Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 09:10

Etant partie en vacances quelques jours (ce qui explique l'inactivité de ce blog), j'ai raté la deuxième édition de ce dimanche poétique. C'est avec plaisir que je continue pour l'édition n°3. Merci Celsmoon pour cette très bonne idée.

Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées;

Mon paletot soudain devenait idéal;

J'allais sous le ciel, Muse, et j'étais ton féal;

Oh! là là! que d'amours splendides j'ai rêvées!

 

Mon unique culotte avait un large trou.

Petit-Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course

Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.

Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

 

Et je les écoutais, assis au bord des routes,

Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes

De rosée à mon front, comme un vin de vigueur;

 

Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,

Comme des lyres, je tirais les élastiques

De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur!

 

Arthur Rimbaud

 

V.Van Gogh "Les souliers"

 

Bon dimanche à vous!

 

D'autres poèmes chez Mango et chez lepetitmouton.

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 17:30
Vous râlez tout le temps, pour un rien...et puis plus tard pour l'inverse du rien précédent. Vous avez parfois du mal à vous trouver...et votre famille, vos amis qui essayent de faire tout ce qu'ils peuvent pour vous vous énervent au plus au point. Alors ce livre et pour vous.

Et puis si vous n'êtes rien de tous ça, n'hésitez pas à le lire. Car certes vous n'êtes plus une ado en pleine crise d'adolescence, mais vous allez bien rigoler.Et peut-être vous reconnaître de temps en temps...

Au départ Auror m'a tapé sur les nerfs...mais malgré tout, je la trouve pénible mais attachante. Parce que oui, justement, Aurore n'est pas parfaite, elle a plein de problèmes (qu'elle se crée toute seule le plus souvent, elle n'est jamais satisfaite de rien et aime faire tourner le repas familial du dimanche au cauchemar...mais elle est tellement amusante...et parfois tellement humaine!

J'apprécie toujours la forme du journal. Je trouve que cela donne un rythme, une vie au texte. Certes ici les idées ne sont pas éblouissantes d'originalité, mais elles font réfléchir quand même...N'y a-t-il pas un peu d'Aurore en chacun de nous? Est ce qu'on ne se montre pas parfois pénibles, agaçantes et un brin tyranniques? En tout cas je m'y suis parfois reconnu (surtout le côté : je râle sur un truc puis sur l'inverse 20 minutes plus tard...sinon où serait le plaisir...) et j'ai bien envie de lire le tome 2.

Résumé : 12 février. On peut ruiner sa vie en moins de dix secondes. Je le sais. Je viens de le faire. Là, juste à l'instant. J'arrive à la porte de l'immeuble, une modeste baguette dans la main et la modeste monnaie dans l'autre, quand Merveille-Sans-Nom surgit devant moi. Inopinément. A moins de cinq centimètres (il est en train de sortir et je m'apprête à entrer, pour un peu on s'explose le crâne, front contre front). Il pose sereinement sur moi ses yeux
sublimes. Je baisse les miens illico, autant dire que je les jette quasiment sous terre, bien profond, entre la conduite d'égout et le tuyau du gaz. Sa voix amicale résonne dans l'air du soir :
- Tiens ! Aurore ! Tu vas bien ?
Je reste la bouche ouverte pendant environ deux
millions de secondes, avant de me décider et de lui hurler à la figure :
- Voua ! Merdi !



Partager cet article

Repost0
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 20:26

J'avais hâte de lire cette BD...j'ai donc été doublement déçue. J'attendais beaucoup de cette histoire d'adolescente, avec ses premières amours, ses hésitations. J'aime beaucoup ce genre de thème d'habitude. Mais vraiment je n'ai pas accroché.Pourtant le titre était prometteur. Les titres suivants aussi d'ailleurs : Celle que je voudrais être / Celle que je suis.

Même si on voit bien comment l'auteur développe cette thématique du "celle que je ne suis pas" (différences entre les moments de solitudes de l'héroïne et ceux en compagnie de ses amies, sa façon d'être toujours un peu en marge, de ne pas oser dire ce qu'elle pense vraiment...). L'idée est vraiment intéressante et permet même une réflexion autour des idées proposées.

Mais d'une part je n'ai pas accroché aux dessins, trop fades, trop neutres à mon goût. D'autre part les personnages sont tous plus caricaturaux les uns que les autres. Il y a la délégué très bonne élève et sainte nitouche, la redoublante rebelle, les pimbêches, le beau mec, le comique de service...on n'en loupe pas un.

Cependant tout cela aurait pu passer si le ton de cette BD n'avait pas essayer de faire jeune. Du genre "je connais les jeunes d'aujourd'hui". On a l'impression de se retrouver dans la Boum mais sans le côté sympathique, réjouissant....alors que ce livre semble proposer, vu la date de parution (2008), un portrait d'une jeune fille d'aujourd'hui, on a l'impression d'être dans les années 80...voir encore plus loin. Avec une ribambelle d'expression que plus aucun jeune n'utilise...je m'attendais presque au "c'est trop bath". Horreur! Malheur! c'était à tel point que ça m'a mise mal à l'aise.  Je n'avais qu'une hâte arriver au bout et m'en débarrasser.

Je serai curieuse d'avoir votre avis. Alors si l'une de vous l'a lu...pour les autres, passez votre chemin sans regret.

Résumé : C'est l'année du brevet. Valentine a quatorze ans, elle est en troisième et est toujours entourée de sa bande de quatre copines (Yamina, Julie, Emilie et Juliette). Elle est aussi amoureuse de Félix, mais c'est son petit secret qu'elle préserve jalousement.
Les mois passent, au rythme des cours (qu'on sèche, parfois), des premières boums, des compétitions sportives. Entre 400 coups, coups de blues et éclats de rire, Valentine trace sa route d'adolescente en mal de repères.

Partager cet article

Repost0
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 11:39
A la lecture des premières pages je n'ai pas été séduite. J'avais l'impression que l'ensemble sentait le réchauffé, le manque d'originalité...mais ce livre me disait depuis longtemps. J'ai donc continué...et grand bien m'en a pris! en fait je ne l'ai plus lâché de tout mon voyage en train! J'ai vraiment beaucoup aimé l'ensemble.

Les personnages sont très attachants. Ces quatre filles qui sont très différentes et qui pourtant sont liées par une amitié forte sont finalement très proches de nous (ou au moins de ce que nous avons ressenti à certains moments de notre vie). J'ai particulièrement apprécié Bridget (Bee) et Lena. Mais chacune de ces héroïnes à quelque chose à dire, à faire entendre, à faire comprendre.

Les histoires qui s'entremêlent se suivent très bien. On a envie de savoir ce qui va se passer. Même si le Jean n'a pas une utilité fracassante, il ajoute une petite touche originale et symbolique.

Le style de l'auteur est aussi très sympathique. Cela se lit très bien, sans pour autant verser dans le simplisme. Elle rend bien les sentiments que peuvent ressentir des adolescentes et j'ai même verser ma petite larme vers la fin (même si ce qui allait se passer était prévisible).

J'ai ainsi passer une très agréable moment...le seul bémol : je veux la suite maintenant!

Résumé : Un jean acheté dans une boutique d'occasion va devenir le lien entre quatre adolescentes. Carmen est brune et un peu ronde, elle parle sans détour et a un problème avec son père divorcé qui lui réserve une drôle de surprise. Tibby est un garçon manqué et ne fait pas son âge. Bridget, la troisième, est blonde, superbe et sportive, volontaire jusqu'à l'erreur... La dernière est Lena la brune, très introvertie, et grecque jusque dans ses sentiments. Chacune va se retrouver séparée pour les vacances, et ce jean magique sera leur lien indéfectible, source de fidélité. Il sera témoin de la découverte pour chacune d'entre elles de la profondeur de l'amour.

Partager cet article

Repost0
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 16:59

J'ai lu ce livre quand je devais avoir 13 ou 14 ans. Je ne me le rappelais plus...ou plutôt je me rappelais de nombreuses scènes que je situais dans un tout autre livre (L'esprit de famille de Janine Boissard). J'ai pris beaucoup de plaisir à le relire.

 

De plus, entre temps, le véritable auteur s'est dévoilé. Pendant longtemps il a laissait croire que ce livre avait été écrit par Stéphanie, une adolescente, à partir de son journal intime. Elle y raconte sa vie, ses parents absents, son chat Garfunkel, ses doutes et ses révoltes.

Le ton est très juste. On s'attache à cette jeune fille, jeune femme en devenir.


Le véritable auteur est en réalité Philippe Labro (auteur du fantastique "L'étudiant étranger" et du très beau "Franz et Clara"), qui a su saisir merveilleusement le ton de cette jeune femme en devenir, qui montre si bien comme c'est difficile de grandir. On a beau savoir que c'est un homme, un adulte qui a écrit, on entend toujours Stéphanie...même le roman refermé. C'est sa voix qui porte ses mots, ses craintes, ses espoirs. Ce livre restera celui de Stéphanie.

Partager cet article

Repost0