Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 09:34

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51GOESLz4KL._SL500_AA300_.jpg

Tome 1 : Maliki broie la vie en rose

Tome 2 : Une rose à l'amer

Tome 3 : Mots roses au clair de lune

 

J'avais adoré le tome 1 et tout particluièrement Feanor. Les deux tomes suivants ne font pas exception. J'ai nettement préféré les strips avec les chats. Mais les autres sont aussi très amusants. On se reconnaît dans certaines scènes (allez savoir pourquoi je pense au strip sur la Poste).

 

Les dessins sont toujours aussi agréables et vitaminés. L'ensemble donne la pêche. J'ai peut-être un tout petit peu moins aimé le tome 3 que j'ai trouvé moins amusant.

 

J'ai apprécié les nouveaux personnages comme LadyBird et me suis régalée en retrouvant ceux du premier tome.

 

Pour ceux qui ont lu ces trois premiers tomes : n'avez-vous pas été intrigués par le prologue de Daryl autour de Maliki?

 

Un vrai moment de détente, de bonne humeur et d'émotion! J'ai hâte de découvrir le tome 4!

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 09:58

FINAL.png

 

 

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41e-hsPd7xL._SL500_AA300_.jpg

 

Voilà un roman étonnant. Dense. Immense. Plus par son style que par son contenu. Quoique. Antonio Lobo Antunes expolore comme peu d'auteur les méandres de l'âme humaine.

 

Mais ce qui marque le plus dans ses romans, c'est le style. Ce souffle immense. Un peu comme un Proust portuguais. On a à peine le temps de respirer qu'il nous emporte à nouveau. Comme une imense vague de mots. D'espoir. De vie. La vie avec toutes ses joies et tous ses chagrins.

 

Le présent se mèle au passé. Les personnages se confondent. Il y en a tant. Impossible de tous les retenir. Impossible de retenir tous les tenants et les aboutissants. Difficile même de s'attacher aux personnages. Pourtant impossible de ne pas tourner les pages. On est comme fasciné. Fasciné par cet enchevêtrement de destins.

 

Reste une atmosphère chaude. Etouffante. Et un style inimitable. Plein de verve et de folie. De désespoir et de lutte. De dégoût et d'espoir. Un style si proche de l'âme humaine.

 

Un auteur inimitable à découvrir et à redécouvrir.

 

Résumé : Un adolescent se meurt. A son chevet d'hôpital, lors de son agonie, se succèdent son père et sa mère, depuis longtemps séparés, sa tante, le médecin et les infirmières. Depuis son coma, Nuno les observe s'agiter autour de lui. Des souvenirs heureux et symboliques traversent son délire, comme lorsque son père l'emmenait faire de la balançoire...

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 11:08

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51CuUf30YQL._SL500_AA300_.jpgC'est d'abord la très belle couverture qui m'a attirée. Et puis une rencontre ratée avec l'auteur lors de ma lecture du Journal d'un vampire. J'avais l'impression d'être passée à côté de quelque chose. Le deuxième essai fut donc le bon. Ce livre est un vrai coup de coeur.

 

On ne voit pas passer les 600 pages. Non pas qu'il y ait tant de rebondissements que ça. Mais on s'attache très rapidement aux personnages et on suit avec plaisir leurs aventures. Même les personnages secondaires sont intéressants. On aimerait en apprendre plus sur eux. J'ai particulièrement apprécié l'héroïne. Changeante. Courageuse. Attachante. Enfin une héroïne qu'on suit avec plaisir. Qui a un cerveau et qui s'en sert. Le personnage de Gabriel est aussi passionnant. Complexe. Attachant et agaçant.

 

L'histoire (pas de vampires à l'horizon) est aussi bien trouvée. Originale. Elle n'entre pas dans un moule convenu. Même si elle suit les schémas des romans pour ados. Rien de très surprenant. Mais un changement de thématique qui fait du bien.

 

Le style est agréable. On entre facilement dans l'histoire. Impossible de s'arrêter avant la fin. Enfin un roman à la hauteur de Twilight, en ce qui concerne l'envie de continuer encore et encore. Je me suis régalée!

 

Une très belle découverte! Je remercie BOB et les éditions Michel Lafon de m'avoir donné l'occasion de connaître ce roman et de me réconciler avec LS Smith.

 

Résumé : Dans son lycée, Kaitlyn a toujours eu le sentiment d'être une étrangère.
C'est une artiste, mais avec quelque chose en plus : ce qu'elle dessine se produit un jour ou l'autre.
Tout le monde la prend pour une sorcière... Quand le Dr Zetes l'invite à rejoindre son école réservée à ceux qui ont des capacités psychiques surdéveloppées, Kaitlyn est aux anges.
Là-bas, elle fait la connaissance de Rob, un séduisant athlète qui a le pouvoir de guérir les autres, et de Gabriel, un loup solitaire qui semble l'éviter.
En tout cas, parmi les siens, elle peut enfin s'épanouir et travailler sur ses mystérieuses prémonitions. Jusqu'au jour où une des expériences de Xetes crée un lien télépathique entre Kaitlyn et ses camarades.
Ils vont ainsi se rapprocher et finiront par démasquer le sombre secret de l'institut. Kaitlyn devra alors choisir qui croire...
et qui aimer.

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 09:51

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51iqKwpbUTL._SL500_AA300_.jpg

Un livre d'une originalité étourdissante. Images et écrits s'y mêlent pour nous entraîner dans une aventure pleine d'humanité.

 

La construction est étonnante : les images n'illustrent pas le texte mais le complètent. Elles font partie intégrante du récit. Pourtant l'ensemble est fluide. On passe de l'un à l'autre sans heurt. Naturellement.

 

Les dessins sont absolument sublimes. Un crayonné, avec des nuances de gris. Les personnages sont plein d'émotion et les décors plein de vie. On s'y croirait. Ceux qui connaissent la gare Montparnasse pourront même s'amuser à chercher les différences avant, après tellement c'est réaliste.

 

L'histoire est très belle. Elle montre comment un jeune garçon reprend confiance en la vie grâce à un automate et surtout grâce à des amis. L'évolution du personnage ainsi que ses aventures sont très agréables à suivre.

 

Il y a aussi de nombreuses références au cinéma. On a envie de redécouvrir lesfilms des tous premiers cinéastes. De connaître leur magie. De se plonger dans ce monde où le cinéma était avant tout affaire de poétes et de magiciens. Où le rêve était la source de cet art.

 

Une très belle découverte et une oeuvre d'art originale.

 

Résumé : «Ne tournez pas la page trop vite ! Imaginez d'abord que vous êtes assis dans le noir, comme au cinéma avant le début d'un film........»
Hugo Cabret est orphelin : son père, qui l'evait, est mort dans l'incendie du musée où il était employé comme horloger. Ses seuls compagnons sont un automate trouvé dans les décombres du musée, sur lequel travaillait son père, et son oncle, un poivrot qui l'héberge dans les combles de la gare. Un jour, l'oncle disparaît. Hugo n'a d'autre solution que de se cacher et de poursuivre le travail de l'oncle (régler les horloges) en priant pour qu'on ne le découvre pas. Car il a un but : finir de réparer l'automate de son père. Hugo est persuadé qu'une fois en état de marche, celui-ci lui délivrera un message important. Pour cela, il dérobe chaque jour un jouet à un vieux vendeur, se constituant ainsi une réserve de rouages, de ressorts... Seulement, un matin, le vieil homme le prend la main dans le sac : il lui confisque son carnet de croquis, indispensable à la réparation de l'automate, et l'oblige à travailler pour lui.

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 09:47

Un nouveau dimanche poétique grâce à Celsmoon!

 

Filles faciles

 

J'ai une tendresse particulière
Pour ces filles qui n'ont pas de manières
Les hospitalières, les dociles
Vous les appelez les filles faciles
Celles qui marchandent pas leur corps
Ni pour des mots ni pour de l'or
Pour qui faut pas tout un débat
Ni pour leur haut ni pour leur bas
Pour quelques notes de guitare
Elles dormiront un peu plus tard
Elles disent que les matins, c'est bien
Elles disent qu'à deux, c'est encore mieux
Les inespérées des timides
Celles qui comprennent sans qu'on leur dise
Pour qui ne suffit qu'on regard
Pour que tout s'allume en un soir

Petite chanson de reconnaissance
Pour ces stars de mon adolescence
Je n'en ai oublié aucun
Chères et précieuses une à une

Celles qui m'ont trouvé consommable
Avant que je sois dans les hit-parades
Dans les bals ou les mjc
Comme au plus haut des colisées
Celles qui n'échangent pas leur plaisir
Pour ce qu'on pense ou ce qu'on va dire
Qui disent ok pour les enfers
Contre un peu de paradis sur terre
Des petits moments piqués en fraude
Comme un automne aux pays chauds
Plein du goût des baisers volés
Toujours un petit peu plus sucrés
Sans qu'on en parle ou qu'on y pense
Sans après promis ni juré
Ça n'a pas la moindre importance
Quand c'est l'amour qu'on aime aimer

Ce soir, je veux leur rendre hommage
Ce sera la seconde fois
Qu'elles sachent qu'il m'est dommage
De ne le faire que par la voix

 

JJ Goldman

 

http://quisommesnous.files.wordpress.com/2007/11/amour.jpg

http://quisommesnous.files.wordpress.com/2007/11/amour.jpg

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 09:44

http://ecx.images-amazon.com/images/I/61-15GMKJLL._SL500_AA300_.jpg Nul besoin de présenter Alice, la jeune fille du pays des mervailles. Nul besoin non plus de préciser que j'adore ce personnage et tout particulièrement le dessin animé de Walt Disney et le film de Burton. Même si j'ai quelques réserves sur le livre. Je n'ai donc pas résister quand les éditions Tourbillon m'ont proposé cet ouvrage.

 

J'ai redécouvert avec plaisir l'histoire d'Alice dans la magnifique collection qui proposait aussi l'île au trésor. On retrouve ce qui fait l'intérêt de celle-ci : une belle typographie, un papier agréable, bien choisi, un format adapté, ni trop grand, ni trop petit et surtout de très belles illustrations. Tout ce qu'il faut pour redécouvrir les grands classiques de la littérature jeunesse et pour partager avec les plus jeunes sa passion de la littérature.

 

On (re)découvre avec plaisir les illustration de Rackham. J'avais pu les apprécier dans mon édition d'Alice au pays des merveilles, mais pas en couleur. Ici, elles sont remarquablement mises en valeur par le reste de l'ouvrage. Cela m'a donné envie d'en savoir plus sur ce personnage. Si vous aussi la curiosité vous titille, c'est par ici. Je suis sûr que vous vous souviendrez d'avoir déjà croisez les dessins de ce monsieur.

 

Un immense merci aux éditions Tourbillons pour ce très bel ouvrage.

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 11:03

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41JYPU02PdL._SL500_AA300_.jpg

Un livre passionnant dont les 700 pages passent comme un rien! Au début on est un peu effrayé. 700 pages, tout de même! Surtout quand l'auteur commence à nous donner les caractéristiques d'un drakar de façon plus que précise. Il faut dire que Clive Cussler est un passionné de la mer et des bateaux. Sur le coup on se dit que ça ne part pas bien. Mais très repidement on entre dans l'intrigue et à partir de là, impossible de lâcher ce roman. On veut savoir comment tout cela va se terminer.

 

Les aventures se succèdent. On retient son souffle. On est ému. Révolté. Un peu surexcité quand le héros gagne contre les méchants. Et très agacé quand les méchants l'emporte.

 

L'écriture est bien rythmée, agréable malgré parfois beaucoup de précisions techniques qu'on ne comprend pas forcément. Cela ne gêne pas la lecture et on prend beaucoup de plaisir à passer d'une péripétie à une autre.

 

Mais le plus marquant ce sont les personnages. Le héros surtout : Dirk Pitt. Il a toutes les qualités possibles et pourtant il n'est pas agaçant. Il est même franchement sympathique et plus si affinités! (Celles qui couinent me comprendront). Je propose d'ailleurs qu'on le rajoute à la liste des sexy men! Il est entouré de personnages secondaires à la fois drôles et attachants. Quand à ses ennemis, ils font froid dans le dos. A la fin du roman, on a l'impression de tous bien les connaître (en bien comme en mal) et on a envie de découvrir les autres romans avec ce héros.

 

De plus, l'auteur se met lui aussi en scène et utilise beaucoup de référence à sa vie : la NUMA, les automobiles anciennes, la recherche d'épaves. Il maîtrise son sujet. Et surtout, c'est un passionné.Un véritable auteur et un vrai aventurier!

 

Une vraie réussite qui tient en haleine et donne envie de ne pas s'arrêter là!

 

Un immense merci à BOB et aux éditions Livre de Poche pour cette découverte!

 

Résumé : Lors de son voyage inaugural, le Dauphin d'émeraude, luxueux navire de croisière, prend soudainement feu et sombre. Dirk Pitt et une équipe de la NUMA, en expédition dans les parages, aperçoivent le brasier et parviennent à sauver une partie de l'équipage et des passagers. Etrangement, malgré la sophistication du Dauphin d'émeraude, les systèmes d'alarme n'ont pas fonctionné et l'incendie semble s'être déclaré de façon tout à fait inexplicable... Dirk Pitt ne peut croire à un mauvais coup du sort. L'ingénieur du navire, génial inventeur d'un moteur à propulsion hydraulique, a péri dans la catastrophe, mais sa fille Kelly a survécu... Dirk Pitt se retrouve confronté à une organisation internationale prête à tout pour mettre la main sur le brevet de c moteur révolutionnaire. Meurtres, prises d'otages, attentats, combats aériens entre les tours de Manhattan, cette nouvelle aventure va mener notre héros au-delà de la réalité, sur les traces du légendaire capitaine Ném6,, jusqu'au Walhalla, le paradis des Vikings... Pourtant, malgré sa perspicacité légendaire, Dirk Pitt est loin d'imaginer la surprise qui l'attend...

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 09:39

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51w10xc3CNL._SL500_AA300_.jpg

 

Depuis le Swap Kawaï, j'ai envie de lire des mangas. Quand l'un d'eux croise mon chemin, je ne résiste pas. C'est comme ça que j'ai découvert Soul eater, qui traînait dans ma LAL depuis un moment.

 

Une lecture très sympathique. On prend beaucoup de plaisir à découvrir cette histoire originale d'école créée par le dieu de la mort. Les personnages sont amusants et les dessins agréables. Même si moins de filles à la poitrine pulpeuse, ça aurait été bien aussi. Parce que ça n'apporte pas grand chose à l'histoire.

 

On retrouve tous les ingrédients qui font le succès de certains animes : de l'action, des personnages qui poursuivent une quête pour évoluer, des filles sexy et des garçons parfois un peu superficiels et souvent très portés sur les jeunes filles bien de leur personne.

 

Sans être transporté, on passe un bon moment de détente et je lirais volontiers la suite, si cela se présente pour savoir ce que deviennent les personnages.

 

Résumé : Afin d'accéder au rang suprême de « Death Scythe », une arme démoniaque doit ingérer 99 âmes humaines et une âme de sorcière. Cette mission est confiée aux Meisters, des spécialistes du combat qui vont récolter les âmes au péril de leur propre vie. Dans Soul Eater, partez à la chasse aux âmes en compagnie des élèves de l'institut Shibusen, école de formation pour faucheurs d'âmes !

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 09:54

FINAL.png

 

 

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41QM0YMGQWL._SL500_AA300_.jpg

Un livre magnifique à la construction intelligente et passionnante. L'auteur met en parallèle 4 destins. Celui de Kobayashi Issa (grand maître dans l'art du haïkus), de Natsume Soseki (inventeur du roman japonais), de Yamahata Yosuke (premier photographe dans les ruines d'Hiroshima) et le sien. Il vient de perdre sa fille et nous fait découvrir, à travers son deuil, le destin de trois hommes ayant du, eux aussi, expérimentés la perte et la difficulté de vivre.

 

Ces trois personnages sont marquants. On s'attache à eux. On ressent un peu de leurs souffrances. De leur égarements. Comment se retrouver quand tous nos repères chavirent? Philippe Forets sait, avec des mots simples, nous transmettre cette émotion.

 

Ce n'est pas un livre facile. La dernière partie autour d'Hiroshima est même assez éprouvante, tant l'auteur sait nous donner à ressentir, sans pour autant rentrer dans les détails. Pourant l'ensemble porte une sorte de lumière. D'espoir. D'où, peut-être le titre : Cependant. Parce que malgré le désespoir, il y a toujours quelque chose à vivre. Plus loin. Derrière.

 

On découvre aussi avec intérêt l'univers japonais. Cela donne envie d'en savoir plus. J'ai d'ailleurs acheté un roman de Soseki, suite à cette lecture, ainsi qu'un recueil de Haïkus. On voudrait en savoir plus sur ces trois personnages.

 

Un roman magnifique, plein d'émotion et de sagesse.

 

Résumé :Sarinagara signifie cependant. Ce mot est le dernier d'un des plus célèbres poèmes de la littérature japonaise. Lorsqu'il l'écrit, Kobayashi Issa vient de perdre son unique enfant : oui, tout est néant, dit-il. Mais mystérieusement, Issa ajoute à son poème ce dernier mot dont il laisse la signification suspendue dans le vide.

L'énigme du mot sarinagara est l'objet du roman qui unit trois histoires : celles de Kobayashi Issa (1763-1827), le dernier des grands maîtres dans l'art du haïku, de Natsume Sôseki (1867-1916), l'inventeur du roman japonais moderne, et de Yamahata Yosuke (1917-1966), qui fut le premier à photographier les victimes et les ruines de Nagasaki. Ces trois vies rêvées forment la matière dont un individu peut parfois espérer survivre à l'épreuve de la vérité la plus déchirante.

Loin des représentations habituelles du Japon, plus loin encore des discours actuels sur le deuil et sur l'art, dans la plus exacte fidélité à une expérience qui exige cependant d'être exprimée chaque fois de façon différente et nouvelle, le texte de Philippe Forest raconte comment se réalise un rêve d'enfant. Entraînant avec lui le lecteur de Paris à Kyôto puis de Tôkyô à Kôbe, lui faisant traverser le temps de l'existence et celui de l'Histoire, ce roman reconduit le rêveur vers le lieu, singulièrement situé de l'autre côté de la terre, où se tient son souvenir le plus ancien : là où l'oubli abrite étrangement en lui la mémoire vivante du désir

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 09:32

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51be%2BUPLV7L._SL500_AA300_.jpg

J'ai découvert il y a quelques année Les Colombes du roi Soleil du même auteur que je suis toujours avec un très grand plaisir. C'est donc avec intérêt que j'ai commencé à lire cette nouvelle saga tournant autour de Marie-Anne, fille de Louis XIV et de Melle de La Vallière. Pari réussi!

 

On se plonge avec autant de délice dans l'univers de Versailles et de la cour que dans celui des demoiselles de Saint Cyr. On suit avec intérêt les aventures de Marie Anne. Nous découvrons Versailles et le roi à travers ses yeux. On a vraiment l'impression d'y être, de participer aux festivités. Un vrai plaisir!Marie-Anne est sympathique, enjouée, un rien aventureuse. Elle séduit aussi bien le roi, son père, que le lecteur.

 

Même si le cadre historique a été légèrement retravaillé pour l'histoire (les dates ne correspondent pas parfaitement en ce qui concerne la légitimation de Marie Anne), on découvre avec bonheur cette période et on a envie d'en savoir plus. Je vais d'ailleurs me plonger dans Reines et Favorites de France pour en savoir plus sur Melle de La Vallière et La Montespan. Et si quelqu'un connaît un bon ouvrage sur l'affaire des poisons, c'est volontiers!

 

Un excellent moment de lecture et une belle plongée dans l'univers du roi soleil.

 

Résumé : 1674. Marie-Anne, élevée loin de la cour, apprend qu'elle est la fille du Roi Soleil. Prévenue des dangers d'une vie fastueuse, Marie-Anne s'apprête à découvrir Versailles et à faire son entrée dans la lumière. Soudain, tous les regards se tournent vers elle...

Partager cet article

Repost0