Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 09:40

http://ecx.images-amazon.com/images/I/512vO-c7ytL._SL500_AA300_.jpgTome 1 :  Le gardien du Graal

 

Depuis ma lecture du premier tome des rois maudits, j'ai décidé de mieux connaître l'histoire des Templiers. C'est donc avec plaisir que je me suis plongée dans ce roman.

 

On y découvre la vie d'un jeune garçon dans une abbaye et surtout sa vie en Terre Sainte au côté des Templiers. Même s'il n'y a pas énormément d'éléments historiques, l'ensemble est une bonne introduction à cette période : Richard Coeur de Lion, le siège d'Acre, la vie dans les commanderies. Rien ne manque! On s'y croirait! L'auteur a une écriture très agréable. Fluide. On suit avec plaisir les aventures de ces personnages. Il sait donner vie aux personnages et aux différentes scènes.

 

Tristant est sympathique, courageux. On s'attache facilement à lui et on a envie de découvrir le secret de sa naissance. Il est entouré de personnages intéressants (qu'on espère voir se développer dans le     tome 2) comme Sir Thomas. Ils donnent une épaisseur au roman en aidant Tristan dans sa quête.

 

Il y a aussi de nombreuses références à Robin des bois, avec quelques noms modifiés. On retrouve Robin, frère Tuck, Marianne. C'est très amusant de repérer ces petits clins d'oeil et de voir les points communs avec la légende de Robin.

 

J'ai hâte de découvrir la suite de ces aventures et de retrouver tous ces personnages. Une lecture très agréable et divertissante.

 

Un immense merci aux éditions Tourbillon pour cette découverte!

 

Résumé : Elevé par des moines à l'abbaye de Saint-Alban, Tristan, un jeune orphelin, n'imaginait pas qu'une vie d'aventure pouvait s'offrir à lui. Mais tout change le jour où le chevalier Thomas Leux lui propose de devenir son écuyer. Et puis... le valeureux Templier ne lui cacherait-il pas le secret de sa mystérieuse origine ? Il n'en faut pas plus pour que Tristan accepte de le suivre sur la route des Croisades. Lors de son premier combat, le jeune Templier se comporte en héros, et sauve la vie du roi. Quelque temps plus tard, alors que la ville d'Acre est sur le point de tomber aux mains des Sarrasins, sir Thomas confie une mission extraordinaire à Tristan. Poursuivi par les Sarrasins, les espions et l'impitoyable sir Hugh, il va devoir rapporter le Saint-Graal en Angleterre.

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 11:11

Un nouveau dimanche poétique grâce à Celsmoon!

 

Robert le diable

 

Tu portais dans ta voix comme un chant de Nerval

Quand tu parlais du sang jeune homme singulier

Scandant la cruauté de tes vers réguliers

Le rire des bouchers t'escortait dans les Halles

Tu avais en ces jours ces accents de gageure

Que j'entends retentir à travers les années

Poète de vingt ans d'avance assassiné

Et que vengeaient déjà le blasphème et l'injure

 

Je pense à toi Desnos qui partis de Compiègne

Comme un soir en dormant tu nous en fis récit

Accomplir jusqu'au bout ta propre prophétie

Là-bas où le destin de notre siècle saigne

 

Debout sous un porche avec un cornet de frites

Te voilà par mauvais temps près de Saint-Merry

Dévisageant le monde avec effronterie

De ton regard pareil à celui d'Amphitrite

Enorme et palpitant d'une pâle buée

Et le sol à ton pied comme au sein nu l'écume

Se couvre de mégots de crachats de légumes

Dans les pas de la pluie et des prostituées

 

Je pense à toi Desnos qui partis de Compiègne

Comme un soir en dormant tu nous en fis récit

Accomplir jusqu'au bout ta propre prophétie

Là-bas où le destin de notre siècle saigne

 

Et c'est encore toi sans fin qui te promènes

Berger des longs désirs et des songes brisés

Sous les arbres obscurs dans les Champs-Elysées

Jusqu'à l'épuisement de la nuit ton domaine

O la Gare de l'Est et le premier croissant

Le café noir qu'on prend près du percolateur

Les journaux frais les boulevards pleins de senteur

Les bouches du métro qui captent les passants

 

Je pense à toi Desnos qui partis de Compiègne

Comme un soir en dormant tu nous en fis récit

Accomplir jusqu'au bout ta propre prophétie

Là-bas où le destin de notre siècle saigne

 

La ville un peu partout garde de ton passage

Une ombre de couleur à ses frontons salis

Et quand le jour se lève au Sacré-Cœur pâli

Quand sur le Panthéon comme un équarissage

Le crépuscule met ses lambeaux écorchés

Quand le vent hurle aux loups dessous le Pont-au-Change

Quand le soleil au Bois roule avec les oranges

Quand la lune s'assied de clocher en clocher

 

Je pense à toi Desnos qui partis de Compiègne

Comme un soir en dormant tu nous en fis récit

Accomplir jusqu'au bout ta propre prophétie

Là-bas où le destin de notre siècle saigne

 

Louis Aragon

 

http://www.nikohk.com/wp-content/uploads/2007/07/Robert_Doisneau1.gif

http://www.nikohk.com/wp-content/uploads/2007/07/Robert_Doisneau1.gif

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 10:21

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41GtCIa%2BN2L._SL500_AA300_.jpg

Merci à Bladelor de m'avoir donné envie de lire ce livre.

 

Un livre sur une période assez ignorée de la seconde guerre mondiale : l'enlèvement d'enfants dans les pays occupés par l'Allemagne pour en faire de parfaits aryens.

 

Un livre coup de poing. Juste au creux de l'estomac. On en reste sonné. Sonné tellement c'est réaliste. Tellement c'est dur. Dur à supporter. Dur à admettre surtout. Comment a-t-on pu faire ça?

 

On s'attache à Milada. On suit sa plongée dans l'univers nazi qui peu à peu va devenir le sien. Car, et c'est peut-être le plus frappant, ce monde va devenir  (du moins en partie) le sien. Un tel lavage de cerveau qu'elle va finir par presqu'oublier qui elle est. Plusieurs fois elle manque de perdre son identité. Elle sait qu'elle n'est pas Eva. Mais dans ce cas, qui est-elle? On souffre avec elle de cette perte atroce. On a peur qu'elle finisse par oublier complètement.

 

On souffre aussi de ces multiples séparations. Avec sa famille. Ses amis. Puis son amie au Centre. Et enfin avec la famille allemande qui l'avait adoptée. Car malgré tout des liens s'étaient tissés avec eux. Une autre forme d'oubli que doit affronter Milada.

 

Un livre dont on sort pantelant. Cherchant l'air. Un livre essentiel.

 

Résumé : 1942, Tchécoslovaquie. Milada, 10 ans, échappe au massacre de son village parce qu'elle est blonde et qu'elle a les yeux bleus. Pendant des mois, les nazis vont lui apprendre à tout oublier pour devenir Eva, une parfaite petite aryenne. Une élue.

Partager cet article

Repost0
21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 10:26

FINAL.png

 

 

 

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41mMTxvXV7L._SL500_AA300_.jpg

Un de mes livres préférés, lu après avoir vu le film. Une pure merveille tant sur le plan de l'écriture que sur celui de l'histoire, des références historiques. On a envie de prolonger le voyage. De mieux connaître ce monde qui nous est souvent si inconnu.

 

Sayuri est un personnage fort. Attachant. D'un courage et d'une volonté prodigieuse. Et il lui faudra bien tout ça pour se forger un destin. Son histoire d'amour avec le président est magnifique. Tout en finesse et en délicatesse. On a envie que ça ne s'arrête jamais.

 

Les autres personnages sont tout aussi intéressants. Chacun représente un peu de ce Japon d'avant la seconde guerre mondiale. Une petite facette de ce pays. On découvre un pan de son histoire. De la vie de ses habitants.

 

On apprend aussi beaucoup sur la vie des geishas. Sur leur apprentissage. Leurs habitudes. Leurs coutumes. On pénètre dans ce monde feutré sur la pointe des pieds tant le style de l'auteur est fluide, agréable. On se fond dans cette histoire, pourtant si différentes des notres. On admire ce destin, digne des tragédies grecques.

 

Un pur moment de plaisir.

 

 

Résumé : Yoroido : un modeste village de pêcheurs dans le Japon des années trente. La petite Chiyo-chan y coule une enfance pauvre mais heureuse entre ses parents et sa grande soeur, Satsu. Mais un cancer ronge en silence les os de sa mère, sur le point de mourir. Le père est si vieux et déjà si perdu qu'il accepte la proposition de M. Tanaka. Les deux jeunes filles partent bientôt pour Kyoto, parmi d'autres enfants vendus. Chiyo-chan est si belle avec ses yeux d'eau "comme si quelqu'un y avait percé un trou et que l'encre avait coulé" qu'on l'emmène dans une école de geishas. Elle deviendra Sayuri, l'une des geishas ou courtisanes les plus appréciées de la ville, excellant dans l'art du chant, de la danse et de l'amour, maîtrisant parfaitement la science de la toilette et du thé.


Partager cet article

Repost0
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 10:45

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41Iu2EblwVL._SL500_AA300_.jpg

Roman historique autour de la ligue Hanséatique et des frères Vitaliens, sortent de Robins de bois des mers.

 

Le style est agréable. On entre progressivement dans l'histoire et on s'attahce peu à peu aux personnages. Chacun a son caractère. Chacun a sa place dans l'histoire. On aurait envie d'en savoir plus sur chacun. Envie de savoir ce qui leur arrive, la dernière page tournée.

 

La période abordée est peu connue et c'est avec plaisir qu'on découvre ce pan de l'histoire. On découvre ce que furent les frères Vitaliens, leur légende et surtout leur chef Klaus Störtebeker. Petite anecdote, je connaissais déjà cet homme car j'avais traduit un passage le concernant lorsque je faissais de l'allemand. Sa mort est pour le moins particulière et nous avait occasionnés bien des tracas et des points en moins car on se disait tous : "C'est trop bizarre, j'ai du me tromper". Cela m'a amusée de le retrouver dans l'une de mes lectures.

 

Mais ce n'est pas le personnage principal de cette histoire. Seulement un des personnages que rencontre Anika, embarquée en cachette sur un vaisseau pour retrouver son grand amour. Son histoire est touchante et rythme le récit sans pour autant occulter les détails historiques. L'ensemble forme un bon équilibre. Passionnant à la fois sur le plan historique et sur le plan du récit.

 

Une découverte qui donne envie d'en savoir plus sur cette période.

 

Résumé : Allemagne, fin du XIVe siècle. En ce Moyen Âge frileux et cruel où la ligue hanséatique, l'association de marchands qui contrôle le commerce de l'Europe septentrionale, est à l'apogée de sa puissance, la jeune Anika a choisi son camp : celui des artisans, des marins et des pirates, ces Likedeeler qui partagent avec plus malheureux qu'eux les biens dont ils se sont rendus maîtres. Pour retrouver le jeune mousse qui l'attire follement, Anika s'embarque, déguisée en homme, sur une cogue en partance pour le grand marché au hareng de Scanie...

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 09:32

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51be%2BUPLV7L._SL500_AA300_.jpg

J'ai découvert il y a quelques année Les Colombes du roi Soleil du même auteur que je suis toujours avec un très grand plaisir. C'est donc avec intérêt que j'ai commencé à lire cette nouvelle saga tournant autour de Marie-Anne, fille de Louis XIV et de Melle de La Vallière. Pari réussi!

 

On se plonge avec autant de délice dans l'univers de Versailles et de la cour que dans celui des demoiselles de Saint Cyr. On suit avec intérêt les aventures de Marie Anne. Nous découvrons Versailles et le roi à travers ses yeux. On a vraiment l'impression d'y être, de participer aux festivités. Un vrai plaisir!Marie-Anne est sympathique, enjouée, un rien aventureuse. Elle séduit aussi bien le roi, son père, que le lecteur.

 

Même si le cadre historique a été légèrement retravaillé pour l'histoire (les dates ne correspondent pas parfaitement en ce qui concerne la légitimation de Marie Anne), on découvre avec bonheur cette période et on a envie d'en savoir plus. Je vais d'ailleurs me plonger dans Reines et Favorites de France pour en savoir plus sur Melle de La Vallière et La Montespan. Et si quelqu'un connaît un bon ouvrage sur l'affaire des poisons, c'est volontiers!

 

Un excellent moment de lecture et une belle plongée dans l'univers du roi soleil.

 

Résumé : 1674. Marie-Anne, élevée loin de la cour, apprend qu'elle est la fille du Roi Soleil. Prévenue des dangers d'une vie fastueuse, Marie-Anne s'apprête à découvrir Versailles et à faire son entrée dans la lumière. Soudain, tous les regards se tournent vers elle...

Partager cet article

Repost0
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 14:46

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41%2BTYZ0hWHL._SL500_AA300_.jpg

Un très beau roman sur l'esclavage. L'auteur sait trouver le mot juste sans tomber dans le pathos. Les personnages ne sont (presque) pas caricaturaux. On peut donc facilement s'attacher à eux. Ana est courageuse, sympathique. On sent tout le potentiel qu'elle porte en elle.

 

Le thème abordé est bien maîtrisé. Au début et à la fin de l'ouvrage on trouve quelques pages d'explications qui permettent au jeune lecteur de s'y retrouver. C'est intéressant car on voit comment les choses se passaient à l'époque. On a envie de se renseigner d'en savoir plus.

 

L'écriture est très agréable et enrichit encore ce livre.

 

Un livre agréable, plein d'aventure et de réflexion.

 

Résumé : Ana a dix ans. Quand elle est vendue comme esclave, sur le marché de Caracas, au Venezuela, elle est seule au monde. Elle échoue dans une riche famille de planteurs, et travaille comme repasseuse, à la lingerie. Peu à peu, sa vie s’améliore : elle partage les jeux des enfants du maître, et Antoine, le précepteur, la prend même en affection, et lui apprend à lire. Mais survient un malheureux accident, provoqué par la jalousie, et la voilà chassée, condamnée à partir travailler dans les champs.

Partager cet article

Repost0
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 09:32

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51Z7ycUi8vL._SL500_AA300_.jpg

Une pièce peu connue de Pagnol. Ecrite avec Paul Nivoix. On y retrouve la verve de Pagnol et plusieurs de ces personnages rappellent Topaze. Des gens profondément honnêtes que la société va pervertir.

 

L'aspect historique, pendant et après la 1ère guerre mondiale, est intéressant. On découvre comment certains ont réussi à ne pas partir au front et en ont profité pour s'enrichir. Et on continué à en profiter après la guerre.

 

Les personnages sont intéressants et on se demande ce que cela peut donner sur scène. L'écriture de Pagnol est très visuelle (et avec beaucoup de précisions dans les didascalies) et permet de s'imaginer les déplacements des acteurs et aussi leurs mimiques. Peut-être parce que j'ai vu la majorité de ces films...mais j'avais l'impression de voir la pièce jouée.

 

Les répliques font mouche. Le thème est intéressant. Plus cynique que ce que Pagnol a écrit par la suite.Quand on sait que Pagnol n'a pas fait cette guerre pour des raisons de santé, je trouve très courageux d'écrire sur ce sujet. C'est une dénonciation de ceux qui ont profité des héros défunts pour entrer en politique. Mais c'est surtout une pièce qui dénonce la guerre et sa violence.

 

Une lecture très agréable qui donne envie de découvrir d'autres pièces moins connues de ce très grand auteur.


Résumé : La Grande Guerre a coûté la vie à plusieurs millions de jeunes Français. Elle a été l'occasion de quelques grandes fortunes et a marqué le début de quelques grandes carrières.

 

http://storage.canalblog.com/28/72/350527/42823900_p.jpg

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 10:32
http://ecx.images-amazon.com/images/I/41hMg%2B-RtcL._SL500_AA240_.jpgEn lisant L'ancre des rêves de Gaëlle Nohant, j'ai découvert l'univers des Terre Neuvas, ces pêcheurs de Terre-Neuve. J'ai eu envie d'approfondir le sujet avec cette bande-dessinée. Une pure merveille.

Les dessins sont très réalistes, avec un véritable style, qui donne vie à l'ensemble. On s'y croirait. Le choix des cadrages, de l'orientation des images, augmentent encore cet effet. On se retrouve sur le bateau avec ces pêcheurs et on découvre cette vie dure. Tellement dure qu'elle semble presque impossible. Certaines scènes sont vraiment frappantes. Particulièrement plusieurs gros plan sur leurs mains. C'est à la fois effrayant et boulàversant.

Un a un on cerne les personnages. On découvre leur caractères. Leurs faiblesses. Une histoire se créé. Ce n'est plus seulement le combat contre le mer qui se joue. C'est aussi un affrontement entre ces hommes obligés de cohabités.

Peu à peu la tension monte, à la suite d'un évènement dramatique. Et toute c'est toute l'histoire des Terre-neuvas qui se déroule sous nos yeux. Pas seulement la vie des personnages, mais celle de tous ces hommes qui ont risqué leur vie pour nourrir leur famille. C'est leur courage, leur force et leur faiblesse qui est là. Devant nous.

On en ressort un peu sonné mais heureux. Un beau moment de lecture.

Résumé
:
Chaque année des milliers de pêcheurs de morues partaient en direction de Terre-Neuve, vers des mers froides et dangereuses.
Durant ces longues campagnes qui pouvaient durer six à neuf mois, la maladie, les blessures, les noyades, l'hygiène déplorable, la saleté repoussante, la violence et l'alcoolisme étaient le lot quotidien de ces pêcheurs que l'on surnommait aussi les forçats de la mer . 3 avril 1913, après avoir navigué pendant trente-sept jours, la goélette la Marie-Jeanne et ses 28 hommes d'équipage arrivent enfin au large de Terre-Neuve... mais les poissons ne donnent pas. L'absence de bancs de morues présage une mauvaise pêche et un maigre salaire... Les tensions montent. L'ambiance à bord s'échauffe... Quand un matin, on découvre le corps inerte du second dans sa couchette, un couteau planté dans le dos... Autour du manche, un petit ruban de soie...
Chabouté nous immerge avec brio dans les conditions de vie extrêmes de ces marins du début du XXe siècle et signe un thriller captivant et inquiétant.

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 15:25
http://ecx.images-amazon.com/images/I/51Z8RW2EHRL._SL500_AA240_.jpgUne très bonne bande-dessinée sur le thème de la seconde guerre mondiale et de l'holocauste.

Bien sûr, il y a déjà eu de nombreuses bds sur ce thème. Mais l'intérêt de celle-ci vient des dessins et de la présence un peu surnaturelle de la Dame Blanche, grand rapace blanc.

Les dessins sont vraiment très beaux. Naïfs. Ils tranchent avec la dureté de certaines scènes. La dureté du propos. Pour les mettre encore plus en relief. Ce qui est parfois difficilement supportable. Ce côté naïf va bien avec ce regard d'enfant porté sur la guerre. Le personnage est très courageux. Très digne. Il est obligé de grandir trop vite, de se construire dans un monde qui n'apporte plus aucun point d'appui. Pourtant de nombreuses personnes l'aideront. En se sacrifiant pour lui. Un peu comme si cet enfant, en symbolisant la liberté, le pays perdu, nécessitait tous les sacrifices. Ou peut-être parce que c'est tout ce qu'il reste à sauver.

La présence de l'oiseau blanc est aussi très intéressant. Porte-t-il malheur? Ou détourne-t-il le malheur qui pèse sur l'enfant sur quelqu'un d'autre?Sa dernière apparition ne règle pas complètement la question mais est d'un symbolisme très fort. Très touchant.

J'ai préféré le tome 2. On est plus dans l'histoire. Plus proche des personnages et surtout des oiseaux. J'ai été très ému par la dernière scènes avec Adolf, le rapace. Une belle réflexion sur le lien homme/bête. Su finalement la distance qui existe entre nous. L'oiseau, lui, n'est pas perverti par la guerre.

Un livre riche, qui mérite bien son prix d'Angoulème.

Résumé : " France 1941. Jeune orphelin fasciné par les oiseaux, Simon vit dans sa campagne, loin de la tourmente. Pourtant, l'antisémitisme s'insinue progressivement jusque dans son quotidien pour lui rappeler qu'il est Juif. Confronté à la bêtise humaine, Simon va devoir fuir. Pourtant, où qu'il se trouve, la Dame Blanche apparaît : prédateur de mauvais augure ou ange gardien nocturne ? Sa fuite l'emmènera jusque dans les montagnes où il pensera trouver un nouveau temps de paix. Mais la gangrène se propage rendant toujours plus provisoires les moments de répit... "

Partager cet article

Repost0