Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 11:29
Ce roman fut une véritable découverte. J'ai eu le plaisir de le recevoir dans le cadre de l'opération Masse Critique. Je l'avais choisi car, à partir du résumé, il me semblait que c'était un roman policier se déroulant sur la côte. Le thème me paraissait intéressant. Et j'ai eu la surprise (ô combien agréable) de découvrir un roman plein d'humanité et surtout une magnifique histoire d'amour.

Les personnages sont tous plus attachants les uns que les autres. On aime immédiatement Maud. On essaye de partager sa douleur. Sa difficulté à vivre. Et surtout on s'émerveille de son courage. Quelle force. Quelle lumière dans les épreuves. Le personnage de Lionel aussi est empreint de cette lumière. Là où on s'attend à découvrir des personnages dévastés par la perte, par le deuil, on se retrouve face à la lumière. Les personnages "secondaire" sont tout aussi attachants. Sylvie, en quête d'amour et de gloire. Maria qui essaie de concrétiser son désir de devenir danseuse de tango. Domè qui poursuit un but inavoué. Stella si courageuse et si amoureuse. On voudrait ne jamais les quitter.

En parallèle l'enquête se déroule. Même si on voit où tout cela veut en venir, les rebondissements sont nombreux et la fin laisse planer un sérieux doute. L'ensemble reste très agréable à suivre. On s'interroge. On s'amuse à chercher des réponses, à recouper les évènements.

Et puis on découvre la région niçoise et la Corse. On a envie de se rendre là-bas. De découvrir tous ces lieux. D'apprécier les odeurs, les saveurs. De rencontrer tous ces personnages formidables. Pour prolonger un peu la magie.

Un roman qui donne envie de prendre son temps. De vivre. D'aimer.

Un immense merci à Babelio et aux éditions Volpiliere pour cette magnifique découverte!

Résumé :
Survivre lorsqu on a l impression de ne plus avoir de but... Tout quitter pour commencer une nouvelle vie ? C est justement parce qu elle se refuse à répondre que Maud Fontaine, jeune avocate versaillaise, décide de prendre la fuite. Une fuite qui va l entraîner vers un changement de vie radical, et qui la mènera, malgré elle, à être impliquée dans une enquête policière, entre la Côte d Azur et l Ile de Beauté. Observatrice, actrice de ce piège, elle comprend que chaque détail devient essentiel. Réussira-t-elle pour autant à renouer avec elle-même, à retrouver ses proches et son passé ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Amour
commenter cet article
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 11:10


Après Jane Eyre, une autre roman des soeurs Brontë.


Un formidable roman. Très différent de Jane Eyre. Pourtant avec le même charme. La même fascination. Peut-être même plus forte car on a plus de mal a cerner tous ces personnages.  Ils sont plein de mystères et sauront garder leur part d'ombre, jusqu'au bout. Même s'ils sont moins attachants que Jane ou Rochester, ils nous entraîne dans leurs aventures. Dans leur vie. On ne peut s'empêcher de les suivre. Avec un intérêt mêlé de doutes. Car ce sont des personnages durs. Manquant parfois cruellement d'humanité ou au contraire en débordant lorsqu'on s'y attend le moins. Les sentiments s'entremêlent. Forts. Ils s'entrechoquent. S'exacerbent. C'est un roman beaucoup plus violent que Jane Eyre. Plus romantique (dans le sens premier du terme).

L'ambiance est envoûtante. On découvre les landes. On entend le vent qui souffle. A chaque page on s'attend à voir apparaître un spectre. Une réminiscence du passé. Ce roman excerce un charme curieux sur le lecteur. Il découvre les noireceur de l'âme humaine. Sa souffrance aussi. Surtout.

J'ai toujours eu l'impression que si Jane Eyre est du côté de la lumière, les Hauts de Hurlevent se tournent vers l'ombre. J'aurais bien du mal à dire lequel je préfère. Un autre chef d'oeuvre. Complémentaire de Jane Eyre.

Résumé : Là où la terre est sauvage et le vent glacial, là où les pentes sont hostiles, les esprits peuvent devenir rudes, tenaces. Ils peuvent aussi être incroyablement imaginatifs et poétiques. Enfant du Yorkshire, Emily Brontë se fait à la fois peintre réaliste, romancière gothique et poète du surnaturel dans cet ouvrage qui retrace, sur deux générations, les conséquences désastreuses d'un amour contrarié, celui d'Heathcliff et de Catherine. Elle y décrit à merveille la lande monochrome que seule la bruyère égaie ici et là, les marais dont l'humidité ronge les os et alourdit le coeur, les vents monotones et agressifs dont le sifflement effraie l'imagination. Elle dépeint avec véracité les tourments violents de la passion, de la vengeance et de la peur. Mais surtout, Emily Brontë démontre ses talents de composition, orchestrant sans dissonances les retours dans le temps, les intrusions de l'étrange et les changements de point de vue. Elle dévoile enfin la disposition romantique d'une jeune femme qui semble croire que le repos de l'âme ne se gagne qu'au terme d'une douloureuse errance.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Amour
commenter cet article
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 10:50


Lecture dans le cadre de la "la lecture commune", les participantes étaient : Jules, Hermione, EmiLieMango, Cécile, Abeille et Cynthia. Je l'ai lu il y a quelques années,mais je n'avais pas fait de billet dessus (puisque je n'avais pas de blog). Je voulais donc profiter de cette lecture commune pour remédier à cela. Je suis un peu en retard, mais mieux vaut tard...

Un livre passionnant de bout en bout. Je l'ai lu en quelques heures. Je voulais absolument savoir ce qui aller se passer...

Les personnages sont tous intéressants. Ils ont une véritable épaisseur. De vrais sentiments. On ne se trouve pas face à des caricatures, mais face à des êtres plein d'une immense force vitale. Jane Eyre particulièrement. Il y a chez ce personnage une force absolument magnifique, qui porte le lecteur et le laisse se glisser dans la peau de l'héroïne. On vit les aventures de Jane. On y est. On traverse les bois, les landes. On sent le vent. On ressent plus qu'on ne lit. L'ambiance est vraiment palpable!

J'ai adoré le personnage du comte. Mystérieux. Toujours entre deux. Secret. On se demande toujours de quel côté il va pencher. Et son histoire avec Jane est sublime. J'en aiencore des frissons plusieurs années après quand j'y repense.

L'atmosphère est ensorcelante. Magnétique. On est en apnée. Un peu comme dans un thriller. Il y a un véritable suspens. On tourne les pages. Vite. Vite. Que va-t-il se passer? Et certaines scènes font vraiment penser aux romans gothiques victoriens!

Un véritable chef d'oeuvre, tant par le style que par le contenu. Un concentré d'humanité et de littérature.

Résumé : Jane, orpheline, est d'abord recueillie par sa tante, Mrs Reed, tenue par une promesse faite à son mari avant sa mort. Jane Eyre est toutefois élevée comme étant inférieure à ses cousins qui n'hésitent pas à la maltraiter, surtout son cousin John. À la suite d'une forte rébellion contre sa tante, précédée par une punition démesurée qui la fait tomber en syncope, Jane Eyre, dix ans, est envoyée en internat à Lowood. Elle s’y fait une amie sincère, Helen Burns, qui décède de la tuberculose qu’elle doit aux très mauvaises conditions de l’internat (ce passage est fortement inspiré de l'expérience de l'auteur. Deux des sœurs de Charlotte Brontë sont en effet mortes en bas âge suite aux mauvaises conditions de vie prévalant dans leur école de Cowan Bridge).
Après l'épidémie, les conditions de vie de l'internat changent et celui-ci devient un établissement de qualité. Après huit années passées à Lowood - six en tant qu'étudiante et deux en tant que professeur - Jane veut changer de vie et passe une annonce dans un journal pour trouver un poste de préceptrice. Mme Fairfax lui répond afin qu'elle vienne faire l'éducation d'Adèle, la protégée de Mr. Rochester, 40 ans, riche propriétaire de Thornfield-Hall.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Amour
commenter cet article
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 10:01
Un nouveai dimanche poétique! Idée originale (dans tous les sens du terme) de Celsmoon!

Cette fois-ci, les paroles d'une chanson, parce que la musique est aussi poésie.

J't'aimerais

J't'aimerais même avec la gueule de travers
J't'aimerais même en mec, même en militaire
J't'aimerais même avec une bosse dans le dos
Même avec un bec, même avec des crocs
J't'aimerais n'importe où n'importe comment
J't'aimerais même si tout à coup j'pouvais faire autrement

J't'aimerais même sans charme, même sans ce sourire
Qui me fout des larmes au milieu des rires
J't'aimerais l'air de rien au delà de tout
J't'aimerais rage aux poings, j't'aimerais corde au cou
J't'aimerais marabout, j't'aimerais bout d'ficelle
J't'aimerais même si tout à coup t'étais plus la plus belle

J't'aimerais si l'amour était abrogé
J't'aimerais si l'Adour passait par Angers
J't'aimerais toujours trop mais jamais assez
A en devenir beau à ne pas m'en vanter
J't'aimerais même dans la boue, jt'aimerais en enfer
J't'aimerais même si tout à coup j'avais aut' chose à faire

J't'aimerais même anglaise, même en couronnée
Même en sainte Thérèse même désincarnée
J't'aimerais même en toc en n'importe quoi
J't'aimerais même en loques, mais ça risque pas
J't'aimerais à genoux moi que ne prie jamais
J't'aimerais même si tout à coup tu me disais que tu m'aimais

J't'aimerais même avec la gueule de travers
J't'aimerais même en mec, même en militaire
J't'aimerais même avec une bosse dans le dos
Même avec un bec même avec des crocs
J't'aimerais n'importe où n'importe comment
J't'aimerais même si tout à coup j'pouvais faire autrement

Serge Reggiani




http://pom06.p.o.pic.centerblog.net/hwcg3scq.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Amour
commenter cet article
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 23:17
Avec un peu de retard, le dimanche poétique! Merci à Celsmoon pour cette initiative!

L'invitation au voyage

 

Mon enfant, ma soeur,
Songe à la douceur
D'aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l'ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l'âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l'humeur est vagabonde ;
C'est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu'ils viennent du bout du monde.
- Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D'hyacinthe et d'or ;
Le monde s'endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.


Baudelaire


http://findelle.f.i.pic.centerblog.net/y46vlidh.jpg


Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Amour
commenter cet article
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 09:47
Encore un Dimanche poétique! Nous sommes de plus en plus nombreux, grâce à Celsmoon!


Aragon : Que serais-je sans toi ?

 

 

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre.

Que serais-je sans toi qu'un coeur au bois dormant.

Que cette heure arrêtée au cadran de la montre.

Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

 

J'ai tout appris de toi sur les choses humaines.

Et j'ai vu désormais le monde à ta façon.

J'ai tout appris de toi comme on boit aux fontaines

Comme on lit dans le ciel les étoiles lointaines.

Comme au passant qui chante, on reprend sa chanson.

J'ai tout appris de toi jusqu'au sens de frisson.

 

J'ai tout appris de toi pour ce qui me concerne.

Qu'il fait jour à midi, qu'un ciel peut être bleu

Que le bonheur n'est pas un quinquet de taverne.

Tu m'as pris par la main, dans cet enfer moderne

Où l'homme ne sait plus ce que c'est qu'être deux.

Tu m'as pris par la main comme un amant heureux.

 

Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes.

N'est-ce pas un sanglot que la déconvenue

Une corde brisée aux doigts du guitariste

Et pourtant je vous dis que le bonheur existe.

Ailleurs que dans le rêve, ailleurs que dans les nues.

Terre, terre, voici ses rades inconnues.

 

Louis Aragon, Le roman inachevé

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Amour
commenter cet article
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 10:43
Une nouvelle édition du dimanche poétique qui fait de plus en plus d'adeptes! Pour plus d'infos, c'est ICI !

Colloque sentimental

Dans le vieux parc solitaire et glacé
Deux formes ont tout à l'heure passé.

Leurs yeux sont morts et leurs lèvres sont molles,
Et l'on entend à peine leurs paroles.

Dans le vieux parc solitaire et glacé
Deux spectres ont évoqué le passé.

-Te souvient-il de notre extase ancienne?
-Pourquoi voulez-vous donc qu'il m'en souvienne?

-Ton coeur bat-il toujours à mon seul nom?
Toujours vois tu mon âme en rêve? -Non.

-Ah! les beaux jours de bonheur indicible
Où nous joignions nos bouches! -C'est possible.

Qu'il était bleu, le ciel, et grand l'espoir!
-L'espoir a fui, vaincu, vers le ciel noir.

Tels ils marchaient dans les avoines folles,
Et la nuit seule entendit leurs paroles.

Verlaine


http://madocphoto.smugmug.com/photos/603226343_kpSuX-L-1.jpg


PS : je vous conseille vivement ce site de photos. Elles sont magnifiques...et pour nos amis québécois, les dernières photos ont été prises de par chez eux!

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Amour
commenter cet article
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 17:38
Kalistina avait envie de lire ce livre et comme je n'avais pas encore fait de billet, j'en ai profité pour en faire un en même temps qu'elle.

J'ai découvert André Breton avec l'Amour fou. J'ai tellement aimé ce livre, tellement ressenti d'émotion, que j'ai rapidement acheté et lu Nadja.

Même si j'ai moins aimé ce livre, plus hermétique que l'Amour fou, j'y ai retrouvé cette magnifique émotion qui m'avait tant séduite. C'est beau. Terriblement. Profondément. Une lecture dont on a du mal à se détacher. Une beauté qui fait du bien. On se sent grandit. Plus serein. Le rythme des mots. Un flot qui emporte. On se laisse porter par ce magnifique texte. Même si on ne comprend pas tout. Un livre qui aide à lâcher prise. A comprendre que parfois le beau va bien au-delà du sens. De la normalité.

Le personnage de Nadja est fascinant. Flottant. On a du mal à le fixer dans tous les sens du terme. Il reste comme une ombre, dans un coin de notre mémoire. Comme une amie. Une présence qui éclaire. Un peu comme un fantôme clairvoyant, comme Clara dans la maison aux esprits. Un pur moment d'émotion, qui fait beaucoup de bien.

Résumé : " Je n'ai dessein de relater, en marge du récit que je vais entreprendre, que les épisodes les plus marquants de ma vie telle que je peux la concevoir hors de son plan organique, soit dans la mesure même où elle est livrée aux hasards, au plus petit comme au plus grand, où regimbant contre l'idée commune que je m'en fais, elle m'introduit dans un monde comme défendu qui est celui des rapprochements soudains, des pétrifiantes coïncidences, des réflexes primant tout autre essor du mental, des accords plaqués comme au piano, des éclairs qui feraient voir, mais alors voir, s'ils n'étaient encore plus rapides que les autres. "

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Amour
commenter cet article
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 11:54
Voici quelques beaux passages de la littérature, entre Aragon et Edmond Rostand, La princesse de Clève et Le lys dans la vallée.

Je connaissais déjà certains passages, j'en ai découvert d'autres. Ce genre de lecture me donne toujours envie de relire certains livres (comme Les Hauts de Hurlevent) ou d'en découvrir d'autres (comme Ourika).

Cette anthologie mèle des textes contemporains à des textes plus classiques, plus anciens. On s'aperçoit aussi que la vision de l'Amour et surtout de la déclaration a beaucoup évolué au fil du temps. Mais c'est toujours aussi romantique! (les Harlequinades me guettent!). Certains textes sont très touchants. D'autres amusants. J'ai simplement trouvé Pâris dans Les Héroïdes d'Ovide, un tantinet agaçant à force de parler de ses mérites.

J'aime beaucoup cette collection. On y découvre souvent de jolis textes et cela permet de faire une pause après un long roman.

J'ai aussi apprécié dans cette même collection

Dansons autour du Chaudron
Il pleut des étoiles
Leurs yeux se rencontrèrent
Au bonheur de lire
Ma chère Maman
Les anges de la littérature


Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Amour
commenter cet article
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 13:38
J'avais beaucoup entendu parler de ce livre et la couverture m'a vraiment tapé dans l'oeil. Je la trouve très poétique, avec un superbe dessin. Cela m'a tout de suite fait penser à Tim Burton (que j'adore, pour ceux qui auraient raté ce détail).

Le résumé de la 4ème de couverture me rappelant aussi Burton, je n'ai pas hésité. Je n'ai pas eu à le regretter.

L'histoire est très belle. Poétique et pleine de charme. Jack est attachant comme tous les personnages qui l'entourent: Madeleine, la petite chanteuse... C'est une très belle histoire d'amour, très triste aussi. C'est comme un conte, mais sans le happy end et sans la petite morale. Ce qui ne veut pas pour autant dire qu'il n'y a pas matière à reflexion dans ce texte. L'amour, la jalousie, la vie, le lien entre les gens. Apprendre à vivre debout, sans "prothèse", voilà ce que semble nous dire ce conte.

La narration est belle, toute simple, à la fois classique et moderne, à tel point qu'on se dmeande à quelle époque se déroule cette hsitroie. On se retrouve dans un monde à la fois enchanté et inquiétant. A la limite de l'enfance et de l'âge adulte.

Je trouve la couverture tout à fait dans le ton de l'histoire : magie et maléfice. On se retrouve au pays des rêves et la petite voix de l'auteur nous sert de guide.

Même après avoir refermé le livre, Jack et sa petite chanteuse restent dans un coin de notre tête et nous accompagne encore un peu. J'ai hâte d'écouter le CD qui va avec.

Pour tous ceux qui ont un coeur d'enfant rêveur ou qui voudrait retrouver le fonctionnement de cette belle mécanique.

Résumé
: Edimbourg, 1874 : le jour le plus froid du monde. Lorsque Jack naît, son cœur gelé se brise immédiatement. La sage-femme le remplace par une horloge et le sauve. Depuis lors, il doit prendre soin d'en remonter chaque matin le mécanisme. Mais gare aux passions ! Le regard de braise d'une petite chanteuse andalouse va mettre le cœur de Jack à rude épreuve...

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Amour
commenter cet article