Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 20:17
J'ai eu un peu de mal à entrer dans ce livre. J'ai trouvé qu'il démarrait avec des hauts et des bas. pourtant, au fil des pages, je me suis attachée aux personnages (particulièrement à Gloria). Même si on pressant la fin, l'idée est très bien trouvé et donne une belle leçon d'humanité.

Les thèmes des clandestins, de l'immigration sont abordés avec intelligence, sans s'alourdir des poncifs habituels. La guerre aussi est montrée avec beaucoup de justesse, à travers le regard des civils, de ceux qu'elle touche dans leur vie quotidienne, dans leur famille. On voit le déchirement des séparations, cette nécessité d'avancer, toujours plus loin. Plus loin dans la misère? Mais on voit aussi beaucoup d'amour, d'opiniâtreté, de tendresse. Beaucoup d'espoir. La force d'un homme (ou plutôt d'une femme), son sacrifice. A travers toute cette laideur, on voit ce que l'être humain a de beau en lui.

L'auteur trace un magnifique portrait de femme à travers la vie d'un petit garçon dont elle va rêver la vie. Sa volonté va permettre au rêve de devenir réalité, à l'enfant de grandir.

Ce livre fait réfléchir. D'abord à la portée d'un acte, d'un choix sur une vie. Comme pour le personnage du vieux monsieur dans Le combat ordinaire de Larcenet. Est-ce qu'une vie de regrets, de sacrifice peut racheter un acte terrible. A-t-on assez d'une vie pour réparer? Un tel acte fait-il d'un être humain un monstre?

Se pose aussi la question des choix que font les parents. Du déchirement de voir son enfant grandir, s'éloigner. De l'élever dans ce but.

J'ai vraiment été touchée par ce roman. C'est un grand cri d'amour, d'espoir, de poésie.

Résumé : Lorsque les douaniers m'ont trouvé, tapi au fond d'un camion à la frontière française, j'avais douze ans et j'étais seul. Je n'arrêtais pas de répéter " jemapèlblèzfortunéjesuicitoyendelarépubliquedefrancecélapurvérité ". Je ne savais pas que mon passeport était trafiqué, et en dehors de ces quelques mots, je ne parlais que le russe. Je ne pouvais pas expliquer comment j'étais venu du Caucase jusqu'ici, dans le pays des droits de l'homme et de Charles Baudelaire. Surtout, j'avais perdu Gloria. Gloria Bohème, qui s'était occupée de moi depuis que ma mère avait disparu. Avec elle, j'avais vécu libre, malgré la guerre, malgré les frontières, malgré la misère et la peur. Elle me manquait terriblement, mais j'ai toujours gardé l'espoir de retrouver cette femme au cœur immense, qui avait le don d'enchanter ma vie.

Partager cet article

Repost0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 20:00
Résumé : Mélanie est une fille trop gentille. Sa mère, son patron, ses copines, sa voisine et même le chien de sa voisine le savent... et en profitent.
Un jour, suite à une ultime humiliation, Mélanie décide de changer. Désormais elle va se venger de tout ceux qui lui ont pourri la vie.
Sauf que la méchanceté, ça ne s'apprend pas en deux jours, surtout quand on a été une gentille fille toute sa vie...





Un film qui décoiffe ! C'est un peu un Amélie Poulain mais version plus musclé. Car ce n'est pas la gentillesse de cette jeune femme qui va changer la vie des gens, mais sa méchanceté. Mais elle arrive finalement presque aux mêmes résultats.

On s'amuse beaucoup (surtout au début) car il y a une véritable progression dans l'apprentissage de Mélanie. On ne devient pas méchante d'un coup, alors qu'on a toujours été trop gentil. Il y a beaucoup de scènes amusantes et Marilou Berry est épatante (et qu'est-ce qu'elle ressemble à sa mère dans certaines mimiques), bien dans son rôle. Les autres personnages sont parfaits dans leurs travers, leurs excès.

Car c'est un peu le bémol de ce film...au bout d'un moment c'est trop. On s'amuse toujours, mais on est presque gênée par la méchanceté gratuite de Mélanie. A la fiin, c'est vraiment du grand n'importe quoi. Pourtant on rit, on s'attache à Mélanie et on se demande comment tout cela va bien pouvoir finir.

Partager cet article

Repost0
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 17:07
Je voyais ce tag depuis une semaine sur différents blogs, et j'avais drôlement envie de le faire. Coup de chance, Gio me l'a proposé. C'est donc bien volontiers que je réponds à ce challenge.

REGLE DU JEU : 1/ Ecrire 8 souhaits; 2/ Dire à quoi font penser les 10 mots donnés; 3/ Dire un mot sur sa tagueuse; 4/ Taguer 8 personnes et les prévenir....

Alors les 8 souhaits ... C'est que c'est pas facile ce truc... :

 

1. Etre au bord de mer et me promener (chouette, bientôt le week-end)

2. Qu'on trouve un remède contre le cancer

3. Qu'il n'y ait plus de violence en ce bas monde

4. Une bibliothèque en bois, avec beaucoup de lumière et plein de livres

5. Avoir le temps de lire toute ma PAL

6. Ecrire un livre et être publiée

7. Une année sabatique

8. Chut ! c'est un secret, un voeux aussi (donc ça ne se dit pas)

 

...et de manière plus prosaïque, que le gâteau que je viens de faire refroidisse...sinon je ne sais pas comment je vais le transporter....

 

A quoi me font penser les 8 mots suivants (là, c'est un coup à aller voir un psy) :

 

Message : The shop around the corner / Vous avez un message...

Blog : plaisir, ouverture, rencontre

Prix du livre : Goncourt

Croix : Lac (de Sainte-Croix...baignade, pédalo)

Scrap : papier

Création : vie

Bonheur : lire, dormir, aimer

Vie : amour

Enfant : jeux

Passion : roman

 

Quant à présenter Gio...ce n'est pas facile, puisque je ne la connais que par blog interposé...disons que j'aime beaucoup son pseudo, je le trouve très joli. Elle passe souvent me laisser des commentaire, ce que j'apprécie beaucoup. Et puis elle a de supers étagères qui me font réfléchir et inventer des réponses saugrenues...mais gagner des livres aussi! et ça j'aime bien! Ah oui, c'est aussi une copine de Stephie. Le reste n'est qu'extrapolation...je dirais que c'est une jeune femme épanouie, ravie d'être maman, douce et sensible (la couleur de son blog et la bannière avec les fleurs de cerisier que j'aime beaucoup). Je dirais aussi quelqu'un de généreux et d'ouvert sur les autres.

Reste les 8 personnes à taguer...c'est drôlement difficile, parce que bien évidemment je ne me rappelle plus qui l'a déjà fait...bien entendu ne répondront que celles qui le souhaitent (et qui ont le temps) :
Kali, Neph, Pimprenelle, Awa, Catherine, Géraldine, Pascale et Stephie.

 

 

Partager cet article

Repost0
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 14:59
Encore un livre de Taniguchi que j'ai adoré. Pour moi, il est un peu à la bande-dessinée, ce que Miyazaki est à l'animation. Un grand maître.

Ici le narrateur revient dans son village pou la mort de son père qu'il n'a pas vu depuis des années. Peu à peu le lecteur découvre les raisons de cette rupture, pendant que le narrateur découvre des facettes de son père qu'il ne connaissait pas.

J'ai souvent eu les larmes au yeux en lisant ce livre tant l'émotion afleure, est palpable. On s'attache à ce père trop souvent noyé dans le travail mais bon et aimant, essayant de faire ce qui lui paraît juste et aimant assez son enfant pour le laisser partir loin de lui.

Ce manga pose la question du lien parents/enfants avec beaucoup de justesse. Peut-être aussi de manière plus large, la question de l'amour. Quand on aime quelqu'un faut-il le laisser accomplir ses rêves, sa volonté, même si cela doit nous briser le coeur? Jusqu'où peut aller l'amour filiale? Pourquoi y-at-il tant de choses qu'on ignore sur nos parents et que nous ne découvriront que plus tard?

Une vraie merveille qui émeut et fait réfléchir. A se procurer d'urgence.


Partager cet article

Repost0
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 14:31
Je viens de lire deux bandes-dessinées de Manu Larcenet. En effet, de nombreux billets m'ont donné envie de mieux connaître cet auteur (je ne me rappelle plus où j'ai lu ces billets, mais si vous vous manifestez je rajouterai très volontiers un lien vers votre blog).

Le retour à la Terre (tome 1&2)

  J'ai beaucoup aimé le thème de cette BD. Un jeune couple s'installe à la campagne pour fuir le stress de la ville et la pollution. Ils découvrent alors toute la magie de la campagne, mais aussi tous ces mauvais côté.

Je n'ai pas particulièrement accroché aux dessins, mais j'ai beaucoup aimé la mise en couleur. C'est gai, léger, plein de vie. De plus je me suis attachée aux personnages et j'ai bien envie de connaître la suite. J'ai particulièrement aimé Mariette, Madame Mortemont et le chat! il est trop choux ce chat névrosé.

J'ai préféré le tome 2, car on est déjà dans le vif du sujet et les strips tournent beaucoup autour du désir d'enfants de Mariette et de la réaction de Manu. La fin est très mignonne. Mais le tome 1 est lui aussi très sympathique car ces deux citadins découvrant la campagne donne lieu à de nombreux gags, où l'on se reconnaît même parfois.

J'ai hâte de me procurer la suite. J'aurai un peu l'impression de retrouver de vieux amis partis habiter...à la campagne !

Le combat ordinaire (tome 1)

Etant sur ma lancée du retour à la terre, je me suis aussi mise au combat ordinaire, dont le titre m'avait toujours attiré. Je n'ai pas été déçue.

D'une part, j'ai préféré les dessins, plus soignés, surtout les passages en noir et blanc.

D'autre part, j'ai beaucoup aimé le thème de cette BD, sur l'angoisse qu'on peut ressentir face à la vie. Le héros a beaucoup de doutes et quelques névroses, mais il essaye de les affronter du mieux qu'il peut. J'ai été particulièrement touchée par le personnage du vieux monsieur qui aide Manu et devient son ami. Je ne peux pas vous en dire plus pour ne pas gâcher la surprise de fin, mais ce personnage est une véritable source de réflexion, qui m'a un peu fait penser aux Animaux dénaturés de Vercors.

Il y a quelques très beaux passages, comme le passage de Manu chez ses parents ou la dernière scène. Beaucoup d'émotion aussi, surtout avec cet adorable chat.

J'ai vraiment hâte de pouvoir poursuivre ma découverte de cette série. Un petit bijou d'humanité.




Partager cet article

Repost0
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 20:20
Ce livre m'a été envoyé par Pascale (que je remercie encore vivement et doublement, d'abord parce qu'elle m'a beaucoup gâtée et ensuite parce que j'ai passé un excellent moment avec ce livre) pour le SWAP Paris!

Ce livre est le premier de la série mettant en scène le commissaire Adamsberg. On découvre le personnage, sa vie avant d'arriver à Paris, ses amours ou plutôt son Amour, celui qu'il porte à Camille. Immédiatement on s'attache à cet homme. On ne peut pas faire autrement. Comme tous les personnages on est sous le charme. On le suivrait n'importe où.

Fred Vargas mène le récit d'une main de maître. On entre immédiatement dans l'histoire. On n'a plus envie de lâcher ce roman. Jusqu'au mot FIN. On suit les théories d'Adamsberg. Ces rêveries. Et surtout la prolifération dans Paris de ces cercles bleus entourant des objets hétéroclites. Comme le commissaire, on sent que cela ne présage rien de bon.

L'auteur a l'intelligence de ne pas centrer tous ces "chapitres" sur le commissaire ou sur l'enquête. Comme dans ces autres romans, les passages avec le personnage principal alternent avec d'autres tournant autour d'une multitude d'autres personnages plus stupéfiants, plus attachants (ou agaçants) les uns que les autres. Eux aussi on a du mal à les quitter. Car si on sait qu'on retrouvera Adamsberg dans d'autres romans, qu'en est-il de Mathilde? de Charles?

Cette lecture m'a vraiment donné envie de lire les autres volets de la série (si possible dans l'ordre). J'ai déjà lu Pars vite et reviens tard, Debout les morts et Coule la Seine. J'avais eu beaucoup de plaisir à entrer dans l'univers de Fred Vargas. Et ça encore était le cas cette fois-ci. Si vous aimez les romans policiers, ne passez pas à côté de ce(tte) fantastique auteur(e). Mais un bon conseil : ne commencez pas ce livre si vous avez des choses urgentes à faire...car on le lâche difficilement!

Résumé : " Victor, mauvais sort, que fais-tu dehors ? " Depuis quatre mois, cette phrase accompagne des cercles bleus qui surgissent la nuit, tracés à la craie sur les trottoirs de Paris. Au centre de ces cercles, prisonniers, un débris, un déchet, un objet perdu : trombone, bougie, pince à épiler, patte de pigeon... Le phénomène fait les délices des journalistes et de quelques psychiatres qui théorisent un maniaque, un joueur. Le commissaire Adamsberg, lui, ne rit pas. Ces cercles et leur contenu hétéroclite sont de, mauvais augure. Il le sait, il le sent : bientôt, de l'anodin saugrenu on passera au tragique.

Partager cet article

Repost0
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 11:59
J'ai eu un vrai coup de coeur pour ce livre. En fait, on a un peu deux romans en un seul, l'un s'imbriquant dans l'autre, un peu comme dans les Milles et Une Nuits.

On commence avec la vie de Choutov, écrivain sans succès que vient de quitter Léa, sa petite amie. A la suite de ce départ, un peu comme une fuite, il retourne en Russie, après des années d'exil. Mais tout a changé : le mur est tombé, le communisme a disparu et le peuple essaye d'oublier dans l'allégresse et les fêtes somptueuses ce que furent ces années de terreur. Et c'est dans ce monde qu'il ne reconnaît plus que va peu à peu se raconter la deuxième histoire. Je ne vous en dis pas plus, pour en pas vous gâcher cette apparition du deuxième récit dans le premier.

Si la première partie m'a paru classique et la deuxième assez agaçante, dès la troisième partie (le livre en comporte 5) on ne peut plus s'arrêter de lire. Ces personnages sont tellement forts, tellement vrais, tellement humains. On les suit pas à pas dans la Russie ravagée par la guerre, puis par le communisme. On aime leurs petits moments de joies, leurs petits bonheurs. On pleure devant cet immense gâchis, toutes ces vies perdues. On réfléchit aussi. Beaucoup. Sur le destin commun de l'Histoire. Sur la vie aussi. Tout simplement.

Makine sait insufler à son livre un souffle, une humanité tragique et lumineuse. Son style est simple, claire, sans fioriture. Humain. Fraternel. C'est une magnifique histoire d'amour qu'il nous offre.

On ne sort pas indemme de ce livre. il reste une trace, une palce pour Choutov, Mila et Volski. Notre regard sur le monde s'éclaire, comme s'ils nous communiquaient un peu de leur lumière...

Résumé : Ce départ pour Saint-Pétersbourg annonce un de ces voyages mystérieux où nous cherchons non pas à changer de pays mais à changer notre vie. Choutov, écrivain et ancien dissident, espère fuir ainsi l'impasse de sa liaison avec Léa, éprouver de nouveau l'incandescence de ses idéaux de jeunesse et surtout retrouver la femme dont il était amoureux trente ans auparavant. Son évasion le mènera vers une Russie inconnue où, à la fois indigné, abasourdi et condamné à comprendre, il découvrira l'exemple d'un amour qui se révélera la véritable destination de son voyage. Dans ce livre dense et puissant, Makine fait renaître le destin passionnant de sa patrie, loin des clichés qui accompagnent la douloureuse émergence de la " nouvelle Russie ". Ses personnages expriment par leur engagement la justesse de la célèbre parole de Dostoïevski sur la beauté appelée à sauver le monde.

Partager cet article

Repost0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 18:55
Je sais que ce test a déjà beaucoup circulé sur la toile, mais j'avais envie de faire un petit lien pour celles qui seraient passées à côté.... Donc, pour savoir à quel personnage de Jane Austen vous ressemblez le plus, cliquez ICI. Bon le test est en anglais, mais ça ne gêne pas la compréhension.


Personnellement, je serai Marianne Dashwood. Sachant qu'elle m'a toujours un peu tapé sur le système...mais j'aime bien son petit côté romantique et irréfléchie...passionnée surtout.



J'ai hâte de savoir quel sera votre résulat. En tout cas, amusez-vous bien!

Partager cet article

Repost0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 18:45
Comme certaines blogueuses perspicaces l'ont remarqué, en regardant ma rubrique en cours, on aurait pu croire que je lisais un roman policier haletant. En fait...j'ai changé d'avis à la dernière image et ,étourderie oblige, je n'ai pas changé le visuel.

Cependant, celles qui me croyaient plongé dans un polar haletant ne se trompaient pas de beaucoup. En effet, comme ne le laisse pas du tout présager cette couverture rose bonbon et cette magnifique petite robe (je veux la même!), ce roman sait allier chick-litt et roman policier. Je dois dire que je ne m'y attendais pas du tout. Surtout vue l'héroïne, ancienne chanteuse pour teenager. Je sentais qu'elle allait m'agacer...mais le titre m'intriguant, j'ai tout de même craqué...et j'ai découvert que Heather (mis à part sa manie de se faire des films dès qu'elle croise son charmant colocataire...ce qui est rendu de manière un peu maladroite, voire nunuche) est très sympathique. Elle est loin d'être geignarde, sait se prendre en main et fait parfois même preuve de courage. Etonnée je fus.

En plus, l'enquête policière est bien menée et je ne m'attendais pas au coupable. En fait, on découvre les suspects, les fausses pistes, le coupable, en même temps que notre héroïne, ce qui nous la rend très proche. On ne s'identifie pas forcément, mais on la trouve agréable. En plus, c'est un plaidoyer pour les filles gentilles.

Et surtout, je ne connaissais pas ce mélange de genres et je fus agréablement surprise.

J'ai donc passé un très bon moment...un seule question, comme expliquer à mon entourage la nécessité où je me trouve d'acheter la suite?

Résumé : Heather Wells, ex-lolita de la pop, ne veut plus être victime de la mode. Elle se sent très bien en jean. Et sa vie d'avant, les paillettes et les larmes, non merci. Elle décroche un job dans une résidence d'étudiants où l'on ne s'ennuie vraiment pas : deux filles meurent coup sur coup. Heather est persuadée qu'il s'agit de meurtres. Ça tombe bien, le sublime garçon qui l'héberge dans sa sublime maison - Cooper est détective. En plus, il se fiche qu'elle fasse du 46 ! Une nouvelle vie commence pour Heather ! Pour un peu, elle porterait même une robe...

Partager cet article

Repost0
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 12:54

J'avais quelques doutes en commençant ce roman. J'avais lu des critiques pas franchement enthousiastes, qui parlaient de longueurs.

J'ai donc été plus qu'agréablement surprise. J'ai adoré ce livre. Je l'ai trouvé profondément humain et sensible. Je me suis attachée à Elena, à sa vie, à sa force surtout, qui lui a permis de traverser toutes les épreuves. Même la pire. La dernière. Si j'ai parfois été un peu agaçée par ses réactions très tranchées, je la comprends. J'ai vraiment ressenti tout ce qu'elle voyait et traversait. J'ai eu les larmes aux yeux souvent. J'ai pleuré parfois.

On découvre son monde. L'alternance entre sa vie passée jusqu'à la rencontre avec sa future belle-fille et sa vie à partir de là, ainsi que les passages sur son présent, donne au livre un véritable rythme où on ne s'ennuie pas une seconde.

On a envie de recoller les morceau. Et souvent le présent est éclairé par le passage qui suit sur son passé. J'ai particulièrement aimé les passages où ces deux femmes, la belle-mère et la belle-fille se rapproche. Les personnages masculins ne sont pas pour autant oublier. Avec cette force, tout ce qu'ils essaient d'accomplir pour leur femme. A travers plusieurs génération, cet amour relie le père au fils, la petite-fille aux grands-parents. Car c'est un magnifique roman d'amour que nous offre Catherine Cusset. On ne regrette pas un moment d'avoir ouvert ce livre.

On découvre aussi la Roumanie sous la dictature de Ceauşescu. L'immigration de Juifs pour revenir en Israel. Les difficultés pour arriver enfin en Amérique. Cette éternelle recherche de la liberté.

Une fois de plus je suis enchantée par le prix Goncourt des lycéens. J'ai vraiment passé un moment magique et je garderai un place pour Elena dans un coin de mon coeur, car elle m'a permis de réfléchir à beaucoup de chose. Ce livre répond à un véritable besoin, tout en restant un moment de plaisir et de découverte.

Résumé : Elena, une jeune Roumaine née en Bessarabie et ballottée par l'Histoire, rencontre à un bal en 1958 un homme dont elle tombe passionnément amoureuse. Il est juif, et ses parents s'opposent au mariage. Elena finit par épouser Jacob et par réaliser son rêve : quitter la Roumanie communiste et antisémite de Ceauescu. Émigrer aux États-Unis. Elle devient américaine, et se fait appeler Helen. Elle a rompu avec le passé, mais l'avenir n'est plus un rêve. Helen est maintenant confrontée à une réalité qui lui échappe : la maladie et la dépression de son mari ; l'indépendance de ce fils à qui elle a tout sacrifié, et qui épouse une Française malgré l'opposition de ses parents. Cette jeune femme égoïste, arrogante, imbue d'un sentiment de supériorité presque national, Helen ne l'aime pas. Cette belle-mère dont le silence recèle une hostilité croissante, Marie en a peur. Pourtant, entre ces deux femmes que tout oppose - leur origine, leurs valeurs et leur attachement au même homme -, quelque chose grandit qui ressemble à de l'amour.

Partager cet article

Repost0