Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 11:36
J'ai poursuivi ma lecture de cette trilogie. Je ne vous raconterez pas le contenu (pour éviter de déflorer le premier tome), mais je peux vous dire que j'ai adoré et que je vais me précipiter sur le tome 3.

L'histoire ayant été mise en palce dans le tome 1, on n'a aucun mal à entrer dans l'histoire. On retrouve tous les personnages avec plaisir et on en apprend plus sur eux. On découvre, par exemple, une nouvelle facette de Jerry qui le rend plus humain (même si c'est un avis très personnel).

Les aventures s'enchaînent, on retient son souffle. On ne s'ennuie pas une minute. On s'attache réellement aux personnages et on tremble qu'il leur arrive un malheur.

L'écriture est toujours fluide, agréable, avec juste ce qu'il faut de précision.

Un grand bravo aux éditions Bragelonne (la version poche est sortie chez leur label Milady) pour cette découverte. Cette maison d'édition ne me déçoit jamais. En plus, j'adore leurs couvertures.

Un vrai bon moment de lecture! Vivement que je lise le 3 !

Le billet sur le tome 1 est toujours consultable ici.


Partager cet article

Repost0
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 11:25
Yasmina Reza est surtout connu pour son improbable et fantastique pièce de théâtre Art, qui met à mal l'Art contemporain tout en nous faisant réfléchir sur l'amitié. Mais elle a écrit d'autres pièces, présentent dans ce recueil et presqu'aussi intéressantes.

L'homme du hasard : Dans un train un homme, auteur amer et une femme, lectrice (et admiratrice) de cet auteur. Elle se demande somment l'aborder. Lui pense au temps qui passe. A la vie. A sa vie. J'ai eu un peu de mal à entrer dans le texte. On se demande où l'auteur veut en venir. Cependant, petit à petit, on se prend au jeu. Que va donner cette rencontre? Qui abordera l'autre en premier? La dernière tirade est magistrale. Elle replace l'auteur dans le monde, face à son oeuvre. Cela m'a un peu fait penser à Odette tout le monde (que j'avais adoré). Quels peuvent être les liens entre un auteur et ses lecteurs? Que peut-il leur apporter? Et que lui donnent-ils en retour?

Conversations après un enterrement : Un homme vient de mourir. Ses trois enfants sont de retour dans la maison familiale, juste après l'enterrement. Remonte alors les souvenirs, les rancoeurs, les secrets de polichinelles. J'ai particulièrement aimé cette pièce. Les liens entre les personnages sont parfois difficiles à saisir mais très intéressants. J'ai aimé les liens entre Elisa et les deux frères. J'ai trouvé ce personnage particulièrement touchant. Troublant. La construction de la pièce est remarquable. Très aboutie. Chaque élément prend sa place et éclaire notre compréhension. Une très agréable découverte.

La traversée de l'hiver : Une station en montagne. Un frère et une soeur. Et de multiples personnages qui gravitent autour. J'ai trouvé cette pièce un peu difficile à saisir (je suis encore en train d'y réfléchir) car il y a de nombreux non dits. Cependant la lecture en est très agréable. Yasmina Reza sait créer une atmosphère de suspens. On se demande vraiment comment tout cela va finir. On sent les liens entre les personnages se modifier. Très légèrement. Les doutes et les hésitations s'installer. Chacun reviendra changer de ce séjour à la montagne.

Art : la pièce la plus connue d' Yasmina Reza. Avec une magnifique adaptation avec Pierre Arditi, Fabrice Lucchini et Pierre Vanier. J'avais d'abord vu la pièce avant de la lire le livre. J'ai autant apprécié l'une que l'autre. Petit rappel : 3 amis vont voir leur amitié mise à mal par l'achat par l'un d'eux d'une toile "contemporaine". Tous les non-dits vont ressortir. Toutes les incompréhensions. Les petites défaites. Une pièce qui sait garder un rythme dynamique tout le long, qui nous pose de multiples questions sur l'amitié et sur l'Art. Peut-être plus simplement sur l'art de l'amitié. On sourit. On réfléchit. Que demander de plus?

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2009 7 12 /07 /juillet /2009 12:32

Résumé : Toutes les adorables créatures de Madagascar sont de retour : le lion Alex, le zèbre Marty, la girafe Melman, l'hippopotame Gloria, le Roi Julien, Maurice et les pingouins... aucun ne manque à l'appel.
Après s'être échoué sur les rivages lointains de Madagascar, nos New-yorkais ont concocté un plan dément - si dément qu'il pourrait bien réussir ! Avec une discipline quasi militaire, les pingouins ont rafistolé une épave d'avion, et au terme d'un vol chaotique à souhait, l'improbable équipage a pu rallier les vastes plaines d'Afrique.
Les anciens pensionnaires du zoo de Central Park rencontrent alors pour la première fois leurs familles respectives dans leur habitat naturel. Une occasion unique de renouer avec ses racines, mais aussi de mesurer le gouffre qui sépare la nature de la civilisation, le "continent noir" de la "jungle de béton"
.


Je suis définitivement fan de ces pinguoins! Complètement barrés! J'ai beaucoup rit avec ce nouvel opus, que j'ai même préféré au premier. On entre plus vite dans le vif du sujet, chaque personnage est vu indépendemment des autres et la musique est du tonnerre!

Le couleurs sont toujours aussi chatoyantes. On s'y croirait! Les gags sont légions, on retrouve tous les personnages qu'on avait aimé (même la mamie catcheuse) et on découvre quelques très beaux spécimens, comme les chimpanzés.

Même si l'histoire n'est pas des plus originale ni des plus développées, on passe un très bon moment et on s'amuse beaucoup. Un bon moment de cinéma!

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 11:02
Mon premier véritable coup de coeur de l'été! Voici un livre humain. Profondément. Comme toutes ces petites choses qu'on oublie, parce que tout va trop vite. Comme tous les liens qui se tissent entre nous, même si on ne les voit pas toujours.

Un avion s'écrase au large d'une île de la Nouvelle-Ecoose (mais malheureusement les évènements récents nous apprennent que ça pourrait être n'importe où). Les proches des victimes se retrouvent alors dans un hôtel près du lieu de l'accident, pour voir où les choses se sont passées, pour commencer à faire leur deuil.

On découvre des personnages attachants, humains, qui chacun font face à leur façon. Recommencent à vivre. Du moins essai. Il y a Ana, ornitholgue, personnage central (et non pas principal, car tous sont principaux) autour de laquelle l'histoire s'organise. Pars, un iranien, exilé aux USA. Kévin, l'hôtelier, qui voudrait diminuer le chagrin des autres par soin accueil, sa cuisine, sa gentilesse. Et bien d'autres. Tous sont importants. Même ceux qu'on ne croisent que quelques pages. Parce que chacun, des proches aux sauveteurs, cherche une place pour résister au desespoir.

Car c'est ce qui est curieux dans ce livre. On s'attend à pleurer du début à la fin et pourtant rien. C'est seulement à la toute fin, à la dernière page, que l'émotion afflue. Comme une vague longtemps gardée à distance. Pourtant l'émotion est bien présente dans chacune de ces pages. Mais pas la tristesse. La colère. L'incompréhension. L'espoir. On ressent tout cela, parfois tout à la fois. Comme les proches, on espère un miracle. Des survivants. Car c'est là que Brad Kessler réussit un coup de maître. Dans le premier chapitre, on assiste à l'accident du côté des victimes. On se sent immédiatement proche d'elles, même si c'est pour un lapse de temps très court. On entre immédiatement dans l'histoire.

J'ai aussi apprécié les informations sur l'ornithologie (moi qui me croyait totalement hermétique au sujet) et sur la migration. Ce savoir n'est jamais pesant. Il émaille le récit par petites touches. Le texte est aussi parcouru par une réflexion très intéressante sur la réincarnation et la métamorphose et surtout sur les différentes façons de faire face.

Je n'oublierai pas de sitôt Kévin, Ana, Pars, Clartija,... Un magnifique moment d'émotion et de lecture.

Résumé : Une nuit, au large de la Nouvelle-Écosse, un avion rempli de passagers chute brusquement et sombre dans l'océan. Kevin et Douglas, retirés depuis dix ans sur Trachis Island, où ils tiennent un hôtel, sont témoins du drame. Alors que l'on recherche les corps dans l'espoir de retrouver des survivants , les proches des victimes sont hébergés chez eux. Venant tous d horizons très différents, ils vont peu à peu former une communauté singulière, née de leur solidarité face au deuil. Deux Taïwanais, ayant perdu leur fille, font des offrandes à son fantôme. Un musicien bulgare joue du piano, en souvenir de sa femme violoncelliste. Deux adolescents hollandais affrontent la rage au c ur la disparition de leurs parents. Un exilé iranien récite des poèmes persans pour pleurer sa petite-nièce. Mais le c ur du livre, c'est Ana, spécialiste de la migration des oiseaux, dont le mari, lui-même ornithologue, est une des victimes du crash.

Un immense merci à Carole de BOB et aux éditions NIL (le format entre le broché et le poche est formidable) pour cette émouvante découverte.

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 17:53
Deux blogueuses que j'apprécie particulièrement, Kali et Calypso, se sont lancées dans une sympathique aventure : une lecture commune du maître des illusions avec une publication le 25 août de leur avis sur ce roman.

Pour cause de PAL proche du point de rupture, je vais m'abstenir (j'avoue, hier j'étais dans une librairie...j'ai craqué). Mais pour celle qui sont plus raisonnables que moi, je vous invite vivement à participer à cette aventure!

Voici l'objet du délit :

Résumé : En décrochant une bourse à l'université de Hampden, dans le Vermont, Richard Papen ne laisse pas grand chose derrière lui : la Californie, qui lui déplaît ; son adolescence, faite de souvenirs incolores ; et ses parents, avec qui il ne s'entend pas. Hampden est une porte de sortie inespérée, l'opportunité de vivre une nouvelle vie. Passées quelques semaines, il est bientôt attiré par un professeur atypique, Julian Morrow, esthète capricieux qui enseigne les lettres classiques à cinq étudiants apparemment très liés. Contre l'avis de ses professeurs, il tente de s'introduire dans le groupe de ces jeunes gens marginaux sur qui courent les plus folles rumeurs. Et il est loin d'imaginer ce que lui coûtera sa curiosité.

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 13:38
J'avais beaucoup entendu parler de ce livre et la couverture m'a vraiment tapé dans l'oeil. Je la trouve très poétique, avec un superbe dessin. Cela m'a tout de suite fait penser à Tim Burton (que j'adore, pour ceux qui auraient raté ce détail).

Le résumé de la 4ème de couverture me rappelant aussi Burton, je n'ai pas hésité. Je n'ai pas eu à le regretter.

L'histoire est très belle. Poétique et pleine de charme. Jack est attachant comme tous les personnages qui l'entourent: Madeleine, la petite chanteuse... C'est une très belle histoire d'amour, très triste aussi. C'est comme un conte, mais sans le happy end et sans la petite morale. Ce qui ne veut pas pour autant dire qu'il n'y a pas matière à reflexion dans ce texte. L'amour, la jalousie, la vie, le lien entre les gens. Apprendre à vivre debout, sans "prothèse", voilà ce que semble nous dire ce conte.

La narration est belle, toute simple, à la fois classique et moderne, à tel point qu'on se dmeande à quelle époque se déroule cette hsitroie. On se retrouve dans un monde à la fois enchanté et inquiétant. A la limite de l'enfance et de l'âge adulte.

Je trouve la couverture tout à fait dans le ton de l'histoire : magie et maléfice. On se retrouve au pays des rêves et la petite voix de l'auteur nous sert de guide.

Même après avoir refermé le livre, Jack et sa petite chanteuse restent dans un coin de notre tête et nous accompagne encore un peu. J'ai hâte d'écouter le CD qui va avec.

Pour tous ceux qui ont un coeur d'enfant rêveur ou qui voudrait retrouver le fonctionnement de cette belle mécanique.

Résumé
: Edimbourg, 1874 : le jour le plus froid du monde. Lorsque Jack naît, son cœur gelé se brise immédiatement. La sage-femme le remplace par une horloge et le sauve. Depuis lors, il doit prendre soin d'en remonter chaque matin le mécanisme. Mais gare aux passions ! Le regard de braise d'une petite chanteuse andalouse va mettre le cœur de Jack à rude épreuve...

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2009 1 06 /07 /juillet /2009 21:56

Résumé : Les héros de L'Age de glace sont de retour pour une nouvelle aventure hilarante, où une maladresse de Sid le paresseux va les propulser au coeur d'un monde étrange perdu sous la glace, et peuplé de dinosaures !
Ensemble, ils vont devoir se confronter à des habitants pour le moins hostiles et parfois farfelus. Mais nos personnages ne semblent pas complètement préparés à affronter cet univers inconnu...




Si vous avez aimé le 1 et  le 2, vous allez adorer le 3 ! D'abord parce qu'on retrouve tous les personnages qu'on a aimé et qui nous ont tant fait rire. Ils n'ont pas changé d'un iota et c'est ce qui fait leur charme. Mais on découvre de nouveaux personnages, comme Buck, une belette qui doit avoir une lointaine parenté avec Jack Sparrow tellement elle est barrée!

Chaque réplique fait mouche. Chaque gag fait sinon rire, au moins sourire. On s'éclate du début à la fin. J'ai adoré l'histoire. Même si elle est relativement prévisible, elle est prenante, bien tournée, avec de jolies valeurs comme l'amitié et la famille.

En plus les dessins sont vraiment magnifiques, les couleurs chatoyantes...un vrai plaisir visuel.

J'ai vraiment un gros faible pour Mani et Elli. Je les trouve adorable. Et vous, quels personnages préférez-vous?

Pour ceux qui ne s'y sont pas encore précipités, ne boudez pas votre plaisir. Amusement garanti!

Géraldine aussi a aimé!

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2009 6 04 /07 /juillet /2009 10:06
Voilà un livre difficile. Difficile parce que triste. Très triste. Révoltant aussi. Surtout. L'injustice de la vie. Une jeune fille (16 ans, presque 17) pleine de vie, de désirs, de rêves pour l'avenir. Une leucémie depuis 4 ans. Elle sait qu'elle va bientôt mourir. Et décide de vivre tout ce qu'elle désire dans le court lapse de temps qui lui reste. Se succède désespoir, révolte, souvenirs bons et mauvais, mais surtout une immense envie de vivre.

On entre doucement dans ce livre. A tatons, parce que le sujet est difficile. On n'ose pas. Et peu à peu on s'attache à cette jeune fille. On souffre avec elle. On a envie avec elle. On voudrait qu'il ne lui arrive rien de grave. Même si on sait que tout ce qui va suivre est inévitable.

Tessa a une grande force et un courage immense. Sa liste, au départ très "adolescente" se teinte peu à peu d'une grande sagesse. Malgré tout, Tessa grandit. Dévore la vie. Aime. D'un amour immense et passionné. D'un amour qui lui ressemble. Qui ressemble au notre aussi. Tessa est comme une soeur pour nous.

Le personnage du père est magnifique, touchant, fort et plein de félures. Quelqu'un de bien. Face à une tragédie. Face à l'injustice. Mais tous les personnages sont plein de tendresse, de zone d'ombres, d'humanité. Zoey la meilleure d'amie qui elle aussi va grandir d'un coup. Le petit frère qui se réfugit dans la magie. Le mère qui a tant de mal à être là. Une galerie de portrait tous plus beaux les uns que les autres.

La fin est magnifique, admirablement bien rendue par la typographie, l'organisation de la page. Je n'en dit pas plus. A vous de découvrir Tessa. Elle gardera une grande place dans un coin de mon coeur.

Résumé : Tessa vient d'avoir seize ans et se sait condamnée. Dans quelques semaines, elle mourra d'une leucémie. Partagée entre la révolte et l'angoisse, l'injustice et les aspirations propres à son âge, Tessa décide de tout connaître de la vie avant de mourir, y compris les transgressions, la célébrité... Aidée de sa meilleure amie, de ses parents qui acceptent tout, Tessa se lance alors dans une course contre la montre, contre la mort, pour vivre !

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2009 6 04 /07 /juillet /2009 09:55
Un immense merci à Calypso qui m'a remis un blog d'or ! cela m'a fait très plaisir et m'a beaucoup touchée. Donc encore merci ! N'hsitez pas à aller sur son blog pour passer un bon moment!



Voici le réglement :

- Mettre le blog d'or sur son blog
- Mettre un lien vers le blog qui le lui a transmis
- Offrir cette récompense à un ou plusieurs autres blogs
- Informer les destinataires
- Recopier le règlement.

Quant à moi, je le remets avec un immense plaisir (comme quoi c'est aussi bon de donner que de recevoir...ce qui pourrait être une des devises de la blogosphère) à Kalistina, parce que j'adore son blog, que c'est elle qui m'a donné envie et que c'est quelqu'un de bien, ainsi qu'à Géraldine pour ses avis à la fois justes et passionnants, ses multiples talents et sa gentillesse.

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 17:30
Vous râlez tout le temps, pour un rien...et puis plus tard pour l'inverse du rien précédent. Vous avez parfois du mal à vous trouver...et votre famille, vos amis qui essayent de faire tout ce qu'ils peuvent pour vous vous énervent au plus au point. Alors ce livre et pour vous.

Et puis si vous n'êtes rien de tous ça, n'hésitez pas à le lire. Car certes vous n'êtes plus une ado en pleine crise d'adolescence, mais vous allez bien rigoler.Et peut-être vous reconnaître de temps en temps...

Au départ Auror m'a tapé sur les nerfs...mais malgré tout, je la trouve pénible mais attachante. Parce que oui, justement, Aurore n'est pas parfaite, elle a plein de problèmes (qu'elle se crée toute seule le plus souvent, elle n'est jamais satisfaite de rien et aime faire tourner le repas familial du dimanche au cauchemar...mais elle est tellement amusante...et parfois tellement humaine!

J'apprécie toujours la forme du journal. Je trouve que cela donne un rythme, une vie au texte. Certes ici les idées ne sont pas éblouissantes d'originalité, mais elles font réfléchir quand même...N'y a-t-il pas un peu d'Aurore en chacun de nous? Est ce qu'on ne se montre pas parfois pénibles, agaçantes et un brin tyranniques? En tout cas je m'y suis parfois reconnu (surtout le côté : je râle sur un truc puis sur l'inverse 20 minutes plus tard...sinon où serait le plaisir...) et j'ai bien envie de lire le tome 2.

Résumé : 12 février. On peut ruiner sa vie en moins de dix secondes. Je le sais. Je viens de le faire. Là, juste à l'instant. J'arrive à la porte de l'immeuble, une modeste baguette dans la main et la modeste monnaie dans l'autre, quand Merveille-Sans-Nom surgit devant moi. Inopinément. A moins de cinq centimètres (il est en train de sortir et je m'apprête à entrer, pour un peu on s'explose le crâne, front contre front). Il pose sereinement sur moi ses yeux
sublimes. Je baisse les miens illico, autant dire que je les jette quasiment sous terre, bien profond, entre la conduite d'égout et le tuyau du gaz. Sa voix amicale résonne dans l'air du soir :
- Tiens ! Aurore ! Tu vas bien ?
Je reste la bouche ouverte pendant environ deux
millions de secondes, avant de me décider et de lui hurler à la figure :
- Voua ! Merdi !



Partager cet article

Repost0