Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 14:15


J'adore ce livre. Avec Le Petit Prince et Antigone, c'est un des rares que j'ai relu plusieurs fois. Rien que d'en parler, j'ai envie de le relire.

J'aime tout dans ce livre! Le ton un peu désuet (avec les activités à la maison, la préparation des fêtes...) comme si on été dans une maison bien au chaud, calé dans un bon fauteuil moelleux, avec pourquoi pas un plaid...les idées qui sont très modernes pour l'époque (le personnage de Jo est une sorte de rebelle pour l'époque).

J'aime les différents personnages. Ce qui les opposent. Ce qui les réunit. J'ai une préférence particulière pour Beth et Amy. J'adore les liens entre ces 4 soeurs, les histoires d'amour qui commencent, leur courage et leur détermination.

J'ai lu les 4 tomes* plusieurs fois et je n'ai jamais été déçue. Ce que j'aime vraiment, c'est la palce de la famille dans ce livre. Cette manière dont les personnages se soutiennent dans les moments difficiles. Comme ils sont ensemble dans les moments de joie. C'est une vrai famille. On n'a pas envie den refermer ce livre car on a l'impression d'en faire un peu partie. De les connaître. On s'attache à eux. On rit. On pleure. On s'émerveille. On glisse sur les lacs gelés avec Jo. On visite l'Europe avec Amy. On attend le retour du père. C'est plein de chaleur et de joie de vivre.

En lisant ce livre, on découvre vraiment la magie de la lecture. Ce petit ailleurs où on aimerait rester bien au chaud. On est réellement emporté, mêm si leurs aventures n'ont rien d'extraordinaire. Un peu de magie du quotidien et beaucoup d'amour. Car finalement, ce livre reste pour moi une histoire d'amour. Sous toutes ces formes.

*1 - Les quatres filles du Docteur March
2- Le Docteur March marie ses filles
3- Le rêve de Jo March
4- La grande famille de Jo March

Résumé : On est en Amérique, en pleine guerre de Sécession. Le docteur March est au front et sa petite famille doit survivre. Heureusement, les quatre soeurs March et leur mère forment un clan très uni qui affronte l'adversité avec courage et bonne humeur malgré tout.

PS: Je vous conseille aussi vivement le film avec Winona Ryder. On y retrouve cette belle ambiance!


Partager cet article

Repost0
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 10:44


Pour cette troisième édition, j'ai choisi de parler d'un livre qui m'a littéralement passionnée. Merci Emmyne de m'avoir soufflé cette idée!

La couverture et le titre m'avait attirée. Je ne connaissais pas cet auteur à l'époque, mais je me suis lancée dans cette saga familiale et je n'ai plus lâché ce livre, jusqu'à la dernière page.

Nous suivons la vie d'une famille durant un siècle, avec les joies, les peines, les trahisons. En cela rien de bien exceptionnel. Un grand classique dans les sagas familiales. Mais ce qui est fantastique, c'est ce souffle épique. On est entraîné par le rythme des phrases, par tous ces évènements, dépareillés au début et qui peu à peu vont se mêler pour former un destin. Destin des hommes, mais aussi de ce coin de terre. Village qui va suivre la même trajectoire que cette famille. Grandeur et décadence.

Car la terre, le climat, on une importance capitale. Il font partie intégrante de l'intrigue, du roman. On vit ce livre plus qu'on ne le lit. On ressent la chaleur étouffante, on entend le bruit des insectes et des conversations, on voir l'immense demeure. On retrouve la marque des auteurs sud-américains, avec cette importance du sol, de la terre (comme dans la maison aux esprits d'Isabel Allende).

Mais on retrouve aussi cette espèce de folie des hommes et de la nature. Folie de l'amour, de la chair, mais aussi de la violence et de la mort. Tout se mélange dans une formidable cascade dévènements, de paroles, de vie. On a l'impression que le bizarre, le surnaturel, sont intimement lié à cette région du globe. Cela fait partie de la vie quotidienne. Mais pour nous, c'est un réel dépaysement, un moment magique.

Une véritable aventure littéraire.

Résumé : Il y a les bouches noires des fusils qui jettent des regards de mort au colonel Aurelanio Buendia et il y a la mémoire du militaire qui, devant sa fin proche, s'élance comme un disque solaire... Il revoit son village, le Macondo, perdu dans des territoires oubliés de l'Amérique du Sud, l'histoire fabuleuse de sa famille traversant, comme une dynastie royale, les trois âges de la vie : naissance, vie et décadence..

Au travers de l'histoire de ce village et de ses créateurs, Gabriel Garcia Marquez nous conte, avec cette magie des mots qui donne à son livre un reflet d'éternité, les peines, les joies, les espoirs et les craintes d'une famille qui tente par tous les moyens de conjurer la malédiction qui pèse sur les siens : cent ans de solitude.



Partager cet article

Repost0
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 11:46
Lecture commune avec Kalistina, Karine. Si j'oublie quelqu'un, qu'il se manifeste. Comme dirait Karine, ne pas taper.

Un livre fort, émouvant, envoûtant. On n'en sort pas indemme. On y retrouve la verve, la force épique, le petit grain de folie de la littérature sud américaine, tout en découvrant les blessures du Chili. Car même si celui-ci n'est jamais cité, si les personnages ne sont pas nommés, on n'a aucune difficultés à les reconnaître. On croise ainsi Salvadore Allende (oncle de l'auteur), Pinochet. On vit, comme si on y été le coup d'état. On entre dans l'Histoire.

Mais aussi dans l'histoire. Avec les destins des différents membres de la famille Trueba. Deux personnages m'ont particulièrement marquée : Clara et Esteban. Ce couple bizarre, pas vraiment assorti et pourtant ne semblant faire qu'un. Esteban est un personnage curieux. Difficile à cerner. Il est à la fois insupportable dans ses colères, ses entêtements, sa violence et attachant par son amour pour sa femme et sa petite fille, par son sens de l'hommeur, son courage. On n'arrive pas vraiment à le détester, même si ce n'est pas quelqu'un de bien. Il fait vraiment partie de ces  personnages complexes, très proche des déchirements humains.

Et puis, il y Clara. Solaire. Magnifique. Humaine. Comme le dit son mari, c'est un ange. Le roman est illuminé par sa présence, sa fantaisie. Dans les passages où elle n'apparaît pas, le monde se fait plus sombre, plus dur. Car c'est elle qui arrive à colorer sa vie et celle des gens autour d'elle. Un personnage époustouflant. Un ange. C'est tout à fait ça.

Enfin, il y a Alba, la petite fille d'Esteban et de Clara. Forte, déterminée. Un personnage moins charismatique mais qui a la force de caractère d'Esteban et la lumière de Clara. Les liens qu'elle entretient avec son grand-père son vraiment magnifique. Elle est en quelques sortes sa punition et sa rédemption.

Un livre fort et beau, où on apprend beaucoup de chose. Sur le Chili. Mais surtout sur la nature humaine, dans tout ce qu'elle a de beau et de laid, de fort et de faible. J'avais adoré le film et le livre ne m'a pas déçue un instant. J'avais l'impression d'y être. Un très beau livre pour découvrir cet auteur de talent.

Résumé
: Une grande saga familiale dans une contrée qui ressemble à s'y méprendre au Chili. Entre les différentes générations, entre la branche des maîtres et celle des bâtards, entre le patriarche, les femmes de la maison, les domestiques, les paysans du domaine, se nouent et se dénouent des relations marquées par l'absolu de l'amour, la familiarité de la mort, la folie douce ou bestiale des uns et des autres, qui reflètent et résument les vicissitudes d'un pays passé en quelques décennies des rythmes ruraux et des traditions paysannes aux affrontements fratricides et à la férocité des tyrannies modernes.

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 09:16

Un gros coup de coeur pour celivre. J'en avais lu beaucoup de bien sur plusieurs blogs (bien sûr je ne me rappelle plus lesquels) et quand ma mère l'a emprunté à la bibliothèque, je n'ai pas pu résister.

Un immense moment de bonheur!

J'ai commencé en trouvant cela bien écrit, agréable. Puis peu à peu je me suis attachée aux personnages. A Jade comme à Mamoune. A cette histoire hors du commun qui mèle amour, littérature et amour de la littérature, mais propose aussi une magnifique réflexion sur la vie.

Mamoune risque d'être placée dans une maison de retraite. Sur un coup de tête (un coup de coeur?) Jade, sa petite fille, vient la chercher et l'amène avec elle à Paris, pour s'occuper d'elle. Mais n'est-ce pas Mamoune qui finalement va s'occuper de Jade et donner un sens et surtout de la magie à son existence.

Cette Mamoune, grande amatrice de littérature, m'a fait penser à ma grand-mère qui a plus de 80 ans vient de finir le premier volet de Leïlan et me réclame la suite. Mamoune est attachante, lumineuse, surprenante. Elle permet à Jade de découvrir ce qu'elle chercher vraiment. Ce qu'elle est capable de créer.

Quant à Jade, c'est une jeune femme attachante, passionnée et courageuse. Sa rencontre avec Rajiv, en plus de sa vie avec sa grand-mère va lui permettre de prendre son envol.

Face à ces deux personnages féminins, des hommes, tout aussi courageux et attachants : Rajiv, Henri, Albert. Jean aussi, dont le portrait se trace dans les silences de Mamoune. Ils éclairent la vie de ces deux femmes.

L'auteur parle aussi merveilleusement de l'écriture, de la lecture. Ce roman contient toute une réflexion sur la création d'un roman, sur ce que c'est qu'être lecteur, être éditeur.  Frédérique Deghelt parle merveilleusement d'amour : amour des livres, mais aussi amour de la vie, des hommes, du corps. Certains passages sont d'une immense sensualité. C'est beau comme un immense soleil. Beau comme la vie qu'on ne voit parfois pas passer.

Un seul bémol (mais qui fait aussi la force du livre) l'épilogue. C'est vraiment très cruel pour le lecteur. Mais en même temps, cela porte un très beau message. Je ne pouvais plus m'arrêter de pleurer tellement l'émotion qui s'en dégage est forte.

Merci à toutes les blogueuses de m'avoir donné envie de découvrir ce livre magnifique.


Partager cet article

Repost0
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 07:58

Un sympathique roman jeunesse sur le thème de l'abandon et de la qête d'identité.

Sacha envoie des mail en inventant des expéditaurs. Mais un jour une jeune fille répond. C'est le début de nombreuses confidence, surtout de la part de Sacha. Car ce jeune garçon se cherche et a bien du mal à savoir qui il est. Il vit une situation difficile et va s'en ouvrir à Macha. Va alors naître une jolie amitié. Peut-être plus...

J'ai beaucoup aimé le personnage de Macha. Dynamique, sympathique, avec un fort caractère. Un peu moins celui de Sacha, trop renfermé. Cet échange sous forma de mail est original et crée dans le roman une attente, puisque comme Macha on attend des nouvelles de Sacha. On suit l'inquiétude de la jeune fille, son agacement. Les mails se font plus courts, plus incisifs.

Même si la fin est un peu tirée par les chevaux, ce livre pose de manière intéressante la question des origines. Peut-on se construire quand on ne connaît pas ses parents? quand on ne sait pas d'où l'on vient. Parfois les adultes se taisent pour protéger les enfants, mais est-ce vraiment la bonne solution? Ne vaut-il pas mieux parler?

J'ai juste regretté que ce roman soit si court. J'aurais bien aimé savoir comment évoluait la relation Sacha/Macha, savoir si Sacha arrivait au bout de sa quête.

Un bon roman, agréable à lire, mais manquant un peu de consistance.

Résumé : " Il y a quelqu'un ? " Derrière son ordinateur, Sacha envoie des e-mails à des destinataires imaginaires, comme autant de bouteilles à la mer. Jusqu'au jour où Macha lui répond. C'est le début d'une bien étrange correspondance, pleine de tâtonnements mais aussi de confidences. Peu à peu, les deux inconnus nouent une véritable @mitié.

Partager cet article

Repost0
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 17:38
Un livre étonnant et passionnant ! J'ai vraiment beaucoup aimé. Les personnages sont très attachants. On a envie de les suivre dans leurs péripéties, de savoir ce qui va se passer. On a du mal à s'arrêter avec la dernière page (assez gênant car le livre en compte environ 600). On ne s'ennuie pas une minute !  On vibre, on participe. Une excellente lecture ! L'histoire se passe à Paris où une femme vient de se faire quiter par son mari. Elle est déboussolée, désespérée, mais elle va se battre, pour ces deux filles. Autour d'elle, de nombreux personnages, plus ou moins sympathiques, plus ou moins bienveillants, vont l'aider à avancer.

En revanche, j'ai trouvé la suite (La Valse lente des tortues) un peu moins agréable, avec quelques passages assez trash vers la fin surtout. Je ne comprends pas bien pourquoi elle a choisit cette fin. Peut-être (presque sûr) a-t-elle prévu une suite... Mais on est content de voir comment les personnages ont évolué, comment l'évènement important à la fin du premier volume les a marqué. On passe donc quand même un agréable moment.

Résumé : Ce roman se passe à Paris. Et pourtant on y croise des crocodiles. Ce roman parle des hommes. Et des femmes. Celles que nous sommes, celles que nous voudrions être, celles que nous ne serons jamais, celles que nous deviendrons peut-être. Ce roman est l'histoire d'un mensonge. Mais aussi une histoire d'amours, d'amitiés, de trahisons, d'argent, de rêves. Ce roman est plein de rires et de larmes. Ce roman, c'est la vie.

Partager cet article

Repost0