Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 11:40

 La couverture de ce livre m'a tout de suite attirée. J'ai adoré cette photo, pleine de charme et de mystère, qui me fait penser à toutes ces régions, où le soleil trop chaud de l'après-midi laisse les maisons dans l'ombre. Une ombre fraîche, accueillante. On se sent tout de suite chez soi.

Et puis le résumé m'a séduite. Mystérieux. Il ébauche une histoire d'amour. On se demande se qui va se passer. Et surtout le thème du voyage, de l'Argentine. Je n'ai pas pu résister.

Je ne regrette vraiment pas. Ce livre m'a enchantée du début à la fin. C'est beau. Terriblement beau. Et humain. En lisant ces lignes, on a envie de découvrir l'Argentine, l'Eldorado. On a surtout envie d'être amoureux.

L'intrigue est bien menée. Admirablement bien écrite surtout. Avec une poésie, une légèreté et parfois une douleur au-delà des mots. L'auteur sait si bien parler de ce pays, de ces paysages à la fois solaires et angoissants. On a l'impression de suivre nos deux héros dans le delta du Parana. C'est sublime. Un éblouissement.

Et puis il y a ce lien magnifique entre eux. Palpable. Chaque mot est à sa place, exacte et unique. Même dans la dernière scène. Surtout dans la dernière scène. C'est une magnifique déclaration d'amour. On en sort boulversé.

Dans une librairie on fait parfois de belles rencontres au détour d'une allée. Ce livre est très court, mais c'est un immense roman.

Résumé : Entre Buenos Aires et Montevideo, à la fin de l'été austral, quand la nuit couleur bleu carbone tombe sur le Rio de La Plata, un homme ment à la jeune femme qu'il vient de rencontrer. Séduite, Mathilde se laisse pourtant entraîner dans ces chimères. Cet homme est-il, comme il le prétend, sur la piste de la dernière cité des Incas, perdue dans le massif amazonien ? Et s'il n'est pas un explorateur, que cherche-t-il ? Que lui veut-il vraiment ? Dans cette rêverie géographique et amoureuse, Montevideo devient, de l'autre côté du Rio, une promesse pour tous deux. Ils y passeront une seule nuit d'amour. Jusqu'à entrevoir la vérité brûlante comme un soleil trop fort.

Partager cet article

Repost0
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 11:25

Je suis cette série depuis le début et mon intérêt ne faiblit pas. Dans le premier tome, on découvre 4 jeunes filles, Louise, Hortense, Charlotte et Isabeau, élèves de la maison royale de Saint-Cyr. On y suit leurs aventures et particulièrement la répétition et la représentation d'Esther, une pièce de Jean Racine. Chacune a un caractère bien à elle, des aspirations propres. Malgré leurs différences, elles sont amies.

Les tomes de 2 à 5 présentent les aventures de chacunes de ces jeunes filles. On voit si elles ont pu ou non quitter Saint Cyr, ce qu'elles ont ensuite fait. On suit leurs aventures. Chaque tome est original à l'image des héroïnes.

Les tomes 6 à 7 traitent de la même façon une période de la vie de personnages s'étant rajoutés par la suite dans le roman ou ayant fait de brèves apparitions dans les tomes précédents.

On apprend beaucoup de détails sur l'époque (même si certains détails sont déjà connus) et sur les moeurs dans ce genre de milieu. C'est vraiment prenant. Généralement on lit le tome d'une traite.

J'aime particulièrement les personnages de Charlotte et d'Henriette, mais j'ai vraiment apprécié le tome 8 (que je viens de finir), car il se passe dans la province de Québec, au moment de l'arrivée des colons. Il y a des points historiques que j'aimerais approfondir.

Chaque tome se découvre avec plaisir et j'ai appris avec bonheur que l'auteur comptait continuer la série avec au moins deux tomes. Je les attends avec impatience.

Peut-être certains penseront que c'est une littérature pour les plus jeunes...mais je vous conseille vivement d'essayer au moins le premier tome. On s'attache vraiment aux héroïnes...et puis, il n'y a pas d'âge pour se faire plaisir. La preuve, même ma grand-mère aime beaucoup ces romans !

Un autre avis, chez Géraldine.

Partager cet article

Repost0
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 09:29
Résumé : L'histoire vraie de trois femmes de ménage qui travaillaient dans les bâtiments de la Réserve fédérale américaine et qui, un jour, décidèrent de braquer l'institution, bien déterminées à y prendre plus d'argent que ce que leur petit boulot leur permettait de gagner...


Voici un de mes coups de coeur de l'année 2008 que je viens de revoir.





On n'a pas beaucoup parlé de ce film...et c'est un tort. On s'éclate du début à la fin. D'abord, l'intrigue est épatante. Ces trois filles vont trouver un stratégème pour récupérer des billets usagés. Un truc tout simple qui va leur rapporter gros...et leur causer quelques problèmes. Ce truc est tellement simple...mais personne n'y avait pensé! Et de se dire que c'est tiré d'une histoire vraie...

De plus le film est très bien construit avec des flashback, des témoignages (fictifs). On se laisse prendre et on a envie de rester dans cette atmosphère euphorisante. Rien n'est oublié. Chaque détail à sa place. C'est une merveille d'ajustement. Même la musique est parfaitement à sa place.

Mais surtout les trois actrices, chacune dans son rôle, sont absolument fantastiques. On a l'impression de les connaître. Leur énergie est communicative. Leurs liens sont palpables. Elles savent porter avec brio les valeurs humaines de ce film. Car s'il est bâti sur une arnaque, il n'en reste pas moins une aventure humaine, où chacun a sa place, importante et nécessaire.

On sort de ce film reboosté à bloc...heureux !

Partager cet article

Repost0
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 09:15
Résumé : Un arnaqueur évite les agressifs. Et encore plus les agressifs armés.
Solal a oublié cette règle. Résultat, il est mort, assassiné par un mauvais perdant.
L'affaire aurait dû en rester là. Mais Solal a un frère : Cash. Et Cash a décidé de le venger. A sa manière. En élaborant une arnaque de haut vol.
Toutefois, l'adversaire est sur ses gardes. Et Cash et ses amis se sont peut-être attaqués à plus fort qu'eux... Dans ce genre d'opération, les alliances se font et se défont, les complices sont parfois des traîtres et les traîtres des complices. A la fin, une seule chose compte : qui est le pigeon ?



Ce film m'a bluffé. Complètement. Je ne m'attendais pas du tout à tous ces retournements de situations. Surtout vues les critiques qui parlaient d'un Ocean's 11 à la française. Ici les retournements sont beaucoup plus subtiles et beaucoup moins prévisibles. On ne sait plus qui manipule qui et cela jusqu'à la dernière minute. Si cela complique un peu la compréhension du film (je pense le revoir une deuxième fois car j'ai du raté des choses), ces rebondissements sont réjouissants. Quand à la fin elle est même jubilatoire.

De plus les acteurs sont admirablement bien choisis, bien dans leur(s) rôles. Jean Dujardin est comme toujours saisissant face à un Jean Reno au meilleur de sa forme. Mais tous les autres acteurs sont tout aussi fantastiques.

Finalement, ce film est un petit clin d'oeil aux acteurs, qui comme les arnaqueurs jouent avec la réalité pour mieux arriver à leur fin. De même ce film n'est pas ce qu'il semble être. Avoir pour être étonné et passé un excellent moment.

Partager cet article

Repost0
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 11:58

J'ai eu beaucoup de mal à trouver un visuel. J'ai finalement trouvé ces deux tranches. J'ai lu un ensemble de nouvelles dans le premier tome.

J'avais découvert cet "auteur" avec le Char de Phaeton que j'avais trouvé très bien écrit. J'ai donc choisi de lire un nouvel opus pour le challenge Littérature Policière des 5 continents, afin de continuer ma découverte de cette série et de faire partager ce très bon moment de lecture.

Ellery Queen est un détective assez particulier. Il a un petit côté british à la fois agaçant et attendrissant. Il se rapproche beaucoup sur certains points d'Hercule Poirot. Il utilise énormément sa capacité de déduction hors-norme afin de trouver la clef de l'énigme. Le lecteur a exactement les mêmes éléments que lui. Il est donc très amusant de chercher à trouver l'assassin aussi vite que lui, voir avant lui. Il n'y a presque pas de courses-poursuites, mais souvent le suspense est au rendez-vous.

 

Ces nouvelles sont assez variées, tant au niveau de la difficulté de résolution qu'au niveau intrigue et dénouement.

 

Le commis voyageur : très amusant. Ellery Queen forme des apprentis-détectives et leur soumet une enquête afin de voir comment il se débrouille. On a absolument les mêmes indices qu'eux, ce qui nous permet de nous identifier facilement. Le dénouement est assez logique. Pas très surprenant, mais efficace.

 

La mort de l'acrobate : un grand classique sur le trio amoureux. Le dénouement est relativement sans surprise. C'est la nouvelle que j'ai le moins aimée. Cependant la dernière réplique est très amusante, très fine.

 

Le timbre noir : un timbre d'une grande valeur a été volé. Ici, l'intrigue se complexifie. Deux enquête se mélange. Le dénouement est bien trouvé, quoiqu'assez classique. L'auteur joue sur une mécanique qui fonctionne bien.

 

Les trois boiteux : j'ai beaucoup aimé cette nouvelle (basée sur un enlèvement). Rien que le titre me fait penser à un conte des Mille et une nuits. Une fois de plus, on a tout les indices, mais ça commence à se corser sérieusement. On essaye de voir où tout cela mène et le dénouement est très bien trouvé. Tous les indices se rassemblent pour nous éclairer.

 

L'invisible amoureux : encore un grand classique sur la jalousie amoureuse. Une jeune fille. Deux jeunes hommes. Un meurtre. Tout cela paraît évident. Mais le raisonnement d'Ellery Queen va montrer qu'il faut se méfier des apparences. L'explication du mystère est claire comme de l'eau de roche. On se dit : mais pourquoi n'y ai-je pas pensé? mais on n'y a tout de même pas pensé...

 

Le chien à deux têtes : c'est l'une des deux nouvelles que j'ai préférée. L'ambiance est vraiment angoissante. Cela fait un peu penser au chien des Baskerville. Le dénouement est saisissant. On s'attend à tout sauf à ça. On est réellement pris dans l'histoire. Un pur moment de plaisir.

 

La pendule sous globe : c'est peut-être la nouvelle dont le dénouement est le plus complexe. On prend plaisir à suivre le raisonnement d'Ellery et à le comprendre. On apprend aussi certains détails sur les pierres précieuses. On a vraiment envie de voir comment Ellery va aboutir à la solution.

 

Les sept chats noirs : cette nouvelle est très étrange. Elle joue sur les symboles (les chats noirs, le chiffre sept...) et distille une atmosphère très curieuse. L'auteur sait nous faire voir les décors, les personnages, leur manière de vivre. On cherche la solution de l'énigme. J'avais un doute. Mais il n'a été confirmé qu'à la toute fin.

 

La pendule et le miroir : Le déroulement de cette enquête est rocambolesque. Les personnages sont haut en couleur. On ne s'attend pas du tout à la fin. C'est extrèmement bien trouvé, avec plusieurs références littéraires. Une véritable réussite!

 

Finalement, j'ai eu une impression très positive de ce recueil. J'ai suivi avec intérêt toutes ses enquêtes et me suis bien amusée à chercher les coupables. Un petit bémol peut-être : on reste un peu sur sa fin. On voudrait que cela dure plus longtemps. Je vais donc continuer à lire les autres romans de mon pavé Omnibus...

 

Lu dans le cadre du challenge littérature policière des 5 continents pour l'Amérique.

Partager cet article

Repost0
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 09:48
Cette série comportera 4 tomes. J'ai lu les deux premiers et attends impatiemment la sortie des deux suivants.

Si vous avez aimé L'île au trésor de Stevenson, ne ratait pas cette BD qui est un hommage à ce fantastique roman d'aventure. On découvre un épisode de la vie de Long John après sa fuite de l'Hispaniola. Une nouvelle aventure sur fond de mythe, celui de l'Eldorado. La dernière?

Dès le départ l'histoire est prenante. On suit le personnage de Vivian Hastinigs, femme d'un lord parti à la recherche de l'Eldorado, ayant eu de multiples amants et qui découvre qu'elle est enceinte et que son mari n'est pas mort comme elle le croyait. Elle décide alors d'avoir sa part d'or et engage Long John.

La trame de l'histoire est assez proche de l'Ile au trésor. Plusieurs scènes y font penser (surtout dans le deuxième tome). On sent l'hommage à chaque page. Si on retrouve le personnage de Long John identique à lui-même dans toute sa complexité, on découvre une nouvelle facette du Docteur Livesey. Mais le personnage le plus intéressant (avec Long John) est celui de Vivian Hastings.  Elle paraît froide, machiavélique, cupide, mais au fur et à mesure, par petites touches, on découvre une femme blessée. Un personnage très complexe.

Cette histoire est remarquablement mise en valeur par des dessins à la fois classique par leurs factures et originaux par les traits et les dégradés de couleurs. Les scènes pour placer les décors sont particulièrement résussies. J'aime un peu moins le dessin des personnages.

Le seul petit bémol : il y a plusieurs passages violents (bien que supportables) surtout dans le tome 2. Malgré cela, celui-ci nous laisse sur une scène haletante et donne envie de continuer. Peut-être pour avoir la clef de Long John...

Résumé : Il est l'enfant de l'encre et de la plume, la figure de proue de " L'île au trésor " de R.L. Stevenson. Il a vécu de crimes et de rêves, connu les galions de madère, le sac de Maracaibo et les révoltes des boucaniers. Il va mêler l'or et le sang pour sceller son destin aux confins des royaumes perdus de l'Amazonie. Il est le dernier pirate. Il est la légende. Long John Silver.

Partager cet article

Repost0
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 09:33
Résumé : Lorsque Julien Foucault, maître d'hôtel de la très vénérable banque d'affaires Berthin-Schwartz, apprend son licenciement, il y voit l'occasion de réaliser son rêve de toujours : ouvrir un restaurant avec son meilleur ami Etienne.
Pourtant, après 17 ans de bons et loyaux services, la banque lui refuse tout appui financier. Julien décide alors de tirer profit des informations confidentielles dont usent ses employeurs.



Voilà un film qui mérite d'être vu. On découvre une comédie jubilatoire sur les travers de ceux qui gèrent nos finances : les banquiers. Autour de ce thème se greffe une galerie de personnages haut en couleur. Gérad Lanvin, un majordome, bientôt licencié et qui rêve d'ouvrir un restaurant. Jean-Pierre Daroussin (toujours aussi amusant et attachant) un cuistot de génie travaillant dans une brasserie. Mais aussi de nombreux seconds rôles comme le conseiller bancaire d'une petite agence de quartier, le beau-père de celui-ci (qui le déteste cordilament), les nombreux habitants du quartier...tout le monde à sa place. On suit avec plaisir leurs aventures dans le milieu de la bourse.

Même si ce film n'a à première vue rien d'original, il est très bien construit. On suit les rebondissements sans problème (ce qui n'est pas forcément évident au départ quand on ne connaît pas ce genre de milieu), chaque plan est travaillé, avec une multitude de petits détails, chaque scène fait mouche : sourire ou même franche éclat de rire.

De plus, en cette période de crise, c'est vraiment amusant de voir les banquiers des hautes sphères financières se faire épingler (les acteurs campant ces rôles sont épatants).

J'ai vraiment passé un excellent moment et je reverrai ce film volontiers quand il sortira en DVD. Parfait pour se détendre et s'amuser.

Partager cet article

Repost0
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 17:23

Chroniqué de cet auteur:

La rêveuse d'Ostende


C'est un tout petit livre, qui se lit très vite, que nous propose ici Eric-Emmanuel Schmitt. Un tout petit livre comme il sait si bien les faire. Un tout petit livre dont les personnages laissent une trace. Une trace en nous, pour nous accompagner. On n'oublie pas facilement Jun. On s'interroge. On écoute ses réponses. Et on apprend. Au moins on réfléchit. On lutte contre des préjugés.

Parce que, vu le thème du roman, ce n'était pas gagné. Je suis allergique aux sumos. Je ne vois vraiment pas l'intérêt. Du moins je ne le voyais pas avant ce livre. Grâce à la magie des mots, Schmitt nous entraîne dans cet univers totalement méconnu. Et on découvre. On regarde tout cela d'un autre oeil.

C'est un roman d'apprentissage (comme souvent avec cet auteur). Celui d'un jeune garçon qui va peu à peu (com)prendre sa place dans le monde grâce à un autre personnage qui va croiser sa route. On suit avec bonheur ses évolutions, jusqu'à la scène finale qui m'a fait verser une petite larme.

L'autre thème de ce roman est la philosophie boudhiste et la spiritualité en générale.

Certains penseront que ce roman est trop léger, simpliste. C'est vrai qu'on n'a pas pas de grande explication sur le boudhisme zen. Mais en réalité, je dirais qu'on en a l'essentiel. Parce qu'à travers cette histoire on le ressent. J'ai l'impression de beaucoup mieux comprendre certaines pensées de cette philosophie. Peut-être parce que finalement tout cela ne passe pas par la tête mais par le coeur. Par les émotions.

Je garderai longtemps une place pour ce roman. Parce qu'il a besoin de temps pour s'épanouir en nous. On ne comprend pas immédiatement. On se dit que c'est un peu facile. Mais avec un peu de temps on se rend compte à quel point ce livre est humain.

Résumé : Dans une ville du Japon, de nos jours, un garçon de 10 ans grandit dans un orphelinat. Son père est mort de surmenage professionnel et sa mère est atteinte de cyclothymie aiguë. Comme tous les enfants de son âge, il est passionné de technologies et de jeux vidéo.
Étrangement, il a attiré l'attention d'un lutteur de sumo, de passage. Ce dernier, grand maître de force et de sagesse, a repéré le « gros » qui se cache en lui. Il entreprend donc, alors que ce gosse garde sa corpulence normale, de lui expliquer les éléments fondamentaux et les pratiques d'un sport ancestral et d'un art martial qui touche à la plus profonde philosophie zen...

Partager cet article

Repost0
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 17:05

Cette pièce est l'un des grands classiques du répertoire français. Après l'avoir lu, on comprend pourquoi. C'est vraiment très bien écrit. Le style est fluide, aérien, amusant. On se demande vraiment comment tout cela va finir.

Au cours des multiples péripéties, on suit Monsieur Perrichon, bourgeois très imbu de lui-même, se croyant un grand penseur, et les deux amoureux de sa fille, Henriette, qui vont tout faire pour séduire...leur futur beau-père.

On a un peu l'impression de se retrouver dans du Molière avec une critique des travers des personnages par le rire. Labiche critique les bourgeois parvenus, mais aussi ceux qui gravitent autour d'eux pour ramasser les miettes (un peu comme Jean Anouilh), les hypocrites qui calculent leurs coups pour séduire...personne n'en réchappe...à part peut-être Armand (l'un des prétendants). Cependant le ton n'est jamais grinçant et on s'amuse énormément, tant des situations que des répliques.

La pièce propose une réflexion intéressante sur la reconnaissance. Quelqu'un qu'on a aidé ne risque-t-il pas de nous en vouloir, voyant en nous un rappel de sa faiblesse passée? L'être humain ne préfère-t-il pas secourir, pour avoir le beau rôle? Quelle place pour ceux qui veulent sans cesse rendre service (sans parfois demander l'avis de l'intéressé)?

Je n'avais jamais lu de Labiche...c'était un tort. Je recommencerai.

Résumé : Monsieur Perrichon a décidément tout de l'honnête bourgeois : la suffisance, l'ingénuité, l'ambition mondaine et une morale quelque peu soumise aux circonstances. Lorsqu'il part en voyage d'agrément avec sa femme et sa jolie fille Henriette, il n'imagine pas que les deux prétendants officiels de sa fille donneront à ce séjour une tournure rocambolesque. Qui, de Daniel ou d'Armand, saura s'attirer les faveurs de la fille, et surtout du père ?

Partager cet article

Repost0
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 15:17


Si vous cherchez une idée de SWAP original, alors ne cherchez plus, vous venez de la trouvver! Un Swap tout autour de l'écriture! Toutes les infos ICI . Une excellente idée. Faute de temps, je passe mon tour, mais je vous conseille vivement de regarder ce SWAP de plus près! Nouvelle forme de SWAP en vue!

Partager cet article

Repost0