Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 10:42

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51IL9W053tL._SL500_AA300_.jpgBillet pour les tomes 1 à 5

 

Je poursuis la lecture de cette saga que j'aime de plus en plus. L'intrigue est toujours bien construite, les personnages sont de plus en plus attachants (mention spéciale à Alice, à Grimalkin et à John Gregory) et surtout il y a de plus en plus de suspens. A la fin du tome 6, on se demande vraiment comment notre héros va pouvoir s'en sortir.

 

J'ai surtout apprécié que les personnages soient plus étoffés. On découvre de nouvelles facettes dans le caractère de Tom, de la mère de celui-ci. On est touchés lors de certaines scènes, au point d'en avoir les larmes aux yeux. Il est aussi intéressant que les personnages soient plus nuancés. La plupart sont à la frontière entre le bien et le mal. Cette complexité contribue aussi à rendre les héros plus humains que dans les autres tomes. On a envie de les retrouver très vite!

 

Les description sont très vivantes. On a l'impression d'être dans ce décor...Ce qui est parfois un peu angoissant, car certains endroits ne donnent pas envie de s'y promener!

 

Un excellent tome! Vivement la suite!

Partager cet article

Repost0
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 12:32
http://ecx.images-amazon.com/images/I/41sUYrLQFQL._SL500_AA240_.jpgTome 1 : l'enfant trouvé

C'est d'abord la présentation de ce livre qui m'a attirée. Une belle couverture cartonnée, un intérieur rouge et surtout une magnifique illustration! Et je n'ai pas regretté mon choix.

L'histoire met un peu de temps à démarrer mais elle devient peu à peu prenante. On a aussi le temps de s'attacher aux personnages, puisqu'on ne rentre pas immédiatement dans l'action. Les personnages sont nombreux, mais on ne s'y perd pas. Certains m'ont rappelé des classiques de la littérature d'aventure. Le capitaine du Tête-de-Lard m'a fait penser à Long John Silver. Certains, comme Europe, sont vraiment haut en couleur et on a envie de connaître la suite de leurs aventures.

L'idée de départ est originale : un pays où les hommes vivent retranchés dans des villes pour échapper aux monstres qui peuplent le pays. Mais les apparences sont parfois trompeuses...

Au début, on a un peu peur de se perdre dans les nouveaux mots, les termes inventés. L'auteur sait inclure des explications sur ce nouveau monde sans pour autant ennuyer le lecteur. De plus, il a créé un lexique vraiment impressionnant à la fin de l'ouvrage. On peut s'y reporter (même si cela est rarement nécessaire). C'est surtout une mine d'information sur cet univers. L'auteur ne s'est pas contenté d'inventer cette histoire. Il a aussi créé un véritable univers autour de son livre.

Enfin, l'esthétique de l'ouvrage est vraiment agréable : belle police, nombreuses illustrations, petite définition en début de chapitre.

Comme c'est le tome 1, beaucoup de questions ne sont pas solutionnées. Mais même sans ce procédé, on aurait envie de lire la suite.

Une agréable découverte.

Résumé : Aux confins du Demi-Continent se trouve la Terre des monstres. Une terre de légendes, royaume des créatures fantastiques et des chasseurs de monstres. Une terre en guerre, où le seul choix se résume à tuer... ou à mourir.

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 10:52

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/59/Thespook.jpg

Autre billet sur le tome 2

 

Voici une série que j'ai commencée l'année dernière et dont je viens de lire les tomes 3, 4 et 5 récemment. Et pour une fois, c'est un auteur de littérature jeunesse qui tient ses promesses et la distance. Tous les tomes sont à la hauteur. Vivement que je puisse lire le tome 6!

Le thème de départ, un jeune garçon qui va devoir suivre une formation pour devenir épouvanteur, est originale grâce à ce métier même d'épouvanteur. Ce qui consiste à s'opposer aux forces de l'obscur dans la région dont on a la charge. Même si le héros ressemble à la plupart des personnages centraux de littérature jeunesse ces temps-ci, il y a beaucoup d'originalité dans la façon de traiter sa formation et surtout ses aventures. On ne s'ennuie jamais. Il y a même certaines rencontres qui nous font frissonner. La rencontre avec Morwenn m'a quelque peu angoissée.

C'est un bon mélange entre l'action, l'émotion et le frisson. L'ensemble s'enchaîne bien. Beaucoup de fluidité. Une lecture très agréable et plus complexe qu'il n'y paraît. Les personnages ne sont ni tout noir, ni tout blanc. Chacun a ses secrets, ses failles. Mais tous sont intéressants, attachants. J'ai une préférence pour Alice, John Gregory et Grimalkin. Trois personnages que je trouve particulièrement complexes.

Et surtout, chaque tome forme une véritable histoire, tout en laissant des pistes pour la suite. Le lecteur a toutes les explications en temps voulu. On ne le laisse pas sur sa faim, juste pour qu'il achète la suite.

J'ai particulièrement apprécié le dernier tome. Les personnages prennent de l'épaisseur et les aventures deviennent plus riches. Plus intéressantes. Mais l'ensemble est de qualité.

Décidément, un vrai plaisir que cette série!

Résumé : "Voilà six mois que tu es l'apprenti de M. Gregory, me dit maman. Tu as déjà été témoin de bien des événements. A présent, l'obscur t'a remarqué et va tenter de te neutraliser. Tu es en danger, Tom. Toutefois, rappelle-toi ceci lorsque tu seras un homme, mon fils, ce sera au tour de l'obscur d'avoir peur, car tu ne seras plus la proie, tu seras le chasseur. C'est pour cela que je t'ai donné la vie." L'Épouvanteur et son apprenti, ornas Ward, se sont rendus à Priestown pour y achever un travail. Dans les profondeurs des catacombes de la cathédrale est tapie une créature que l'Épouvanteur n'a jamais réussi à vaincre. On l'appelle le Fléau. Tandis que Thomas et M. Gregory se préparent à mener la bataille de leur vie, il devient évident que le Fléau n'est pas leur seul ennemi. lanquisiteur est arrivé à Priestown. Il arpente le pays à la recherche de tous ceux qui ont affaire aux forces de l'obscur! Thomas et son maître survivront-ils à l'horreur qui s'annonce?

1 - L'apprenti épouvanteur
2 - La malédiction de l'épouvanteur
3 - Le secret de l'épouvanteur
4 - Le combat de l'épouvanteur
5 - L'erreur de l'épouvanteur
NB : L'image est d'Allan Barbeau.

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 21:52
Tome 1 : Lord Faureston

Et encore un livre sur les vampires! le syndrome Twilight peut-être! Mais après Dracula de Croci, enfin une agréable découverte dans ce domaine. Des dessins magnifiques. Esthétiques. Plein de style. De très belles couleurs qui mettent certains éléments en relief. Une histoire agréable à suivre. Un excellent mélange. Certes, l'ensemble n'est pas de la plus grande originalité, mais on passe vraiment un moment de détente!

Les personnages sont bien campés. Ils ont tous leurs particularités qui font qu'on les aime ou qu'on les déteste. Notre avis change au fil des pages. Chaque personnage a sa place. J'ai vraiment adoré Richard Drake!

Je ne regrette pas de m'être laissée séduire par la couverture. Vivement le tome 2!

Résumé : De retour d'expédition, l'explorateur Richard Drake hante clubs et salles de bal de la haute société victorienne. Il s'éprend de Miss Catherine Lacombe, charmante lady au caractère bien trempé. Le séduisant Lord Faureston a lui aussi jeté son dévolu sur la jeune femme. Mais une aura de mystère entoure ce ténébreux dandy. Catherine serait-elle en danger ? C'est en tout cas ce que prétend l'énigmatique Mister Jones, un obscur employé de banque qui, la nuit venue, devient chasseur de vampires !

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 16:26
Résumé : C'est à la découverte d'un fabuleux trésor, d'un extraordinaire patrimoine légendaire sauvegardé de siècle en siècle par les conteurs, les mythologues et les folkloristes que nous convie cette Petite Encyclopédie du Merveilleux.
Les lecteurs passionnés de fantasy ou de fantastique y retrouveront les fées enchanteresses, les elfes musiciens, les sirènes sensuelles, les nains grimaçants et les lutins malicieux des peuples de la lumière, voisinant avec les dragons, chimères, licornes et bêtes pharamines du bestiaire fabuleux ainsi qu'avec les démons, sorcières, vampires et loups-garous des peuples de l'ombre.
Au total, plus de deux cent cinquante personnages, esprits ou animaux sont ici répertoriés avec leur description, leur origine géographique et mythologique, leurs moeurs et leur histoire.
La Petite Encyclopédie du Merveilleux réunit en un seul volume l'intégralité des textes et des illustrations publiés précédemment dans les trois tomes de L'Encyclopédie du Merveilleux, magnifiquement illustrée par Sandrine Gestin et Alain-Marc Friez et primée en 2006 au Festival des Imaginales d'Epinal par le Prix spécial du jury et le Prix Claude Seignolle de l'Imagerie.

Un livre riche et passionnant pour tous les fan de littérature fantastique. Bien entendu, je ne l'ai pas lu de bout en bout, mais c'est un plaisir de s'y plonger. On apprend à chaque fois des choses nouvelles, même sur des sujets qu'on maîtrise bien.

Richard Brasey maîtrise à la perfection son sujet. Ses textes sont passionnants et bourrés de références.

Les images sont superbes et illustres bien le propos. La mise en page est magnifique. On a l'impression de consulter un vieux grimoire. De plus cette édition regroupe les trois volumes de l'encyclopédie du merveilleux (le bestiaires, les peuples de la Lumière et ceux de l'Ombre). En tout, plus de 250 personnages à découvrir.

Un livre qu'on prend plaisir à parcourir, à consulter quand on a un peu de temps. Une véritable découverte! Sue du paisir!

Un immense merci à Sabrina Foissy et à Alapage pour cette découverte!

Partager cet article

Repost0
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 16:46
Et un nouveau dimanche poétique! Merci Celsmoon!

La Lorelei

A Jean Sève

A Bacharach il y avait une sorcière blonde
Qui laissait mourir d'amour tous les hommes à la ronde

Devant son tribunal l'évêque la fit citer
D'avance il l'absolvit à cause de sa beauté

O belle Loreley aux yeux pleins de pierreries
De quel magicien tiens-tu ta sorcellerie ?

Je suis lasse de vivre er mes yeux sont maudits
Ceux qui m'ont regardée évêque en ont péri

Mes yeux ce sont des flammes et non des pierreries
Jetez jetez aux flammes cette sorcellerie

Je flambe dans ces flammes o belle Loreley
Qu'un autre te condamme tu m'as ensorcelé

Evêque vous riez Priez plutôt pour moi la Vierge
Faites-moi donc mourir et que Dieu vous protège

Mon amant est parti pour un pays lointain
Faites-moi donc mourir puisque je n’aime rien

Mon cœur me fait si mal il faut bien que je meure
Si je me regardais il faudrait que j'en meure

Mon cœur me fait si mal depuis qu'il n'est plus là
Mon cœur me fit si mal du jour où il s'en alla

L'évêque fit venir trois chevaliers avec leurs lances
Menez jusqu'au couvent cette femme en démence

Va-t'en Lore en folie va Lore aux yeux tremblants
Tu seras une nonne vêtue de noir et blanc

Puis ils s'en allèrent sur la route tous les quatre
La Loreley les implorait et ses yeux brillaient comme des astres

Chevaliers laissez-moi monter sur ce rocher si haut
Pour voir une fois encore mon beau château

Pour me mirer une fois encore dans le fleuve
Puis j'irai au couvent des vierges et des veuves

Là-haut le vent tordait ses cheveux déroulés
Les chevaliers criaient Loreley Loreley

Tout là-bas sur le Rhin s'en vient une nacelle
Et mon amant s‘y tient il m'a vue il m'appelle

Mon cœur devient si doux c'est mon amant qui vient
Elle se penche alors et tombe dans le Rhin

Pour avoir vu dans l'eau la belle Loreley
Ses yeux couleur du Rhin ses cheveux de soleil

 

Guillaume Apollinaire

 

http://www.learngermanwpc.com/homepage/Lorelei.jpg



Partager cet article

Repost0
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 16:17
Un immense merci à Kalistina de m'avoir prêté ce livre!

Rien qu'avec la couverture, on est déjà dans l'ambiance! Océan, navire, mystère. Voilà les ingrédients qui composent ce roman. L'auteur sait créer le suspens et nous mener là où elle le souhaite. On a l'impression d'être face à un puzzle et peu à peu, les pièces vont se mettre en place.

On découvre les personnages au fil des pages et peu à peu on entre dans leur monde. On s'y attache. On est troublé. Même les plus monstrueux ont quelque chose d'attirant. Un je ne sais quoi...qui fait qu'on ne peut pas les quitter des yeux. On se laisse guider. En même temps, on rassemble nous-même les morceaux. On se battit sa propre histoire. J'ai particulièrement aimé le personnage de Morvan qui joue jusqu'au bout sur cette ambiguïté. Et Ardélia m'a passionnée. Quel personnage époustouflant! Mais tous m'ont émue. Tous m'ont fait voyagé.

On découvre avec passion et angoisse le monde des terraneuvas, les pêcheurs de Terre-Neuve. On s'inquiète du temps. Des vagues un peu trop fort. Même si on sait dès le début, à travers les rêves des enfants, que tout cela va mal finir, même si la scène se rejoue plusieurs fois sous nos yeux avec toujours le même dénouement, on voudrait vraiment que quelqu'un puisse changer leurs destins.

L'idée de créer un lien entre les rêves et la réalité est aussi très réussi. Bien menée. Cela augmente la tension. On a l'impression de lire un véritable thriller.

Vous aussi découvrez Lunaire, Ardélia, Benoït, Enogat...vous ne le regretterez pas!

Résumé : " - Dis donc, gamin, on t'a pas appris qu' c'était pas poli de zieuter comme ça ? J'aime pas les malins. Fais bien attention à toi. Les morts marchent, ce soir. Fais bien attention à toi. Un long frisson le frigorifia comme une bourrasque giflant un corps trempé. Les morts marchent, ce soir. Une comptine dont il avait perdu le souvenir lui traversa la tête. " Faut boire à la santé des gars Qui sont coulés, au fond, en tas. " Dans un petit village de la côte bretonne, chaque nuit, les enfants Guérindel, Benoît, Lunaire, Guinoux et le petit Samson, sont en proie à des cauchemars terrifiants qu'ils taisent à leurs parents... Enogat, leur mère, a toujours interdit à ses quatre fils d'approcher le bord de l'eau. Est-ce seulement pour les protéger des dangers de la nature ? Ou d'une autre menace qui ne dit pas son nom ? Entre conte fantastique et roman d'initiation, L'Ancre des rêves sonde le mystère des peurs d'enfant.


Partager cet article

Repost0
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 17:02

Voilà ma dernière trouvaille pour ce mois d'octobre placé sous le signe d'Halloween!

Un livre que j'ai lu il y a longtemps et dont je garde pourtant un souvenir très net.

Quand on lit ce livre, on comprend qu'il soit devenu un mythe. Il est à la fois fascinant et terrifiant. On ne sait jamais de quel côté se placer. Du côté du Docteur Franfenstein? Du côté de sa créature? C'est certainement plus compliqué que cela.

D'un côté la science. L'esprit logique. Cartésien. De l'autre un défi à Dieu. A la nature. A la vie. Pourtant c'est bien le premier qui a créé le second. Parce que Frankenstein n'a pas supporter la mort de sa mère. Face à cette mort, sa raison a volé en éclat. Alors, il a décidé de ramener les morts à la vie.

Mais c'est le personnage de la créature, qui jusqu'au bout n'aura pas de nom, qui est le plus touchant. Le plus humain finalement.  Il est rejeté de tous. Et en particulier par Frankenstein, incapable d'affronter le monstre qu'il a créé. La scène la plus maruqante est celle où le monstre bascule et choisit la voie du mal. Parce que Frankensteihn le rejette. Et ce rejet de celui qui l'a créé, il ne peut pas le supporter. Comme un enfant qui serait rejeté par sa mère.

La fin est particulièrement touchante. Elle symbolise à elle seule le lien ambigu qui lie Frankenstein et la créature. On a l'impression que la fin de l'un va rendre à l'autre son humanité.

Un livre fort et émouvant.

Résumé : Au mois de juin 1816, sur les rives du lac de Genève, Mary Shelley et ses amis cherchent à tromper l'ennui dans le chalet où la pluie les contraint à rester enfermés. Jeux de société, romans " terrifiants " à la mode, tout y passe, jusqu'à ce que Lord Byron leur suggère d'écrire, à leur tour, une " histoire de fantômes ". Ainsi naquit Frankenstein, l'histoire d'un savant trop audacieux, incapable de maîtriser le monstre qu'il avait créé : traduit dans des dizaines de langues, adapté plus de quarante fois au cinéma, ce roman écrit par une adolescente de dix-neuf ans allait connaître un succès mondial. A l'instar de Don Juan ou de Faust, le " hideux rejeton " de Mary Shelley s'est hissé au rang de mythe, donnant ainsi à la littérature d'épouvante ses lettres de noblesse.

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 16:38
http://ecx.images-amazon.com/images/I/41xmh8PUjwL._SL500_AA300_.jpgUn livre intriguant. D'abord par sa couverture. Une porte qui s'ouvre. Oui, mais sur quoi? Le raie de lumière est vraiment présent (grâce à une légère incision) ce qui nous donne l'impression que quelque chose nous attend.

Le sous-titre aussi : Quarante chroniques de l'Au-delà. De quoi est-ce que ça peut parler? De Dieu? D'un Au-delà à la BeetleJuice? De quelque chose de finalement très proche de notre vie?

Sachant qu'il y a 40 chroniques (rien que le terme "chronique" plutôt que "nouvelle" est étrange) et que ce livre comporte environ 150 pages, on se doute qu'on va être dans le court, le très court même.

Finalement, on commence sa lecture. Et on est tout aussi surpris. L'auteur imagine 40 situations où on vient de mourir et à chaque fois, ce n'est pas du tout ce à quoi on s'attendait. Soit Dieu est une femme. Soit c'est un microbe. Soit... Bref, vous avez compris le principe. Aucune logique. Juste des suppositions. Plus ou moins abracadabrantes. Des thèmes plus ou moins bien exploités. On sourit parfois. On s'étonne beaucoup. On réfléchit.

La plume de l'auteur est intéressante. Sait poser des questions métaphysiques. Faire réfléchir. Pourtant, malgré l'originalité du thème, de l'objet livre, je ne sais pas si ce livre restera longtemps dans ma mémoire. Juste quelques chroniques. Et encore, rien de sûr. Peut-être est-ce trop court? Ou peut-être ne faut-il pas tout lire d'une traite?

Une découverte intéressante, même si elle n'est pas inoubliable.

Résumé : Qu'y a-t-il après la mort ? Le Paradis existe-t-il ? A quoi ressemble-t-il ? Avec un humour inattendu, Bis, propose quarante variations sur le thème de Dieu et de l'Au-delà. Ici, Dieu est une femme ; là, c'est un homme. un couple... Ici, Il a la taille d'un microbe et ne sait pas que l'homme existe ; là, il vénère Mary Shelley et son Frankenstein. Dans l'Au-delà, vous revivez votre vie à rebours ; vous devenez la personne de votre choix ou vous êtes un acteur dans les rêves des vivants... Autant de scénarios loufoques et d'hypothèses insolites qui bousculent avec optimisme nos représentations étroites et font écho aux grandes questions de l'humanité. Un petit livre brillant, surprenant et inventif, qui a reçu un accueil enthousiaste et unanime de la critique.

Un grand merci à BOB et aux éditions Robert Lafon pour cette découverte.

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 20:48


Pour ce mois d'octobre, sous le signe d'Halloween, je continue dans le fantastique...dans tous les sens du terme!

Deux de mes recueils de nouvelles préféré. J'ai d'abord découvert le Chat noir et le scarabé d'or dans une collection jeunesse. Je suis tombée sous le charme de cet auteur, qui sait allier frisson, réflexion et sobriété. La grande classe.

J'adore les ambiances gothiques de ses nouvelles. Ces personnages toujours à la limite. A la limite de la folie. Du génie parfois. Du désespoir très souvent. Toujours en marge. Au bord de quelque chose. Quelque chose qu'on ne peut qu'effleurer.

Le rythme des phrases est hypnoptisant. La lenteur berce. Nous fait peu à peu plonger dans cet univers bizarre, fantasmagorique. Et soudain, tout bascule. La construction des nouvelles est parfaite, bien menée, jusqu'à l'extrème limite.

La réflexion sur l'âme humaine n'est pas non plus en reste. Chaque relecture nous apporte quelque chose de nouveau. Je pense au vers de Baudelaire "Homme libre, toujours tu chériras la mer/ La mer est ton miroir, tu contemples ton âme". Comme si en lisant Poe, on voyait un curieux reflet de nous-même. Toutes ses choses enfouies qu'on ne verra jamais.

Un immense auteur.

Partager cet article

Repost0