une belle écriture et un livre passionnant. J'ai hâte de lire les tomes précédents!

 

Résumé :La Mauresque l'a prédit : " Prends garde à toi, chevalier ! Tu marcheras sur un blanc chemin et les étoiles dans le ciel seront tachées de sang ! Souviens-toi... " Les cloches de la grand-messe pascale résonnent encore que des milliers de pèlerins quittent la bonne ville du Puy pour cheminer vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Entre chien et loup, comme les démons auxquels il ressemble, l'assassin frappe une première fois, puis une seconde, puis... Se mêlant aux Jacquets, le chevalier Galeran de Lesneven se lance sur sa piste, ne pouvant imaginer ce qui l'attend au bout de ce singulier pèlerinage...

Partager cet article

Repost0
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 11:02

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41TJkh1oqGL._SL500_AA300_.jpgOn retrouve dans ce livre l'écriture fluide de Janine Boissard. Même si on a parfois une impression de déjà vu, on prend plaisir à suivre cette histoire peu banale. Une jeune femme, qui ne s'est jamais remise de la mort de sa soeur, trouve un petit garçon devant sa porte. L'occasion d'une nouvelle vie? Ou de mieux comprendre le passé?

L'intrigue en elle-même reste assez prévisible, même si on est parfois surpris du tour que prennent les évènements. Mais ce qui marque dans ces lignes, ce sont les personnages. Ils sont à la fois étonnants et très proches de nous, avec leurs questions et leurs faiblesses. Juan, qu'on ne découvre qu'en deuxième partie, est celui qui m'a le plus touchée, avec son histoire, ses failles et son courage. Armelle et Vic sont aussi splendides, rayonnantes. On s'attache à tous ces gens. On a envie de partager quelque chose avec eux. On leur garde un petit coin de mémoire. Comme pour de vieux amis.

Janine Boissard sait mettre en place une ambiance. Une atmosphère. On s'y croirait. Le Pavot (la maison où vive les personnages). La Sicile. On a l'impression d'y être. On évolue dans ces décors. Mais surtout, Janine Boissard a un véritable don pour parler d'amour. L'amour sous toutes ses formes. Elle donne envie de tomber amoureux. D'aimer. C'était déjà le cas dans l'Esprit de famille. On retrouve cette impression dans ce roman. Elle sait faire ressentir tout cet amour qui lie les personnages. Amour familiale. Amour pour l'autre. Amour-amitié.

Une excellent moment de lecture. Beaucoup d'humanité et surtout d'émotion.

Résumé
: Qui a envoyé à Manon, 28 ans, le tout petit garçon qu'elle découvre ce soir-là, recroquevillé sur son paillasson, avec ce seul message : " Sauvez-le " ? Quel danger le menace pour qu'il semble si perdu, si effrayé ? La longue et périlleuse enquête que Manon va mener la replongera dans un passé douloureux qu'elle tentait en vain d'oublier. " Loup y es-tu ? " Le loup est bien là. Mais au cours de sa folle aventure, Manon, qui déjà connaissait l'amitié, trouvera enfin l'amour.

Partager cet article

Repost0
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 11:13

FINAL.png

C'est avec ce livre que j'ai découvert Fred Vargas.

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51NDPNJYCFL._SL500_AA240_.jpg

Chroniqué de cet auteur : L'homme aux cercles bleus

 

Un gros coup de coeur pour cet auteur. De bons romans policiers, comme je les aime. Pas de violence (ou presque) et beaucoup de réflexion. A cela, l'auteur ajoute une véritable connaissance historique. Au final, un roman passionnant qu'on à peine à lâcher.

L'intrigue est particulièrement bien mené. Difficile de prévoir la fin. Fred Varags fait montre d'une véritable virtuosité pour nous conduire là où elle le souhaite. Pour notre plus grand plaisir.

De plus le contexte moyen-âgeux qui entoure cette enquête est très intéressant et donne envie d'en savoir plus sur cette période et sur un point en particulier (qui est le centre de l'intrigue et que je ne dévoilerai donc pas). On apprend beaucoup de détails et on sort de cette lecture avec l'impression d'avoir appris beaucoup.

Mais ce sont surtout les personnages qui m'ont séduite. Adamsberg évidemment, avec sa logique bien à lui, ses bizarreries, son amour pour Camille. L'insaisisssable Camille. Les trois "évangélistes" (qu'on retrouve dans Debout les morts) vraiment étranges. Et surtout Danglard, l'adjoint du commissaire, fidèle, loyal, bon père de famille. On a envie de les connaître pour de vrai, tant ils sont atypiques et attachants.

Un excellent moment de lecture!


Résumé : Ce sont des signes étranges, tracés à la peinture noire sur des portes d'appartements, dans des immeubles situés d'un bout à l'autre de Paris. Une sorte de grand 4 inversé, muni de deux barres sur la branche basse. En dessous, trois lettres : CTL. A première vue, on pourrait croire à l'œuvre d'un tagueur. Le commissaire Adamsberg, lui, y décèle une menace sourde, un relent maléfique. De son côté, Joss Le Guern, le Crieur de la place Edgar-Quinet, se demande qui glisse dans sa boîte à messages d'incompréhensibles annonces accompagnées d'un paiement bien au-dessus du tarif. Un plaisantin ou un cinglé ? Certains textes sont en latin, d'autres semblent copiés dans des ouvrages vieux de plusieurs siècles. Mais tous prédisent le retour d'un fléau venu du fond des âges...


Partager cet article

Repost0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 11:03
Voilà une question qui ne figure pas dans le tag que j'ai publié hier: quel est le livre qui vous a le plus agacé? Sans hésitation, j'aurais parlé de tous ces auteurs qui s'acharnent à écrire la suite de séries très connues tout en trahissant joyeusement l'idée même de la série (ou du livre). Dans cette catégorie peu glorieuses, je mettrais la suite de Rebecca (Daphnée du Maurier) qui s'intitule La malédiction de Manderley (Susan Hill) (rien que le titre...mais où est la sobriété de Daphnée du Maurier?) et surtout ces nouvelles aventures du juge Ti.

Pourtant, je suis partie confiante. Je me suis dit chouette! une suite! Parce qu'au départ, je n'ai rien contre les suites, même si ce n'est pas le même auteurs. Il y a d'excellentes suites en littérature comme au cinéma. Mais là, j'ai fulminé pendant les trois-quart du livre. Agaçant. Agaçant. Agaçant.

L'auteur dénature complètement les personnages de Van Gulick. Il donne au sergent Hong (la dignité et la fidélité même) un côté insolent, capricieux. Quand au jue Ti, il perd complètement sa dignité, sa sérénité. J'avais l'impression de voir d'autres personnages. Des imposteurs. On sent aussi que Frédéric Lenormand ne maîtrise pas le sujet de la Chine ancienne. Plus aucun détails sur cette civilisation, alors que cela fait partie intégrante de l'oeuvre de Van Gulick. L'ambiance, le contexte sont plats. Très plats.

Quant à l'enquête...si on peut appeler ça une enquête, j'avais trouvé la solution 150 pages avant les protagonistes. Et le livre ne fait que 250 pages. Limite insupportable. Je ne suis arrivée au bout que pour vérifier la résolution de l'enquête. Je me disais qu'il y avait peut-être un truc. Et bien non.

Si ce la n'avait pas été la suite d'une série que j'adore, j'aurais trouvé ce policier un peu fade, mais pas désagréable. Mais là, je suis déçue. Extrèmement déçue. Alors n'hésitez pas à lire la série d'origine qui est une merveille et surtout si vous voyez cette suite, passez votre chemin.

Résumé : En l'an 668, surpris par une inondation spectaculaire, le juge Ti se réfugie dans une auberge de province. Le lendemain, un des hôtes est assassiné. D'autres cadavres flottent bientôt sur les eaux d'une crue toujours plus menacante. Accompagné de son fidèle Hong, Ti suit la piste d'un splendide château aux occupants étranges et inquiétants. Quel secret protègent-ils si farouchement?

Partager cet article

Repost0
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 20:20
Ce livre m'a été envoyé par Pascale (que je remercie encore vivement et doublement, d'abord parce qu'elle m'a beaucoup gâtée et ensuite parce que j'ai passé un excellent moment avec ce livre) pour le SWAP Paris!

Ce livre est le premier de la série mettant en scène le commissaire Adamsberg. On découvre le personnage, sa vie avant d'arriver à Paris, ses amours ou plutôt son Amour, celui qu'il porte à Camille. Immédiatement on s'attache à cet homme. On ne peut pas faire autrement. Comme tous les personnages on est sous le charme. On le suivrait n'importe où.

Fred Vargas mène le récit d'une main de maître. On entre immédiatement dans l'histoire. On n'a plus envie de lâcher ce roman. Jusqu'au mot FIN. On suit les théories d'Adamsberg. Ces rêveries. Et surtout la prolifération dans Paris de ces cercles bleus entourant des objets hétéroclites. Comme le commissaire, on sent que cela ne présage rien de bon.

L'auteur a l'intelligence de ne pas centrer tous ces "chapitres" sur le commissaire ou sur l'enquête. Comme dans ces autres romans, les passages avec le personnage principal alternent avec d'autres tournant autour d'une multitude d'autres personnages plus stupéfiants, plus attachants (ou agaçants) les uns que les autres. Eux aussi on a du mal à les quitter. Car si on sait qu'on retrouvera Adamsberg dans d'autres romans, qu'en est-il de Mathilde? de Charles?

Cette lecture m'a vraiment donné envie de lire les autres volets de la série (si possible dans l'ordre). J'ai déjà lu Pars vite et reviens tard, Debout les morts et Coule la Seine. J'avais eu beaucoup de plaisir à entrer dans l'univers de Fred Vargas. Et ça encore était le cas cette fois-ci. Si vous aimez les romans policiers, ne passez pas à côté de ce(tte) fantastique auteur(e). Mais un bon conseil : ne commencez pas ce livre si vous avez des choses urgentes à faire...car on le lâche difficilement!

Résumé : " Victor, mauvais sort, que fais-tu dehors ? " Depuis quatre mois, cette phrase accompagne des cercles bleus qui surgissent la nuit, tracés à la craie sur les trottoirs de Paris. Au centre de ces cercles, prisonniers, un débris, un déchet, un objet perdu : trombone, bougie, pince à épiler, patte de pigeon... Le phénomène fait les délices des journalistes et de quelques psychiatres qui théorisent un maniaque, un joueur. Le commissaire Adamsberg, lui, ne rit pas. Ces cercles et leur contenu hétéroclite sont de, mauvais augure. Il le sait, il le sent : bientôt, de l'anodin saugrenu on passera au tragique.

Partager cet article

Repost0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 18:45
Comme certaines blogueuses perspicaces l'ont remarqué, en regardant ma rubrique en cours, on aurait pu croire que je lisais un roman policier haletant. En fait...j'ai changé d'avis à la dernière image et ,étourderie oblige, je n'ai pas changé le visuel.

Cependant, celles qui me croyaient plongé dans un polar haletant ne se trompaient pas de beaucoup. En effet, comme ne le laisse pas du tout présager cette couverture rose bonbon et cette magnifique petite robe (je veux la même!), ce roman sait allier chick-litt et roman policier. Je dois dire que je ne m'y attendais pas du tout. Surtout vue l'héroïne, ancienne chanteuse pour teenager. Je sentais qu'elle allait m'agacer...mais le titre m'intriguant, j'ai tout de même craqué...et j'ai découvert que Heather (mis à part sa manie de se faire des films dès qu'elle croise son charmant colocataire...ce qui est rendu de manière un peu maladroite, voire nunuche) est très sympathique. Elle est loin d'être geignarde, sait se prendre en main et fait parfois même preuve de courage. Etonnée je fus.

En plus, l'enquête policière est bien menée et je ne m'attendais pas au coupable. En fait, on découvre les suspects, les fausses pistes, le coupable, en même temps que notre héroïne, ce qui nous la rend très proche. On ne s'identifie pas forcément, mais on la trouve agréable. En plus, c'est un plaidoyer pour les filles gentilles.

Et surtout, je ne connaissais pas ce mélange de genres et je fus agréablement surprise.

J'ai donc passé un très bon moment...un seule question, comme expliquer à mon entourage la nécessité où je me trouve d'acheter la suite?

Résumé : Heather Wells, ex-lolita de la pop, ne veut plus être victime de la mode. Elle se sent très bien en jean. Et sa vie d'avant, les paillettes et les larmes, non merci. Elle décroche un job dans une résidence d'étudiants où l'on ne s'ennuie vraiment pas : deux filles meurent coup sur coup. Heather est persuadée qu'il s'agit de meurtres. Ça tombe bien, le sublime garçon qui l'héberge dans sa sublime maison - Cooper est détective. En plus, il se fiche qu'elle fasse du 46 ! Une nouvelle vie commence pour Heather ! Pour un peu, elle porterait même une robe...

Partager cet article

Repost0
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 16:56
Voilà mon cinquième et dernier roman policier pour mon challenge Littérature Policière des 5 continents organisé par Catherine. Celui-ci représentait le continent africain.

C'était le roman qui me laissait le plus dubitative...je me demandais si ça ne risquais pas d'être trop violent ou ennuyeux avec trop d'espionnage....et en fait, j'ai adoré! c'est celui que j'ai préféré.

J'ai adoré l'intrigue, vraiment très bien menée, originale, avec de nombreux retournements de situation qui m'ont laissés sans voix (surtout la fin...exceptionnelle!). On apprend beaucoup de choses sur l'apartheid, l'Afrique du Sud, le rôle de l'URSS et des USA  dans la guerre qui a déchiré le pays. Je ne connaissais pas du tout cette période, mais l'auteur ne laisse jamais le lecteur sans explication, il intègre très bien des pages de l'Histoire sud-africaine, sous différentes formes, de manière à ce que ce ne soit jamais indigeste. J'ai même réussi à suivre les différentes affaires d'espionnage et de contre-espionnage, ce qui tient du miracle, vu que quand je regarde un James Bond, au bout de inq minutes j'exaspère tout le monde avec mes "mais qu'est ce qui se passe" et "mais lui c'est qui?"....Ici, tout s'enchaîne. On prend son temps...et l'ensemble devient clair.

De plus je me suis attachée au personnage de Thobela. J'ai aimé sa complexité, son évolution tout au long du livre. Ses doutes. Ses hésitations. Toutes ces choses qui le rendent tellement humain. Pareil à chacun d'entre nous. Il est à la fois en quête de rédemption, mais aussi de lui-même. Tout au long de l'ouvrage, les autres personnages, comme le lecteur essaye de le cerner. Personne n'y arrive. Il est insaisissable. mouvant. A la fois beauté et haine. Force et fragilité. Comme les paysages qu'il traverse. Paysages magnifiquement rendus par l'auteur, dans un style flamboyant, rythmé, unique.

Je me suis tout de suite laissée prendre par ce style. Je ne voulais plus lâcher ce livre tellement c'était beau, étonnant. On plonge dans l'histoire. Jusqu'au bout. C'est une magnifique fresque avec un souffle épique remarquable. Thobela devient alors un véritable héros tragique face au Fatum. Ce n'est qu'à la fin qu'il entrapercevra ce qu'il est...et ce qu'il veut devenir. Un pur régal.

Résumé : Véritable force de la nature, " P'tit " Mpayipheli s'est refait une vie honorable après sa mise au chômage par les services secrets sud-africains lorsque la fille d'un vieux camarade de lutte lui demande son aide : son père a été enlevé et ses ravisseurs menacent de le tuer si elle ne leur livre pas la rançon bien particulière qu'ils exigent. Que faire ? Renouer avec un passé de meurtres et de corruption qu'il a eu du mal à mettre derrière lui pour sauver son ami ou le laisser tomber pour protéger sa nouvelle existence ? Il n'hésite pas et les ennuis commencent : derrière le kidnapping, c'est en effet tout autre chose qui se joue et l'oblige à jouer son va-tout. Superbe course poursuite à travers une Afrique du Sud toujours en proie à ses vieux démons.

Partager cet article

Repost0
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 09:15
Résumé : Un arnaqueur évite les agressifs. Et encore plus les agressifs armés.
Solal a oublié cette règle. Résultat, il est mort, assassiné par un mauvais perdant.
L'affaire aurait dû en rester là. Mais Solal a un frère : Cash. Et Cash a décidé de le venger. A sa manière. En élaborant une arnaque de haut vol.
Toutefois, l'adversaire est sur ses gardes. Et Cash et ses amis se sont peut-être attaqués à plus fort qu'eux... Dans ce genre d'opération, les alliances se font et se défont, les complices sont parfois des traîtres et les traîtres des complices. A la fin, une seule chose compte : qui est le pigeon ?



Ce film m'a bluffé. Complètement. Je ne m'attendais pas du tout à tous ces retournements de situations. Surtout vues les critiques qui parlaient d'un Ocean's 11 à la française. Ici les retournements sont beaucoup plus subtiles et beaucoup moins prévisibles. On ne sait plus qui manipule qui et cela jusqu'à la dernière minute. Si cela complique un peu la compréhension du film (je pense le revoir une deuxième fois car j'ai du raté des choses), ces rebondissements sont réjouissants. Quand à la fin elle est même jubilatoire.

De plus les acteurs sont admirablement bien choisis, bien dans leur(s) rôles. Jean Dujardin est comme toujours saisissant face à un Jean Reno au meilleur de sa forme. Mais tous les autres acteurs sont tout aussi fantastiques.

Finalement, ce film est un petit clin d'oeil aux acteurs, qui comme les arnaqueurs jouent avec la réalité pour mieux arriver à leur fin. De même ce film n'est pas ce qu'il semble être. Avoir pour être étonné et passé un excellent moment.

Partager cet article

Repost0
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 11:58

J'ai eu beaucoup de mal à trouver un visuel. J'ai finalement trouvé ces deux tranches. J'ai lu un ensemble de nouvelles dans le premier tome.

J'avais découvert cet "auteur" avec le Char de Phaeton que j'avais trouvé très bien écrit. J'ai donc choisi de lire un nouvel opus pour le challenge Littérature Policière des 5 continents, afin de continuer ma découverte de cette série et de faire partager ce très bon moment de lecture.

Ellery Queen est un détective assez particulier. Il a un petit côté british à la fois agaçant et attendrissant. Il se rapproche beaucoup sur certains points d'Hercule Poirot. Il utilise énormément sa capacité de déduction hors-norme afin de trouver la clef de l'énigme. Le lecteur a exactement les mêmes éléments que lui. Il est donc très amusant de chercher à trouver l'assassin aussi vite que lui, voir avant lui. Il n'y a presque pas de courses-poursuites, mais souvent le suspense est au rendez-vous.

 

Ces nouvelles sont assez variées, tant au niveau de la difficulté de résolution qu'au niveau intrigue et dénouement.

 

Le commis voyageur : très amusant. Ellery Queen forme des apprentis-détectives et leur soumet une enquête afin de voir comment il se débrouille. On a absolument les mêmes indices qu'eux, ce qui nous permet de nous identifier facilement. Le dénouement est assez logique. Pas très surprenant, mais efficace.

 

La mort de l'acrobate : un grand classique sur le trio amoureux. Le dénouement est relativement sans surprise. C'est la nouvelle que j'ai le moins aimée. Cependant la dernière réplique est très amusante, très fine.

 

Le timbre noir : un timbre d'une grande valeur a été volé. Ici, l'intrigue se complexifie. Deux enquête se mélange. Le dénouement est bien trouvé, quoiqu'assez classique. L'auteur joue sur une mécanique qui fonctionne bien.

 

Les trois boiteux : j'ai beaucoup aimé cette nouvelle (basée sur un enlèvement). Rien que le titre me fait penser à un conte des Mille et une nuits. Une fois de plus, on a tout les indices, mais ça commence à se corser sérieusement. On essaye de voir où tout cela mène et le dénouement est très bien trouvé. Tous les indices se rassemblent pour nous éclairer.

 

L'invisible amoureux : encore un grand classique sur la jalousie amoureuse. Une jeune fille. Deux jeunes hommes. Un meurtre. Tout cela paraît évident. Mais le raisonnement d'Ellery Queen va montrer qu'il faut se méfier des apparences. L'explication du mystère est claire comme de l'eau de roche. On se dit : mais pourquoi n'y ai-je pas pensé? mais on n'y a tout de même pas pensé...

 

Le chien à deux têtes : c'est l'une des deux nouvelles que j'ai préférée. L'ambiance est vraiment angoissante. Cela fait un peu penser au chien des Baskerville. Le dénouement est saisissant. On s'attend à tout sauf à ça. On est réellement pris dans l'histoire. Un pur moment de plaisir.

 

La pendule sous globe : c'est peut-être la nouvelle dont le dénouement est le plus complexe. On prend plaisir à suivre le raisonnement d'Ellery et à le comprendre. On apprend aussi certains détails sur les pierres précieuses. On a vraiment envie de voir comment Ellery va aboutir à la solution.

 

Les sept chats noirs : cette nouvelle est très étrange. Elle joue sur les symboles (les chats noirs, le chiffre sept...) et distille une atmosphère très curieuse. L'auteur sait nous faire voir les décors, les personnages, leur manière de vivre. On cherche la solution de l'énigme. J'avais un doute. Mais il n'a été confirmé qu'à la toute fin.

 

La pendule et le miroir : Le déroulement de cette enquête est rocambolesque. Les personnages sont haut en couleur. On ne s'attend pas du tout à la fin. C'est extrèmement bien trouvé, avec plusieurs références littéraires. Une véritable réussite!

 

Finalement, j'ai eu une impression très positive de ce recueil. J'ai suivi avec intérêt toutes ses enquêtes et me suis bien amusée à chercher les coupables. Un petit bémol peut-être : on reste un peu sur sa fin. On voudrait que cela dure plus longtemps. Je vais donc continuer à lire les autres romans de mon pavé Omnibus...

 

Lu dans le cadre du challenge littérature policière des 5 continents pour l'Amérique.

Partager cet article

Repost0
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 14:43
On prend toujours autant de plaisir à retrouver Miss Fisher. Cette jeune femme intelligente et dynamique, insolente et séductrice nous amène des boîtes branchées de Melbourne au bush (végétation) australien sur les traces d'un mystérieux assassin. Une fois encore, les intrigues se mêlent pour notre plus grand bonheur et on découvre de nouvelles facettes de cette héroïne. On retrouve aussi avec bonheur les personnages récurrents gravitant autour d'elle comme Mr B., Dot, Cec et Bert... l'auteur fait même quelques clins d'oeil aux tomes précédents.

Il n'y a aucun temps mort. On apprend beaucoup de choses sur l'aviations de l'époque, le bush autralien. Cela donne envie d'en découvrir plus.

 

Rien n'est oublié : intrigue policière, sombre histoire de famille, relations amoureuses passionnées. Car finalement, l'intérêt de ce livre n'est pas forcément de découvrir l'assassin (on s'en moque un peu à vrai dire) mais tout ce qui va se passer à partir du crime. L'intérêt de cette série est de rencontrer une foule de personnages, attachants ou répugnants, de découvrir des parcelles de leur vie. Dé réfléchir à tout ça. On a l'impression d'avoir fait un bout de chemin avec eux. D'avoir d'autres reflets de la nature humaine.

Crime au Moulin Vert est peut-être le plus intimiste que j'ai lu. Je ne le regrette pas. C'est un excellent souvenir. Une belle découverte.



Résumé
: Sur la piste du très sélect Moulin vert de Melbourne, le concurrent d'un marathon de danse s'effondre, poignardé, aux pieds de Phryne Fisher, riche aventurière et détective à ses heures. La belle a des nerfs d'acier, pourtant, lorsque peu après son chevalier servant disparaît lui aussi, son sang ne fait qu'un tour ! Chargée par la mère du jeune homme, une veuve au cœur de pierre mais à la larme facile, de retrouver son fils, l'intrépide jeune femme va plonger corps et âme au cœur des secrets bien gardés de la haute bourgeoisie australienne des Années folles. Phryne tourbillonne à un rythme d'enfer et prend tous les risques, passant des bras d'un joueur de banjo un peu cachottier à ceux d'un ermite pas aussi sauvage qu'il y paraît, au cours d'une aventure qui la conduit des boîtes de jazz enfumées de la capitale jusque dans l'immensité du bush australien... Et c'est sur un air de blues qu'elle finira par piéger l'assassin du Moulin vert.

Lu dans le cadre du Challenge Littérature policière des 5 continents pour l'Océanie.

Partager cet article

Repost0