Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 13:30

Sur une idée originale de Celsmoon !

 

Quand on a plus rien à perdre

 

On nous prend pour des fous
Ce qu'on peut penser de nous on s'en fout
On se fout de tout
On se fout d'être malheureux on s'aime encore mieux
Quand on n'a plus rien à perdre
Quand on n'a plus rien à perdre

Si tu pars avec moi
Les gens te montreront du doigt
Si je pars avec toi
J'oublierai qui j'étais
Tu seras hors-la-loi
Si je t'enchaîne à moi
Tu aimeras tes chaînes
Je m'accrocherai à toi
Comme le lierre à un chêne

Loin des souterrains de Naziland
On trouvera bien un no man's land
Où on pourra vivre désespérément libres
On nous prend pour des fous
Ce qu'on peut penser de nous on s'en fout
On se fout de tout
On se fout d'être malheureux on s'aime encore mieux
Quand on n'a plus rien à perdre
Quand on n'a plus rien à perdre

Si tu pars avec moi
Même si tu voulais
Tu ne pourras jamais
Revenir en arrière
Quand on choisit sa vit
Il faut la vivre jusqu'au bout
Je serai avec toi
Contre la terre entière

Venez avec nous risquer vos vies
Sur les autoroutes de la folie alors vous
Comprendrez jusqu'où on peut aller
Quand on n'a plus rien à perdre
Quand on n'a plus rien à perdre
Quand on n'a plus rien à perdre
Quand on n'a plus rien à perdre
Quand on n'a plus rien à perdre
Quand on n'a plus rien à perdre
Quand on n'a plus rien à perdre
Quand on n'a plus rien à perdre

 

Michel Berger / Luc Plamandon

 

http://www.musicalavenue.fr/files/image/actualite/2010/09_Septembre/Starmania.jpg

http://www.musicalavenue.fr/files/image/actualite/2010/09_Septembre/Starmania.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Amour
commenter cet article
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 11:10

Toutes les informations sur ces dimanches poétiques ICI !

 

Et maintenant

 

Et maintenant que vais-je faire
De tout ce temps que sera ma vie
De tous ces gens qui m'indiffèrent
Maintenant que tu es partie

Toutes ces nuits, pourquoi pour qui
Et ce matin qui revient pour rien
Ce cœur qui bat, pour qui, pourquoi
Qui bat trop fort, trop fort

Et maintenant que vais-je faire
Vers quel néant glissera ma vie
Tu m'as laissé la terre entière
Mais la terre sans toi c'est petit

Vous, mes amis, soyez gentils
Vous savez bien que l'on n'y peut rien
Même Paris crève d'ennui
Toutes ses rues me tuent

Et maintenant que vais-je faire
Je vais en rire pour ne plus pleurer
Je vais brûler des nuits entières
Au matin je te haïrai

Et puis un soir dans mon miroir
Je verrai bien la fin du chemin
Pas une fleur et pas de pleurs
Au moment de l'adieu

Je n'ai vraiment plus rien à faire
Je n'ai vraiment plus rien...

 

Gilbert Bécaud

 

http://www.galileo-web.com/photoblog/wp-content/photos/orig_coeur_de_punaises.jpg

http://www.galileo-web.com/photoblog/wp-content/photos/orig_coeur_de_punaises.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Amour
commenter cet article
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 09:17

Pour tout savoir sur les dimanches poétiques, c'est par Ici !

 

Requiem pour un fou

 

Je vous préviens n'approchez pas
Que vous soyez flic ou badau
Je tue celui qui fait un pas
Je ne ferai pas de cadeaux
Eteignez tous vos projecteurs
Et baissez ces fusils braqués
Non je ne vais pas m'envoler sans elle

Dites aux curés, dites aux pasteurs
Qu'ailleurs ils aillent se faire pendre
Le diable est passé de bonne heure
Et mon âme n'est plus à vendre
Si vous me laiisez cette nuit
A l'aube, je vous doonerai ma vie
A quoi me servirai ma vie sans elle

Je n'étais qu'un fou, mais par amour
Elle a fait de moi un fou, un fou d'amour
Mon ciel c'étais ses yeux sa bouche
Ma vie c'était son corps son corps
Je l'aimais tant que pour la garder
Je l'ai tuée pour qu'un grand amour
Vive toujours il faut qu'il meurt
Qu'il meurt d'amour

Le jour ce lève, la nuit pâlit
Les chasseurs et les chiens ont faim
C'est l'heure de sonner l'hallali
La bête doit mourir ce matin
Je vais ouvrir grand les volets
Crevez moi le coeur je suis pret
Je veux m'endormir pour toujours
Près d'elle

Je n'étais qu'un fou mais par amour
Elle a fait de moi un fou,un fou d'amour
Mon ciel c'étais ses yeux sa bouche
Ma vie c'étais son corps son corps
Je l'aimais tant que pour la garder
Je l'ai tuée je ne suis qu'un fou
Un fou d'amour, un pauvre fou
Qui meurt d'amour

 

Johnny Hallyday

 

 

http://www.linternaute.com/temoignage/image_temoignage/400/envol-oiseau-meilleures-photos-airs_188977.jpg

http://www.linternaute.com/temoignage/image_temoignage/400/envol-oiseau-meilleures-photos-airs_188977.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Amour
commenter cet article
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 09:18

Un nouveau dimanche poétique sur une idée originale de Celsmoon!

 

Chanson de Maxence

 

Je l'ai cherchée partout j'ai fait le tour du monde
De Venise à Java de Manille à Hankor
De Jeanne à Victoria de Vénus en Joconde
Je ne l'ai pas trouvée et je la cherche encore

Je ne connais rien d'elle et pourtant je la vois
J'ai inventé son nom j'ai entendu sa voix
J'ai dessiné son corps et j'ai peint son visage
Son portrait et l'amour ne font plus qu'une image

Elle a cette beauté des filles romantiques
Et d'un Botticelli le regard innocent
Son profil est celui de ces vierges mythiques
Qui hantent les musées et les adolescents

Sa démarche ressemble aux souvenirs d'enfant
Qui trottent dans ma tête et dansent en rêvant
Sur son front, ses cheveux sont de l'or en bataille
Que le vent de la mer et le soleil chamaillent

Je pourrais vous parler de ses yeux, de ses mains
Je pourrais vous parler d'elle jusqu'à demain
Son amour, c'est ma vie mais à quoi bon rêver?
Je l'ai cherchée partout je ne l'ai pas trouvée

Il pourrait nous parler de ses yeux, de ses mains
Il pourrait nous parler d'elle jusqu'à demain
Son amour, c'est sa vie mais à quoi bon rêver?
Il l'a cherchée partout il ne l'a pas trouvée

Est-elle loin d'ici? Est-elle près de moi?
Je n'en sais rien encore mais je sais qu'elle existe
Est-elle pécheresse ou bien fille de roi?
Que m'importe son sang puisque je suis artiste
Et que l'amour dicte sa loi

 

Michel Legrand

 

http://prince2rien.free.fr/images/2009/demoiselles_rochefort_maxence.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Amour
commenter cet article
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 09:31

FINAL.png

 

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51YylM3l%2BXL._SL500_AA300_.jpg 

Chroniqué de cet auteur : Où es-tu ?


Je sais que Marc Lévy est loin de faire l'unanimité mais c'est un auteur que j'apprécie, qui sait me divertir et ne m'a jamais déçue. On passe toujours un excellent moment à ces côtés.

 

Ce roman ne fait pas exception. Et il propose un thème original : la rencontre d'un ange et d'un démon. On suit avec un immense plaisir la rencontre et les affrontements de ces deux personnages. On a envie de savoir comment cela va se terminer.  L'idée de faire s'opposer Dieu et le Diable en en faisant des personnages à part entière est aussi très bien trouvé.

 

On retrouve l'écriture fluide Marc Lévy. Ses thèmes de prédilection. Ses belles histoires d'amour. Mais sans s'eenuer. Sans ce dire : c'est toujours la même chose. On est une fois encore sous le charme de cet auteur qui sait si bien divertir son lecteur. Lui faire oublier ces problèmes pendant quelques heures.

 

Un auteur que je continuerai à suivre avec beaucoup de bonheur.

 

Résumé : Pour mettre un terme à leur éternelle rivalité, Dieu et Lucifer se sont lancé un ultime défi... Ils envoient omission leurs deux meilleurs agents... Lucas etc.. a auront sept jours sur terre pour faire triompher leur camp, décidant ainsi qui du Bien ou du Mal gouvernera les hommes...En organisant ce pari absurde, Dieu et Lucifer avaient tout prévu, sauf une chose... Que l'ange et le démon se rencontreraient...

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Amour
commenter cet article
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 09:23

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51XFw1ABnSL._SL500_AA300_.jpg 

Chroniqué de cet auteur : Parce que je t'aime


J'avais dévoré Seras-tu là? et apprécié Parce que je t'aime. Là, j'ai eu plus de mal. 

 

Trop de répétitions. Trop de clichés. Pas assez de rythme. Le livre peine à démarrer. On attend bien 150 pages (sur 300) avant de s'intéresser à l'histoire. Martin est agaçant au possible. Quant au père de Gabrielle, ce n'est finalement guère mieux. On s'ennuie. Au moins jusqu'à l'arrivée de Gabrielle. Le récit trouve alors son rythme de croisière, avec un peu de suspens (à condition de ne pas être trop regardant) et surtout quelques clins d'oeil à d'autres de ces romans.

 

La fin est prévisible mais sympathique. Il y a même une petite touche de Musso avec le côté ésotérique/mystique. Finalement, on ne retrouve la marque de fabrique de l'auteur que dans les derniers chapitres. Parce qu'à part ça, pendant un moment, on se croirait dans du mauvais Harlequin.

 

Pour découvrir Musso, mieux vaut commencer par un autre...

 

Résumé : Gabrielle a deux hommes dans sa vie. L’un est son père, l’autre est son premier amour. L’un est un grand flic, l’autre est un célèbre voleur. Ils ont disparu depuis longtemps, laissant un vide immense dans son cœur. Le même jour, à la même heure, ils surgissent pour bouleverser sa vie. Ils se connaissent, ils se détestent, ils se sont lancé un défi mortel. Gabrielle refuse de choisir entre les deux, elle voudrait les préserver, les rapprocher, les aimer ensemble. Mais il y a des duels dont l’issue inéluctable est la mort. Sauf si… Des toits de Paris au soleil de San Francisco Un premier amour qui éclaire toute une vie Une histoire envoûtante, pleine de suspense et de féerie

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Amour
commenter cet article
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 09:48

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41%2B6lyVppnL._SL500_AA300_.jpg 

Gros coup de coeur pour ce roman. C'est vif, bien écrit. Un vrai plaisir.

 

On suit avec intérêt ce moment de vie des trois personnages. Moment où tout peu basculer. En bien, comme en mal. La structure alternant la voix des trois personnages donnent un récit rythmé. Impossible de lâcher ce roman avant la fin.

 

Parfois on s'amuse. Souvent on est ému. Particulièrement par Judith qui, sous ses dehors de générale en chef, est plus fragile qu'il n'y paraît. On s'attache aussi à Marco. A son courage. A cette impression qu'il donne d'être un peu perdu au milieu de tout ça. L'amour qu'il porte à sa femme est magnifique. Seul le personnage de Fany m'a moins parlé. Moins touchée.  Malgré son courage. Parfois.

 

Le thème est originale. On s'attend plutôt à une situation inversée. On en a plus l'habitude. Josiane Balasko a l'intelligence de traité de thème avec pudeur et délicatesse. Sans jugement. Elle nous fait aimer ces gens un peu paumés. Un peu paumés parce que souvent la vie est difficile.

 

Un très beau livre, plein de joie  et d'émotion.

 

Résumé : Fanny et Marco sont mariés depuis quatre ans. Ils
s'aiment. Elle travaille dans un salon de coiffure, lui
exécute de petits boulots sur des chantiers. Du moins,
c'est ce qu'elle croit, jusqu'au jour où elle découvre
son vrai métier : escort boy. Marco se prostitue. Il vend ses charmes à des femmes riches et solitaires. Parmi ces dernières, Judith, animatrice d'une émission de télé-achat, qui s'est prise d'affection pour le jeune homme au point de le recevoir chez elle... L'intrigue est nouée. Les relations du trio vont-elles tourner au drame ou à la farce, au vaudeville ou à la comédie de mœurs ? Comédienne adorée du grand public, mais aussi scénariste et réalisatrice, Josiane Balasko nous fait passer du rire aux larmes avec autant de brio que de tendresse. Et c'est en vraie romancière qu'elle dépeint aussi bien le jeune couple amoureux que l'angoisse d'une femme libre, désemparée face à l'âge qui vient...

 

objectif-pal.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Amour
commenter cet article
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 10:00

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51V5N6BXRBL._SL500_AA300_.jpg 

Au départ, on a du mal à accrocher à cette histoire. Maurice est assez agaçant et on a du mal à s'attacher à lui ou à suivre ses problèmes avec intérêt. Puis peu à peu on tombe sous le charme de l'écriture un brin ironique d'E.M Forster. Il décrit avec verve les travers de la bourgeoisie anglaise. Ses préjugés et leurs dérives. On commence à s'intéresser à l'histoire lors de l'arrivée de Clive et à partir de là, le récit va crescendo.

 

Le lien entre ses deux hommes est très intéressant. Forster sait admirablement bien dépeindre ces caractères. On les voit évoluer sous nos yeux. Passionnant. Peu à peu on s'attache à Maurice, capable de faire preuve de lucidité. De réflexion sur lui même. J'ai particulièrement aimé le personnage d'Alec. Droit. Humain. Il n'essaye pas de profiter de la situation. Un très beau personnage.

 

Etant peu à peu rentrer dans l'histoire, j'ai vraiment apprécié la fin, à la fois ironique et heureuse. On sent que tout est apaisé. Que ce qui devait être fait a été mené à bien. On serait presque fier de Maurice. Ce Maurice si agaçant dans les premiers chapitres.

 

On appréciera l'atmosphère très british et l'analyse de cette société bourgeoise des années 1920 ainsi que la plume vive et pleine de vie de Forster. Un auteur que j'ai envie de continuer à découvrir avec Vue sur l'Arno.

 

Résumé : Depuis son plus jeune âge, Maurice est hanté par des rêves dont il s'explique mal la nature étrange et mélancolique. Puis, comme tous les jeunes gens de la bonne société anglaise, il part faire ses études à Cambridge. C'est là qu'il rencontre Clive, étudiant comme lui, auprès de qui il sent naître de nouveaux sentiments. Tentant d'abord d'ignorer cette passion, le jeune homme va peu à peu entamer un long cheminement, parfois douloureux, vers la liberté et l'affirmation de son identité. Dans ce récit intimiste à l'écriture ciselée, Forster, qui jamais ne consentit à ce que cette oeuvre soit publiée de son vivant, livre une magnifique histoire d'amour sur fond de chronique sociale de l'Angleterre puritaine des années 1920.

 

http://img.over-blog.com/109x109/1/83/70/07//objectif-pal.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Amour
commenter cet article
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 10:16

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41xnKxKBwrL._SL500_AA300_.jpg

Offert par Melmélie dans le cadre du swap Happy Face.

 

Chroniqué de cet auteur

Les yeux jaunes des crocodiles

 

Merci mille fois Melmélie! Quel bon choix! Quel beau cadeau que ce roman. Roman qui commence tout en douceur. Tout en bavardage autour de la littérature. Et se finit comme une immense déchirure. Comme une incroyable passion.

 

Le style de Katherine Pancol est toujours aussi agréable. Léger. Fluide. Il coule d'une page à l'autre et on en redemande. On se laisse porter par ses phrases toutes simples. Toutes vraies. Si proche de la vie. On déguste chaque lettre. Chaque réponse. Elle ne se serre pas de la forme épistolaire comme d'un prétexte. Elle l'investit réellement. Lui donne un sens. Une place dans le récit.

 

C'est beau. Profond. Déchirant. ça donne envie d'être amoureux. D'aller au bord de la mer. De relire les grands classiques et d'en découvrir d'autres. Beaucoup d'autres.

 

On s'attache terriblement à ces personnages. Kay, si secrète. Jonathan si bizarre dans ses passions et ses colères. Nathalie si compréhensive. Et tous les autres qu'on a l'impression de connaître comme des amis. On a envie de les rejoindre sur la côte normande.

 

On tourne la dernière page avec une petite boule dans la gorge. Parce qu'on a pas envie des les quiteer. Parce que...

 

A s'offrir comme un cadeau. A déguster comme un bon chocolat chaud autour d'un livre.

 

 

Résumé : Kay Bartholdi est libraire à Fécamp, Jonathan Shields est un écrivain américain. Pour un guide touristique de la côte normande, il lui commande des livres par correspondance. Elle répond à cet inconnu qui semble partager les mêmes goûts qu'elle. Lettre après lettre, ils se découvrent une même passion pour la littérature. Cette relation épistolaire devient bientôt aussi passionnée que celle de deux amoureux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Amour
commenter cet article
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 09:47

Un nouveau dimanche poétique grâce à Celsmoon!

 

Filles faciles

 

J'ai une tendresse particulière
Pour ces filles qui n'ont pas de manières
Les hospitalières, les dociles
Vous les appelez les filles faciles
Celles qui marchandent pas leur corps
Ni pour des mots ni pour de l'or
Pour qui faut pas tout un débat
Ni pour leur haut ni pour leur bas
Pour quelques notes de guitare
Elles dormiront un peu plus tard
Elles disent que les matins, c'est bien
Elles disent qu'à deux, c'est encore mieux
Les inespérées des timides
Celles qui comprennent sans qu'on leur dise
Pour qui ne suffit qu'on regard
Pour que tout s'allume en un soir

Petite chanson de reconnaissance
Pour ces stars de mon adolescence
Je n'en ai oublié aucun
Chères et précieuses une à une

Celles qui m'ont trouvé consommable
Avant que je sois dans les hit-parades
Dans les bals ou les mjc
Comme au plus haut des colisées
Celles qui n'échangent pas leur plaisir
Pour ce qu'on pense ou ce qu'on va dire
Qui disent ok pour les enfers
Contre un peu de paradis sur terre
Des petits moments piqués en fraude
Comme un automne aux pays chauds
Plein du goût des baisers volés
Toujours un petit peu plus sucrés
Sans qu'on en parle ou qu'on y pense
Sans après promis ni juré
Ça n'a pas la moindre importance
Quand c'est l'amour qu'on aime aimer

Ce soir, je veux leur rendre hommage
Ce sera la seconde fois
Qu'elles sachent qu'il m'est dommage
De ne le faire que par la voix

 

JJ Goldman

 

http://quisommesnous.files.wordpress.com/2007/11/amour.jpg

http://quisommesnous.files.wordpress.com/2007/11/amour.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Amour
commenter cet article