Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 09:18

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51YNf%2BwPN3L._SL500_AA300_.jpgJe n'avais pas trop accroché avec L'amour est à la lettre A. J'avais trouvé que ce roman manquait d'émotion et avait pas mal de longueurs. Mais j'avais quand même l'impression d'être passée à côté de quelque chose. Donc, quand Chez les filles m'a proposé ce roman, j'ai accepté pour retenter l'expérience.

 

J'ai mis un moment à commencer ma lecture et entre temps j'ai lu plusieurs billets pas très enthousiaste. Aïe! Et au début de ma lecture, je m'ennuyais ferme. Re-aïe! Toujours pas d'émotion. Une constrution assez curieuse où les lettres des deux amants sont incluses dans une lettre à la meilleure amie de la narratrice. Ce qui ralentit le rythme de l'ensemble. C'était assez mal parti. Et soudain, à la fin du premier tiers, lorsqu'elle raconte leur escapade en Bretagne, le déclic. J'ai dévoré la suite et je me suis régalée.

 

J'ai aimé les référence à la musique et à la Provence. Les personnalités des personnages. Leurs histoires. La fin m'a particulièrement touchée. J'ai aimé ces dernières pages pleine des lumières. Pleine d'un certain optimiste. L'histoire d'amour m'a finalement touchée. J'ai apprécié son rythme, sa douceur. Le ton de Constanza quand elle en parle.

 

Finalement, je garderai un très bon souvenir de cette lecture.

 

Merci à Chez les filles et aux Presses de la cité pour ce nouvel essai réussi!

 

 

Résumé : A la mort de son père, célèbre violoncelliste, Lucrezia met au jour dans les affaires du défunt une boîte remplie de lettres, toutes écrites par la même personne : une certaine Costanza. qui, des années durant et dans le plus grand secret, fut la maîtresse du musicien. Surprise de découvrir cette relation dont elle ne soupçonnait pas l'existence, Lucrezia décide de se rendre en Provence, chez Costanza, afin d'en apprendre davantage sur son père. Le temps d'un week-end, celle-ci va lui parler de l'homme qu'elle a aimé.

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 09:27

Un nouveau dimanche poétique grâce à Celsmoon!

 

Envole-moi

 

Minuit se lève en haut des tours
Les voix se taisent et tout devient aveugle et sourd
La nuit camoufle pour quelques heures
La zone sale et les épaves et la laideur

J'ai pas choisi de naître ici
Entre l'ignorance et la violence et l'ennui
J'm'en sortirai, j'me le promets
Et s'il le faut, j'emploierai des moyens légaux

Envole-moi {3x}
Loin de cette fatalité qui colle à ma peau
Envole-moi {2x}
Remplis ma tête d'autres horizons, d'autres mots
Envole-moi

Pas de question ni rebellion
Règles du jeu fixées mais les dés sont pipés
L'hiver est glace, l'été est feu
Ici, y a jamais de saison pour être mieux

J'ai pas choisi de vivre ici
Entre la soumission, la peur ou l'abandon
J'm'en sortirai, je te le jure
A coup de livres, je franchirai tous ces murs

Envole-moi {3x}
Loin de cette fatalité qui colle à ma peau
Envole-moi {2x}
Remplis ma tête d'autres horizons, d'autres mots
Envole-moi

Me laisse pas là, emmène-moi, envole-moi
Croiser d'autres yeux qui ne se résignent pas
Envole-moi, tire-moi de là
Montre-moi ces autres vies que je ne sais pas
Envole-moi {3x}
Regarde-moi bien, je ne leur ressemble pas
Me laisse pas là, envole-moi
Avec ou sans toi, je n'finirai pas comme ça
Envole-moi, envole-moi, envole-moi...

 

JJ Goldman

 

http://www.linternaute.com/nature-animaux/animaux-sauvages/photo/la-beaute-de-la-vie-sauvage-en-40-photos/image/l-envol-elegantes-343962.jpg

http://www.linternaute.com/nature-animaux/animaux-sauvages/photo/la-beaute-de-la-vie-sauvage-en-40-photos

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 09:01

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51FfHDUB8AL._SL500_AA300_.jpg

Il y a quelques temps, difficile de passer sur un blog sans tomber sur ce titre. Le thème ne me tentait vraiment pas, mais n'ayant lu que des critiques élogieuses, j'ai fini par me laisser tenter. Et là, au risque de me faire lyncher, je m'attendais à mieux.

 

Le style est très agréable et se lit facilement. Les chapitres d'une longueur raisonnable facilitent la lecture et la plongée dans cet univers fonctionnant sur la peur et la faim, afin de maintenir une minorité au pouvoir.On découvre avec étonnement le fonctionnement de cette société. Ses coutumes. Son histoire. Les règles des Hunger Games.

 

Certains personnages, comme Rue, Prim ou Peeta sont attachants et on suit avec attention leurs aventures. L'héroïne, à côté d'eux, ne m'a pas vraiment intéressée. Elle est trop prévisible, trop parfaite (malgré son mauvais caractère). Elle n'est finalement qu'un pion dans toute cette histoire.

 

Finalement, malgré de nombreux points positifs, j'ai trouvé l'ensemble très prévisible. On sait  comment ça va se terminer (même si on se demande comment on va y arriver), ce qui tue le suspens dans l'oeuf. Quant à la critique de la téléréalité, elle reste plus que légère, car beaucoup de spectateurs sont obligés de regarder ses jeux. Ils n'y prennent pas de plaisir.

 

L'histoire est très bien construite, mais manque aussi d'originalité. Les combats d'adolescents dans l'arène m'ont fait penser au combat d'hiver de Mourlevat (où il y a une véritable émotion).

 

Un roman agréable mais qui manque un peu d'originalité.

 

Résumé : Peeta et Katniss sont tirés au sort pour participer aux Jeux de la Faim. La règle est simple : 24 candidats pour un seul survivant, le tout sous le feu des caméras ? Dans chaque district de Panem une société reconstruite sur les ruines des États-Unis deux adolescents sont choisis pour participer au Jeu de la Faim. La règle est simple : tuer ou se faire tuer. Celui qui remporte l épreuve, le dernier survivant, assure la prospérité à son district pendant un an

Partager cet article

Repost0
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 18:49

FINAL.png

 

 

Aujourd'hui, une petite originalité. Ce n'est pas un livre qui se lit de bout en bout que je veux vous présenter. Je l'ai découvert il y a quelques temps. J'aime tellement Roald Dahl que je ne pouvais pas passer à côté! Surtout quand j'ai découvert que nous avions une passion commune : la cuisine!

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51kGgYAKOaL._SL500_AA300_.jpg

Chroniqué du même auteur :

La potion magique de Georges Bouillon

Charlie et la chocolaterie

 

Dans ce livre, on découvre les recettes de tous les mets bizarres dont nous parle  R.D. Elles sont issues de chacun de ses livres. Si l'intitulé est repris, les recettes ont bien sûr étaient arrangées! Je ne me voyais pas manger des doigts de poissons. Et puis ça ne doit pas être facile à trouver.

 

Les illustrations sont toujours aussi merveilleuses et intègrent une petite photo du plat. Les recettes sont toutes plus appétissantes les unes que les autres. Je rigolais toute seule en le feuilletant! Une vraie mine d'idée t des recettes assez simples pour pouvoir les faire avec des enfants (même si je ne suis pas spécialiste de la question).

 

On a tout de suite envie de tout essayer! Et quel plaisir de retrouver l'univers de cet auteur! et pour ceux qui n'en auraient pas assez, un autre volume existe (même s'il est pour le moment plus diffcile à trouver).

 

A s'offrir pour se régaler, dans tous les sens du terme!

Partager cet article

Repost0
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 09:45

http://www.editions-tornade.fr/IMG/cache-350x350/couv-lexicon-350x350.gif  Je suis une grande fan de la langue française et tout particulièrement des mots inusités. Lorsque j'ai vu ce petit livre, je n'ai donc pas boudé mon plaisir.

 

Il s'agit de découvrir une foule de mots, avec des sonotiés qui pourraient nous faire penser à tout un vocabulaire grivois. Pourtant, il n'en n'est rien. Souvent le sens est très sérieux. Ou presque. Puisque seulement une partie de ces mots existent réellement.

 

Certaines définitions inventées son réellement bien trouvées et on s'amuse beaucoup. Pour les véritables définitions, on apprend plein de chose. Des petits trésors oubliés de la langue française. J'ai d'ailleurs pensé à Gio et à son Mot de passe pour cette occasion.

 

Question présentation, c'est un tout petit livre, avec d'agréables illustrations et une magnifique couverture brillante. Un très bel objet, que je vais continuer à parcourir avec plaisir!

 

Un grand merci aux éditions Tourbillon/Tornade.

Partager cet article

Repost0
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 09:54

Un nouveau dimanche poétique grâce à Celsmoon!

 

On est comme on naît

 

J'ai pas toujours été un enfant sage

J'ai gravé ces colères au fil des pages

 

Tu sais celles qu'on oublie quand on grandit

Qui nous rend raisonnables dans nos folies

 

J'ai pas souvent été le premier d'la classe

En r'gardant par la fenêtre le temps qui passe

En fixant ces instants comme dans la glace

En cherchant l'horizon dans une impasse

 

On est comme on naît on vit quand même

En espérant qu'au moins quelqu'un vous aime

On est comme on naît pourvu qu'on aime

Quelles que soient les couleurs nous sommes les mêmes

 

J'ai pas toujours été un grand rebelle

J'ai pas soutenu Nelson à s'faire la belle

J'ai pas cassé non plus l'mur de Berlin

Même si j'étais pas contre ces tibétins

 

J'ai pas souvent été un grand rêveur

Qui s'dit que tout va bien chez les terriens

Qui s'dit que même si t'as d'la chance c'est

que t'es rien

La vie est bien trop dure même pour du beurre

 

On Est Comme On Nait, on vit quand même

En espérant qu'au moins quelqu'un vous aime

On Est Comme On Nait pourvu qu'on aime

Quelles que soient les couleurs nous sommes les mêmes

 

J'ai pas souvent été un homme parfait

Qui n'parle de ses défauts qu'à l'imparfait

Qui termine toutes ses phrases par s'il vous plaît

En chantant lalala jusqu'à pas d'heure

 

J'ai pas souvent été un grand chanteur

Je raconte nos vies entre nos êtres

Qui passe et qui repasse sous nos fenêtres

Qui joue de nos paraître comme des acteurs

 

On Est Comme On Nait, on vit quand même

En espérant qu'au moins quelqu'un vous aime

On est comme on naît pourvu qu'on aime

Quelles que soient les couleurs nous sommes les mêmes

 

Ridan

 

http://static.blogstorage.hi-pi.com/photos/bhajan.rmc.fr/images/gd/1263166606/Grandir-or-not-grandir.jpg

http://static.blogstorage.hi-pi.com/photos/bhajan.rmc.fr/images/gd/1263166606/Grandir-or-not-grandir.jpg

 

 

 

Partager cet article

Repost0
26 juin 2010 6 26 /06 /juin /2010 09:32

http://ecx.images-amazon.com/images/I/510BddsZZiL._SL500_AA300_.jpgJ'avais déjà eu le plaisir de lire L'île au trésor de Stevenson. Alors quand les éditions Tourbillon m'ont proposé cet ouvrage, j'ai sauté sur l'occasion.

 

Je ne suis généralement pas fan des adaptations, car je n'aime pas qu'on réécrive un texte. Mais la version de Thomas Leclere est très réussie, même si ce n'est pas celle de Stevenson. Elle est plus courte, mais respecte bien les temps fort de l'histoire. On perd au niveau des description, mais cela permet à ceux qui n'aiment pas les passages manquant d'action de découvrir cette magnifique histoire.

 

Cette édition est enrichie, dans tous les sens du termes, par les superbes dessins de Vincent Dutrait. Rien qu'à les regarder, on se sent déjà en voyage, prêt à vivre des milliers d'aventures. Le vent du large souffle dans ses illustrations. L'utilisation de la couleur sépia renforce encore cette impression de mystère et d'aventure.

 

Une très belle adaptation permettant à tous de découvrir ce chef d'oeuvre de la littérature. Un véritable plaisir de lecture.

 

Résumé : Ce roman raconte les aventures d'un jeune garçon, Jim Hawkins, embarqué sur un navire à la recherche d'un trésor enfoui sur une île déserte. Il se trouve confronté à des pirates aux mines patibulaires, notamment un certain Long John Silver, doté d'une jambe de bois...

 

NB : je viens de me rendre compte avec stupéfaction que je n'ai pas fait de billet sur l'île au trésor. Très curieux...il faudra que je rattrappe ça, un de ces mercredi.

Partager cet article

Repost0
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 10:29

http://ecx.images-amazon.com/images/I/416qyQ0hk5L._SL500_AA300_.jpg

Un livre très intéressant, malgré un style parfois un peu agaçant. Agaçant par sa lourdeur, ses répétitions. Alors que certains passages, certaines phrases sont magnifiques. A vous mettre les larmes aux yeux.

De Mère Teresa, je ne connaissais pas grand chose. Son aide aux lépreux. Sa bonté pour les pauvres. Son courage exemplaire. C'est avec plaisir que j'ai découvert son enfance, son arrivée en Inde et sa vocation. Son lien avec Dieu. Et c'est avec admiration que j'ai découvert sa ténacité, son abnégation lors de sa nuit intérieure. Alors qu'elle ne ressentait plus la présence de Dieu (même si elle a toujours gardé la foi), elle a toujours continué. Gardé le sourire malgré sa terrible souffrance.

Alors, oui, le style d'Olympia Alberti est parfois énervant, mais on sort de ce livre tout remué. J'en ai encore les larmes aux yeux. Quelle vie! Quelle courage! Que d'amour pour l'espèce humaine.

Même pour ceux qui ne croit pas en Dieu, ce livre me paraît passionnant. Passionnant parce qu'on découvre un autre visage de l'Inde. Un autre visage qui donne envie de mieux connaître ce pays. Passionnant parce qu'avant d'être une religieuse, Mère Teresa est un être qui a placé toute sa confiance dans l'Amour. Une femme qui a voulu redonner une place à ceux qui souffre. Un être vivant tel qu'on en voit peu et dont on a tant besoin. Besoin pour que le monde soit moins laid.

J'ai eu un peu de mal à entrer dans ce livre mais je ne regrette pas ma lecture. Je n'ai qu'une envie : en savoir plus sur cette femme d'exception.

 

Un immense merci à Babelio (Masse critique) et aux éditions First que j'aime décidément beaucoup.

 

Résumé : Olympia Alberti est partie sur les traces de Mère Teresa, de Rathfarnham (Irlande) à Darjeeling, en passant par Calcutta et ses bidonvilles, pour comprendre qui fut cette figure d'amour d'une grande spiritualité aussi laïque que religieuse. Le centenaire de la naissance de Mère Teresa sera célébré en août 2010. En quoi Mère Teresa est-elle différente, si pauvre parmi les pauvres, si démunie et à la fois si étincelante? Que sait-on du cheminement d'apprendre et d'aimer, en nous? Nous savons si peu de nous-mêmes, nous savons encore moins de ce qui construit le différent de nous. Comme nous manquons d'amour pour l'essentiel. Comme nous nous aimons mal ! Oui, les sages ont raison, nous sommes notre pire ennemi. Alors, en essayant de suivre et de saisir comment on devient une Mère Teresa, une petite bonne femme têtue de bonté et d'amour, de courage et d'altruisme, de persévérance et d'abnégation, on va l'accompagner, cette âme immense, dans sa vie, sa vie de tous les jours. Pour comprendre. Pour apprendre. Pour aimer.


Le royaume de sa nuit par Olympia Alberti
Critiques et infos sur Babelio.com

Partager cet article

Repost0
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 09:25

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51DrlgV3X3L._SL500_AA300_.jpg Un très joli livre pour les tout-petits à leur lire dans le bain. Une texture imperméable très agréable. Toute douce. Toute moelleuse. On prend plaisir à le tenir. A le sentir aux creux des mains.

 

Les dessins sont jolis. Tout doux eux aussi. Une jolie petite baleine bleue (je parle de la couleur, pas de l'espèce), bien sympathique décide d'aller faire la faite. Elle rencontre de nombreux amis et s'amuse beaucoup.

 

L'histoire est très courte mais bien adaptée à des enfants encore jeunes. Il y a fort à parier qu'ils en redemanderont et garderont plus tard le souvenir de Baba.

 

Petit plus, le livre est accompagnée de bba herself. On peut la gonfler pour prolonger le plaisir du bain.

 

Un grand merci aux éditions Tourbillon pour cette jolie découverte.

Partager cet article

Repost0
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 17:09

FINAL.png

 

Avec pas mal de retard, voici ma malle aux trésors du mercredi. Il y a quelques temps, j'ai participé au Swap Happy Face et j'ai eu le plaisir de swapper Gio. Je lui ai envoyé ce livre, présenté comme le Tristan et Iseult chinois, ce qui a beaucoup intrigué. J'ai donc décidé de m'attarder sur cette lecture.

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41BW9NHNF5L._SL500_AA300_.jpg

Un livre marquant, tant par l'écriture que par les réflexions qu'il sucite sur la vie, l'amour et la réflexion personnel.

 

L'histoire en elle-même est magnifique. Deux âmes qui se répondent parfaitement mais que tout sépare : le milieu social, la jalousie et les conventions. Pourtant, ils ne vont cesser de s'aimer et de s'aider l'un l'autre à grandir. On pourrait croire que c'est une histoire à l'eau de rose mais François Cheng sait éviter les clichés et nous pousse à réfléchir, d'une écriture à la fois nette et poétique.

 

On se laisse porter par la beauté des mots. Des silences aussi. Par le magnifique lien unissant ces deux êtres. J'ai quelques fois pensé au Pavillon des Pivoines de Lisa See. D'une part pour la culture asiatique mais aussi pour cette très belle histoire d'amour qui échappe au temps et même à la mort.

On est ému. On s'interroge sur ce qui fait l'amour. Le vrai. Celui qui n'est pas touché par le temps qui passe. On est impressionné par la grandeur d'âme de ces personnages. On s'y attache. Et on a envie de tourner les pages indéfiniment. Le livre refermer, reste une immense émotion et une grande paix intérieure.

 

Un auteur plein de grâce. Je compte bien découvrir ses autres livres.

 

Résumé : Ils n'ont échangé qu'un regard, un sourire peut-être et depuis trente ans bien que la vie les ait séparés, ils ne cessent de penser l'un à l'autre. Dao-sheng était un jeune musicien, Lan-ying, "Fine Orchidée" était fiancée à un seigneur local qui s'arrangea pour faire envoyer le jeune homme au bagne. Au bout de tant d'années, ils tentent de se rejoindre comme deux constellations éloignées que la course du ciel remet en présence.

Partager cet article

Repost0