Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 17:12
Un de ceux que je préfère de cet auteur. L'histoire d'un homme, un très grand roi, qui au moment du mariage de sa fille va voir s'effondrer tout ce qu'il a construit. Tout est près pour la fête, les invités sont là, les cadeaux remplissent les salles du palais et l'impensable...un autre prétendant se présente. C'est la guerre. Et une longe attente commence pour le roi Tsongor. J'ai vraiment été touché par les personnages du roi, de Katabolonga et de Samilia. Mais chaque personnage porte une immense part d'humanité, dans toute sa complexité. A travers le parcours du plus jeune fils du roi, on peut voir un voyage initiatique dans la découverte du père. Et dans le destin des autres, on découvre le renoncement qu'il est nécessaire de faire pour vivre, mais aussi les risques que porte l'orgueil et la folie guerrière.

Mais surtout, Gaudé parle de la place de la femme dans ces guerres d'hommes, où d'enjeu elles deviennent victimes, sans que jamais on ne leur laisse le droit de choisir, leur liberté. C'est finalement ça, la grande faute des Tsongor. Le personnage de Samilia est tantôt mis en lumière, tantôt caché. Comme dans l'esprit des hommes qui combattent pour elle. Mais quelle est finalement sa palce? son choix?

On retrouve les grands thèmes antiques de la guerre de Troie ou du siège de Thèbes, avec la même force épique. Magnifique.

Résumé : Au soir d'une rude vie de conquérant, le roi Tsongor va marier sa fille Samilia à Kouame roi des terres du sel. Massaba, la capitale de son empire, bâtie sur les carnages et le sang se prépare à la fête. Mais survient également Sango Kerim, un premier fiancé oublié... La guerre est inévitable, et il est temps pour Tsongor de quitter cette vie. Katalonga, ancien ennemi vaincu, devenu fidèle serviteur, tiendra sa promesse de le tuer. A Souba, plus jeune fils du roi échoit la mission de parcourir le continent pour y construire sept tombeaux, à l'image de ce que fut le vénéré et haïssable roi défunt...

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Drame
commenter cet article
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 12:33
Ces derniers mois, j'ai lu plusieurs livres de Mauriac. J'ai été enthousiasmée par son écriture, sobre et envoûtante, simple et profonde. On ne se lasse pas. On est pris immédiatement et on ne le lâche plus.
 
-Le sagouin :celui que j'ai préféré. L'histoire d'un enfant rejeté par sa mère. Le personnage du père est très attachant, lui qui a du mal à s'opposer à sa femme pour sauver son fils. La fin est bouleversante. Elle m'émeut encore plusieurs mois après.
 
-Le noeud de vipère : un vieil homme, détesté par sa famille et qui le lui rend bien, construit tout un plan pour les déshériter et ainsi se venger. Mais peu à peu une transformation va avoir lieu et c'est un tout autre homme qu'on retrouve à la fin du livre. Très intéressant, surtout pour la réflexion autour de la famille et du personnage central. Il en est de même pour Genitrix, l'histoire d'une mère castratrice, qui fera le malheur de son fils. Le personnage de l'épouse perdue finit par hanter tout le roman, comme elle occupe l'esprit du fils.
 
-Le Mystère Frontenac : encore une histoire de famille (qui m'a fait penser à Margerit). On a l'impression d'être dans un roman policier à la suite du personnage principal. C'est peut être là, dans cette ambiance étouffante que le style de Mauriac se révèle complètement et laisse le lecteur enchanté et perplexe.

-Galigaï : Un livre assez peu connu de François Mauriac. Les personnages rappellent parfois un peu ceux du Grand Meaulnes ou de l'Education sentimentale, avec leurs questions sur la vie, leurs hésitations. Mais surtout Mauriac montre, à travers le personnage de Nicolas, toutes les ambiguités qui peuvent habiter l'âme humaine. Cela n'est pas sans rappeler la phrase de Pascal sur l'homme qui veut faire l'ange et qui finalement fait la bête. Une très belle ébauche de la nature humaine et de l'espèce humaine dans tout ce qu'elle a de beau et de monstrueux. La fin est vraiment fantastique et permet une véritable réflexion. Je n'en finis pas de découvrir Mauriac...et c'est un plaisir!

-Thérèse Desqueyroux : Le livre débute par le procès de Thérèse. Elle a essayé d'assassiner son mari. Au fur et à messure, elle se rappelle comment elle en est arriver là. Les hésitations, les espoirs, les trahisons. Les espoirs déçus surtout. C'est un personnage complexe. Complexe et attachant comme beaucoup des personnages de Mauriac. Peut-être tout simplement humain. Avec ses forces et ses failles. Ce livre m'a beaucoup marqué et j'y repense encore maintenant. Je vais d'ailleurs m'attaquer bientôt à la suite.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Drame
commenter cet article
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 17:43

Ce livre est une histoire d'amour. Celle de deux hommes qui lors d'une enquête se rencontre. Le premier est policier. Le deuxième, l'un des suspects. Le premier est marié, futur père, alors que le second est une star de cinéma.

 

Ce livre est (pour moi) l'un des meilleurs Besson. Bien écrit, émouvant, toujours juste. L'auteur sait rendre à merveille l'atmosphère de LA. On s'attache aux personnages et on souhaiterait réellement une autre fin pour eux. Certainement scènes peuvent choquer, on peut parler de provocation, mais il me semble que c'est tout simplement une très belle histoire d'amour, avec un grand A...un élan d'un être vers un autre sans autre choix possible.

 

Résumé : Deux êtres que tout sépare se trouvent brutalement réunis par la mort d'un inconnu. Aussitôt, entre ces deux-là, surgit, sans qu'ils s'y attendent et sans qu'ils puissent s'y opposer, un sentiment violent. Un sentiment qui va les arracher à la solitude et au mensonge. A Los Angeles, ville mythique et dangereuse, une intrigue criminelle peut quelquefois devenir une intrigue amoureuse.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Drame
commenter cet article
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 11:49

J'ai terminé ce livre hier. Il ne me quitte pas.Un homme, seul, essaye d'élever ses deux enfants. Mais depuis que leur mère a disparu, tout va à vau-l'eau. Ils tentent de vivre, malgré tout, tous les trois de surmonter cette absence, les questions. Les questions surtout. Car pas plus qu'eux le lecteur ne sait ce qui est arrivé à Sarah.

 

On ne la voit jamais directement de tous le roman, mais elle est là. Omniprésente. on s'attache à ce personnage. Comme les "héros" du livre, on s'interroge, on ne sait pas. On espère qu'elle va revenir. Ouvrir la porte comme si de rien n'était.

 

Autour d'eux naviguent des personnages attachants, malmenés par la vie (comme tous les personnages d'Olivier Adam) mais d'une force intense, éblouissante. Car c'est dans ces instants de grâce volés au malheur qu'Olivier Adam est le plus fort, le plus vrai. On referme le livre et Paul, Manon, Clément et Sarah (surtout Sarah) ne nous quitte pas. Ils font parti de la famille.  N'hésitez pas à entrer, à les rencontrer. On en sort boulversé mais plus riche, peut-être même plus fort.

 

Résumé : Depuis que sa femme a disparu sans plus jamais faire signe, Paul Anderen vit seul avec ses deux jeunes enfants. Il espère faire peau neuve par la grâce d'un retour aux sources et s'installe alors à Saint-Malo, la ville de son enfance. Mais qui est donc Paul Anderen ? Un père qui, pour sauver le monde aux yeux de ses enfants, doit lutter sans cesse avec sa propre inquiétude et contrer, avec une infinie tendresse, les menaces qui pèsent sur leur vie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Drame
commenter cet article