Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 18:00
Le thème du livre (deux jeunes filles en vacances au Maxique et à qui va arriver un évènement dramatique) m'avait un peu rebuter. Pourtant, dès que je l'ai commencé, je n'ai plus pu le lâcher. C'est magnifiquement bien écrit. Avec une justesse, une poésie qui coupe le souffle. Difficile de raconter l'histoire ou de parler du style sans spoiler. Disons que à travers des changements de points de vue et de pronoms personnels l'auteur arrive à nous faire pressentir le drame et ses conséquence. De plsu, les références à l'histoire Maya sont passionnantes (ça donne envie d'en savoir plus) et les description du Maxique donne envie d'y faire un tour. C'est un roman très visuel, on appréhende bien tout ce qui se passe.
L'histoire aussi est très intéressante. Elle parle de la fin de l'adolescence, de la perte de l'innocence, sans jamais être choquant (même quand le drame survient). On s'attache aux personnages, on s'indigne avec eux (ou contre eux). A découvrir d'urgence!

RésuméVéritable rituel, les vacances de printemps marquent le passage à l'âge adulte pour les élèves de terminale aux Etats-Unis. Quittant pour la première fois le nid familial, ils partent une semaine entre amis dans un cadre exotique. Face à l'insistance de leur amie Terri, Anne et Michelle renoncent à la croisière dans les Caraïbes qu'elles avaient prévue et optent pour les plages mexicaines. En dépit des mises en garde maternelles, Anne et Michelle acceptent d'aller visiter les ruines de Chichén Itzâ en compagnie d'un inconnu. Cette expérience les entraînera bien au-delà de la simple découverte culturelle, pour leur plus grand malheur...

Partager cet article

Repost0
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 11:31
J'adore Roald Dahl. Je le lis depuis que je sais lire et je n'ai jamais été déçue. Je le relis toujours avec bonheur. Avec cette petite joie, presque de la jubilation. C'est drôle, vraiment réjouissant. On ne s'ennuie pas une minute et on garde un place à tous ses personnages pour toujours. Je n'avais pas relu Georges Bouillon depuis longtemps. La composition de la potion est hilarante. Et puis ça soulage...il y a bien des gens à qui on donnerait volontiers de cette potion, pour leur donner un "bon coup de fouet". Le style est léger, aérien.Je me suis régalée et je compte bien les relire tous.

De plus les dessins de Blake sont absolument fantastique, en parfait accord avec l'ambiance: colorés, enfantins, beaux...

Résumé
: La grand-mère de Georges n'est pas de ces adorables mamies gâteaux qui racontent des histoires et offrent des bonbons. Elle serait plutôt du genre sorcière, méchante et aimant faire peur aux enfants. Puisque c'est une sorcière, Georges décide de la transformer en lui concoctant une potion magique à sa façon. Du genre explosif. Une potion qui aura des effets plutôt inattendus...

Partager cet article

Repost0
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 11:19

Ouf, j'en suis venue à bout! Et je ne le regrette pas! J'ai acheté ce livre il y a un bon bout de temps. Je l'ai commencé quatre fois. La quatrième a été la bonne. Comme quoi il ne faut pas se décourager. Ce livre est très intéressant. L'histoire de ce mariage d'un homme avec la soeur de celle qu'il aime pour pouvoir l'approcher plus facilement est vraiment très étrange, envoûtant. Le problème, c'est que pendant les 30 premières pages le narrateur (à qui le fils issu de ce mariage va raconter son histoire) se rend à un ancien palais et qu'on a droit à un cours de géographie chinoise, ce qui devient vite pénible. Surtout qu'on a beaucoup de mal à s'y retrouver. Mais quand l'histoire centrale commence à se dérouler, on est tout de suite pris. On suit cela avec grand intérêt jusqu'à la fin (que j'aurais aimé un peu plus approfondie, car plusieurs questions restent en suspens). De plus on est plongé dans l'univers du Japon, avec un charme un peu désué. Je lirai volontiers d'autres livres de cet auteur, car j'ai aimé son style (plein de dignité, de sérénité) à condition qu'il n'y a ait plus ces passages trop précis sur la géographie japonaise.

Résumé : Lors d'une promenade autour d'un ancien palais impérial, le sanctuaire de Minase, le narrateur rencontre un homme étrange. Est-ce un fantôme, un esprit qui hante les lieux ? Celui-ci lui offre du saké et lui raconte l'histoire de la belle O-Yû, perverse et inaccessible...

PS : si quelqu'un le lis, pourra-t-il me donner son avis sur le "perverse" du résumé. Je n'ai pas touvé O -Yû particulièrement perverse. Juste très égoïste.

Partager cet article

Repost0
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 11:03
Juste après avoir lu "Mal depierre", je suis tombée sur ce roman à la bibliothèque. Je me suis donc empressée de le prendre. Comme dans le précédent, j'ai beaucoup aimé le style de l'auteur, sa légèreté pour dire des choses graves, ses personnages un peu décalés, qui ne trouvent pas leur place en ce bas monde. Très attachants (surtout le grand-père).
J'y ai moins retrouvé ces descriptions de la Sardaigne qui m'avaient tant plu. Et un peu moins de cette lumière qui venaient des personnages. Si "Madame", l'héroïne, est très attachante, elle est peut-être un peu trop triste, trop torturée. La fin du livre surtout nous laisse sur notre fin. Un petit goût d'inachever. Je lirai tout de même son dernier si je le trouve.

Résumé : Un lieu enchanteur en Sardaigne. Sur la colline qui domine la mer, au milieu des terres arrachées au maquis, se tient la maison de Madame, dernier bastion de résistance aux barres à touristes. Seule, décalée dans ses robes bizarres cousues main et dans son naïf refus de l'argent, Madame n'est pas conforme. Quand la nervosité la gagne, que malgré les rites magiques le grand amour se dérobe, elle dévale les deux cents mètres du chemin escarpé jusqu'à la plage et nage vers le large. Madame dérange, mais pas sa jeune et fantasque amie de quatorze ans, pas le grand-père moqueur, ni le fils aîné des voisins, trompettiste incompris des siens. Eux savent...

Partager cet article

Repost0
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 18:04
Heureux celui qui ne connaît pas encore ce livre et va pouvoir le découvrir ! Il va pouvoir lire une des oeuvres les plus originales du XXème siècle. Non, je n'exagère pas. C'est à la fois intéressant, poétique, passionnant. Rien ne manque à l'appel. 

Imaginez un univers où l'homme a permis aux dauphins et aux chimpanzés d'être ses égaux en leur offrant la sapience. Et tout ce beau monde se retrouve dans un vaisseau, piloté par des dauphins et parcourant l'univers...Juste avant de découvrir ce que les autres races extraterrestres convoitent. Au point de déclencher une guerre. C'est vrai que dit comme ça, cela ressemble à de la banale SF. Mais ce n'est pas le cas. David Brin insuffle une force épique à son récit. On ne peut plus le lâcher. On s'attache énormément à tous ces personnages. On découvre un monde unique, passionnant. On passe d'une aventure à l'autre sans s'ennuyer et pourtant sans perdre de vue l'essentiel : l'humanité des personnages. De tous les personnages.

Je l'ai lu il y a quelques temps et vraiment je ne le regrette pas. Les thèmes scientifiques, écologiques sont abordés simplement. C'est plein de reflexion, pas de prêt-à-penser mais ça n'oublie pas pour autant de divertir. A ne pas rater!

Résumé : L'équipage du Streaker, premier appareil terrien commandé par des néo-dauphins, a fait une découverte fabuleuse qui risque de rompre le statu quo entre les différentes espèces galactiques. Chassés par de nombreuses factions extraterrestres, les Terriens se réfugient sur la planète Kithrup afin de réparer leur vaisseau. Pendant que les Galactiques se livrent une guerre sans merci dans l'espace, les dauphins, les quelques humains et le chimpanzé qui constituent l'équipage du Streaker découvrent leur planète d'accueil. Peut-être ne sont-ils pas au bout de leurs surprises.

Partager cet article

Repost0
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 17:55
J'ai beaucoup aimé cette histoire. Plus pour l'humanité qui en ressort que pour le suspense (pourtant très bon). La fin est surprenante, comme toujours chez cet auteur, mais c'est surtout les personnages sui sont attachants. Attachants surtout pour toutes leurs failles. Et leur force, immense qui les pousse en avant. Cette force qu'on appelle la vie
Les vies de ces personnages se coupent, ils se croisent et vont s'aider mutuellement. C'est une histoire boulversante, d'un homme qui a perdu sa fille. elle a disparu dans un centre commercial. Tout s'est écroulé. Sa femme a essayé de s'accrocher. Lui a lâché prise. Car pour lui sa fille souffre. Et il doit souffrir en même temps qu'elle. C'est ainsi qu'il se retrouve à vivre dehors. Pour être malgré tout avec elle.

C'est très bien tourné, très bien écrit. Une magnifique leçon d'amour et de courage.

Résumé : Layla, petite fille de cinq ans, disparaît dans un centre commercial de Los Angeles. Ses parents, brisés, finissent par se séparer. Cinq ans plus tard, elle est retrouvée à l'endroit exact où l'on avait perdu sa trace. Elle est vivante mais reste plongée dans un étrange mutisme. A la joie des retrouvailles, succèdent alors les interrogations : où était Layla pendant cette période ? Avec qui ? Et surtout : pourquoi est-elle revenue ?

Partager cet article

Repost0
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 17:44
De la très bonne chick litt ! J'ai adoré suivre les aventures d'Emma, toutes plus folles les unes qu les autres. Cela commence très fort, quand son avion manque de s'écraser et que terrorisée elle raconte tous ses petits secrets à son voisin. L'avion ne s'écrase pas...et elle espère bien ne jamais revoir cet inconnu. Or il se trouve que celui-ci est... Il faudra lire la suite pour le savoir!

En tout cas, on s'amuse beaucoup, on s'attache à Emma malgré ses travers et aux autres personnages. Une lecture qui détend et qui fait du bien! Pour rire tout simplement !

Résumé : Ce n'est pas qu'Emma soit menteuse, non, c'est plutôt qu'elle a ses petits secrets. Par exemple, elle fait un bon 40, pas du 36. Elle ne supporte pas les strings. Elle a très légèrement embelli son CV. Elle déteste sa cousine Kerry. Et avec Connor, son petit ami, au lit ce n'est pas franchement l'extase. Bref, rien de bien méchant, mais plutôt mourir que de l'avouer. Mourir ? Justement... Lors d'un voyage en avion passablement mouvementé, Emma croit sa dernière heure arrivée. Prise de panique, elle déballe tout à son séduisant voisin. Tout et plus encore. Sans imaginer que l'inconnu en question est l'un de ses proches. Très proche même...

Partager cet article

Repost0
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 17:38
Un livre étonnant et passionnant ! J'ai vraiment beaucoup aimé. Les personnages sont très attachants. On a envie de les suivre dans leurs péripéties, de savoir ce qui va se passer. On a du mal à s'arrêter avec la dernière page (assez gênant car le livre en compte environ 600). On ne s'ennuie pas une minute !  On vibre, on participe. Une excellente lecture ! L'histoire se passe à Paris où une femme vient de se faire quiter par son mari. Elle est déboussolée, désespérée, mais elle va se battre, pour ces deux filles. Autour d'elle, de nombreux personnages, plus ou moins sympathiques, plus ou moins bienveillants, vont l'aider à avancer.

En revanche, j'ai trouvé la suite (La Valse lente des tortues) un peu moins agréable, avec quelques passages assez trash vers la fin surtout. Je ne comprends pas bien pourquoi elle a choisit cette fin. Peut-être (presque sûr) a-t-elle prévu une suite... Mais on est content de voir comment les personnages ont évolué, comment l'évènement important à la fin du premier volume les a marqué. On passe donc quand même un agréable moment.

Résumé : Ce roman se passe à Paris. Et pourtant on y croise des crocodiles. Ce roman parle des hommes. Et des femmes. Celles que nous sommes, celles que nous voudrions être, celles que nous ne serons jamais, celles que nous deviendrons peut-être. Ce roman est l'histoire d'un mensonge. Mais aussi une histoire d'amours, d'amitiés, de trahisons, d'argent, de rêves. Ce roman est plein de rires et de larmes. Ce roman, c'est la vie.

Partager cet article

Repost0
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 18:02
J'ai beaucoup apprécié ce roman parlant de la condition de vie des femmes chinoises. Certains passages m'ont fait voyager, d'autres pleurer, d'autres enfin choquer. J'ai appris beaucoup sur la civilisation chinoise de l'époque et sur les rites de mariages. C'était vraiment passionnant!

J'ai aimé l'histoire de ces deux femmes qui vont devenir amies et tout partager, jusqu'à ce qu'un malentendu les sépare. C'est bien écrit, très détaillé et très fin. On partage tous les malheurs des personnages, à tel point qu'on sort de ce voyage épuisé. Epuisé mais plus humain.

Résumé : Fleur de Lis et Fleur de Neige sont nées le même jour, à la même heure, dans une province reculée de la Chine du XIXe siècle. Alors que la famille de Fleur de Neige est de la plus haute noblesse, celle de Fleur de Lis n'a connu que la misère ; mais la grande beauté de cette dernière et la perfection de ses pieds lui permettent de devenir la laotong (" âme sœur ") de Fleur de Neige. Les deux jeunes filles partagent tout, du supplice des pieds bandés à la réclusion, du nu shu, langage secret inventé par les femmes, à leurs mariages arrangés. Leur amitié, teintée d'une fascination réciproque, grandit au fil des années. Jusqu'au jour où Fleur de Lis découvre que Fleur de Neige l'a trahie. L'amour qui les lie cède alors la place à une jalousie que rien ni personne ne saura arrêter. Fleur de Neige est un merveilleux voyage dans le temps qui nous fait revivre la tradition ancestrale de l'éducation des jeunes filles dans la Chine impériale. Best-seller traduit dans 23 pays, ce roman chargé de lyrisme et d'émotion pénètre l'une des plus mystérieuses relations humaines : l'amitié féminine.

Du même auteur : Le pavillon des pivoines

Partager cet article

Repost0
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 17:50
Encore un trilogie de Pierre Bottaro que j'ai adorée! Aucun rapport avec Gwendalavir. Quoique...




La quatrième de couverture ne m'attirait pas des masses...mais bon, c'était Pierre Bottero. Alors...Et bien je ne regrette pas. C'était vraiment génial ! Une histoire pleine de découverte et de rebondissements, avec un belle conception de la vie et beaucoup d'imagination. J'ai vraiment été prise par l'histoire et j'avais hâte de découvrir la fin. La vision du monde d'aujourd'hui (à travers la vision d'un monde futur) me paraît très juste (particulièrement le dernier tome).

Je partage les conceptions de l'auteur sur beaucoup de points et son écriture me touche toujours autant!

SPOILER : On retrouve des traces de Gwendalavir et des autres trilogies ici aussi (la Grande Dévoreuse). Et c'est vraiment agréable! Pour ceux qui l'ont lu, pensez-vous que la petite fille qui aide Elio est la fille de Salim et d'Ewilan?

Bref, j'ai pris énormément de plaisir à lire ces romans. heureux celui qui n'a pas encore lu Pierre Bottero, il va pouvoir découvrir tout ça!

Résumé : Natan habite au Canada, il excelle dans tous les sports au point que c'en est étrange. Shaé vit près de Marseille. Elle possède, tapie au fond d'elle-même, une Chose qu'elle ne maîtrise pas. Lorsqu'ils se rencontrent à Marseille, ils comprennent que leurs existences sont liées...
Après avoir échappé à des individus sans visage et des créatures infernales, ils sont recueillis par la famille de Natan et pénètrent dans la Maison de l'Ailleurs. Mais l'Autre, triple et terrifiante incarnation du Mal, les y traque...




Partager cet article

Repost0