Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 11:11

Un nouveau dimanche poétique grâce à Celsmoon!

 

Robert le diable

 

Tu portais dans ta voix comme un chant de Nerval

Quand tu parlais du sang jeune homme singulier

Scandant la cruauté de tes vers réguliers

Le rire des bouchers t'escortait dans les Halles

Tu avais en ces jours ces accents de gageure

Que j'entends retentir à travers les années

Poète de vingt ans d'avance assassiné

Et que vengeaient déjà le blasphème et l'injure

 

Je pense à toi Desnos qui partis de Compiègne

Comme un soir en dormant tu nous en fis récit

Accomplir jusqu'au bout ta propre prophétie

Là-bas où le destin de notre siècle saigne

 

Debout sous un porche avec un cornet de frites

Te voilà par mauvais temps près de Saint-Merry

Dévisageant le monde avec effronterie

De ton regard pareil à celui d'Amphitrite

Enorme et palpitant d'une pâle buée

Et le sol à ton pied comme au sein nu l'écume

Se couvre de mégots de crachats de légumes

Dans les pas de la pluie et des prostituées

 

Je pense à toi Desnos qui partis de Compiègne

Comme un soir en dormant tu nous en fis récit

Accomplir jusqu'au bout ta propre prophétie

Là-bas où le destin de notre siècle saigne

 

Et c'est encore toi sans fin qui te promènes

Berger des longs désirs et des songes brisés

Sous les arbres obscurs dans les Champs-Elysées

Jusqu'à l'épuisement de la nuit ton domaine

O la Gare de l'Est et le premier croissant

Le café noir qu'on prend près du percolateur

Les journaux frais les boulevards pleins de senteur

Les bouches du métro qui captent les passants

 

Je pense à toi Desnos qui partis de Compiègne

Comme un soir en dormant tu nous en fis récit

Accomplir jusqu'au bout ta propre prophétie

Là-bas où le destin de notre siècle saigne

 

La ville un peu partout garde de ton passage

Une ombre de couleur à ses frontons salis

Et quand le jour se lève au Sacré-Cœur pâli

Quand sur le Panthéon comme un équarissage

Le crépuscule met ses lambeaux écorchés

Quand le vent hurle aux loups dessous le Pont-au-Change

Quand le soleil au Bois roule avec les oranges

Quand la lune s'assied de clocher en clocher

 

Je pense à toi Desnos qui partis de Compiègne

Comme un soir en dormant tu nous en fis récit

Accomplir jusqu'au bout ta propre prophétie

Là-bas où le destin de notre siècle saigne

 

Louis Aragon

 

http://www.nikohk.com/wp-content/uploads/2007/07/Robert_Doisneau1.gif

http://www.nikohk.com/wp-content/uploads/2007/07/Robert_Doisneau1.gif

Partager cet article

Repost0
24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 10:16

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41uOYUJkt3L._SL500_AA300_.jpg

Chroniqué de cet auteur :

Tétralogie Twilight

 

Evidemment ce livre à un (petit) côté commercial. C'est donc avec pas mal d'a priori que je l'ai commencé. Mais il n'y a pas à dire, Stephenie Meyer est très forte. Pas tant au niveau de l'écriture qui reste l'un des points faibles de ses livres. Mais en ce qui concernne les personnages. En quelques 200 pages, elle arrive à nous faire nous attacher à Bree. A nous faire voir l'histoire par ses yeux. Comme une pièce manquante à la saga.

 

Si on a lu Hésitation, on sait comment cela se termine. Pourtant notre attention ne faiblit pas. On aimerait même que cela finisse autrement. Parce qu'on apprécie Bree et son côté un peu paumé. Parce que d'un personnage plus que secondaire, Stephenie Meyer à su faire une héroïne. Elle a su lui donner une véritable dimension et lui donner une place clef, non seulement dans ce roman, mais aussi dans Hésitation.

 

Alors, oui, c'est un énorme coup marketing. Mais il a le mérite d'être réussi. Et avec élégance.

 

De plus, l'auteur se laisse, une fois de plus, des portes de sortie. Il y a fort à parier que nous n'en ayons pas fini avec Twilight. Et finalement, c'est tant mieux!

 

Résumé : Ce nouveau roman raconte l'histoire de Bree Tanner, une vampire de 15 ans transformée par Victoria (l’une des ennemies des Cullen, la famille d’Edward) en même temps qu'une vingtaine d'autres adolescents, pour former une armée de vampires qui combattrait les Cullen.Le roman se focalisera sur les trois mois qui se déroulent entre sa transformation en vampire et le combat final à la fin d'Hésitationà l'issue duquel elle meurt, tuée par les Volturi.

Nouveau-née torturée par sa transformation et la soif de sang qu'elle ne contrôle pas, elle est l'alter-ego de Bella et lui renvoie l'image de ce qu'elle serait si elle allait jusqu'au bout de sa décision de se transformer pour rester toute sa vie avec Edward.

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 10:21

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41GtCIa%2BN2L._SL500_AA300_.jpg

Merci à Bladelor de m'avoir donné envie de lire ce livre.

 

Un livre sur une période assez ignorée de la seconde guerre mondiale : l'enlèvement d'enfants dans les pays occupés par l'Allemagne pour en faire de parfaits aryens.

 

Un livre coup de poing. Juste au creux de l'estomac. On en reste sonné. Sonné tellement c'est réaliste. Tellement c'est dur. Dur à supporter. Dur à admettre surtout. Comment a-t-on pu faire ça?

 

On s'attache à Milada. On suit sa plongée dans l'univers nazi qui peu à peu va devenir le sien. Car, et c'est peut-être le plus frappant, ce monde va devenir  (du moins en partie) le sien. Un tel lavage de cerveau qu'elle va finir par presqu'oublier qui elle est. Plusieurs fois elle manque de perdre son identité. Elle sait qu'elle n'est pas Eva. Mais dans ce cas, qui est-elle? On souffre avec elle de cette perte atroce. On a peur qu'elle finisse par oublier complètement.

 

On souffre aussi de ces multiples séparations. Avec sa famille. Ses amis. Puis son amie au Centre. Et enfin avec la famille allemande qui l'avait adoptée. Car malgré tout des liens s'étaient tissés avec eux. Une autre forme d'oubli que doit affronter Milada.

 

Un livre dont on sort pantelant. Cherchant l'air. Un livre essentiel.

 

Résumé : 1942, Tchécoslovaquie. Milada, 10 ans, échappe au massacre de son village parce qu'elle est blonde et qu'elle a les yeux bleus. Pendant des mois, les nazis vont lui apprendre à tout oublier pour devenir Eva, une parfaite petite aryenne. Une élue.

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 10:16

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41xnKxKBwrL._SL500_AA300_.jpg

Offert par Melmélie dans le cadre du swap Happy Face.

 

Chroniqué de cet auteur

Les yeux jaunes des crocodiles

 

Merci mille fois Melmélie! Quel bon choix! Quel beau cadeau que ce roman. Roman qui commence tout en douceur. Tout en bavardage autour de la littérature. Et se finit comme une immense déchirure. Comme une incroyable passion.

 

Le style de Katherine Pancol est toujours aussi agréable. Léger. Fluide. Il coule d'une page à l'autre et on en redemande. On se laisse porter par ses phrases toutes simples. Toutes vraies. Si proche de la vie. On déguste chaque lettre. Chaque réponse. Elle ne se serre pas de la forme épistolaire comme d'un prétexte. Elle l'investit réellement. Lui donne un sens. Une place dans le récit.

 

C'est beau. Profond. Déchirant. ça donne envie d'être amoureux. D'aller au bord de la mer. De relire les grands classiques et d'en découvrir d'autres. Beaucoup d'autres.

 

On s'attache terriblement à ces personnages. Kay, si secrète. Jonathan si bizarre dans ses passions et ses colères. Nathalie si compréhensive. Et tous les autres qu'on a l'impression de connaître comme des amis. On a envie de les rejoindre sur la côte normande.

 

On tourne la dernière page avec une petite boule dans la gorge. Parce qu'on a pas envie des les quiteer. Parce que...

 

A s'offrir comme un cadeau. A déguster comme un bon chocolat chaud autour d'un livre.

 

 

Résumé : Kay Bartholdi est libraire à Fécamp, Jonathan Shields est un écrivain américain. Pour un guide touristique de la côte normande, il lui commande des livres par correspondance. Elle répond à cet inconnu qui semble partager les mêmes goûts qu'elle. Lettre après lettre, ils se découvrent une même passion pour la littérature. Cette relation épistolaire devient bientôt aussi passionnée que celle de deux amoureux.

Partager cet article

Repost0
21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 10:26

FINAL.png

 

 

 

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41mMTxvXV7L._SL500_AA300_.jpg

Un de mes livres préférés, lu après avoir vu le film. Une pure merveille tant sur le plan de l'écriture que sur celui de l'histoire, des références historiques. On a envie de prolonger le voyage. De mieux connaître ce monde qui nous est souvent si inconnu.

 

Sayuri est un personnage fort. Attachant. D'un courage et d'une volonté prodigieuse. Et il lui faudra bien tout ça pour se forger un destin. Son histoire d'amour avec le président est magnifique. Tout en finesse et en délicatesse. On a envie que ça ne s'arrête jamais.

 

Les autres personnages sont tout aussi intéressants. Chacun représente un peu de ce Japon d'avant la seconde guerre mondiale. Une petite facette de ce pays. On découvre un pan de son histoire. De la vie de ses habitants.

 

On apprend aussi beaucoup sur la vie des geishas. Sur leur apprentissage. Leurs habitudes. Leurs coutumes. On pénètre dans ce monde feutré sur la pointe des pieds tant le style de l'auteur est fluide, agréable. On se fond dans cette histoire, pourtant si différentes des notres. On admire ce destin, digne des tragédies grecques.

 

Un pur moment de plaisir.

 

 

Résumé : Yoroido : un modeste village de pêcheurs dans le Japon des années trente. La petite Chiyo-chan y coule une enfance pauvre mais heureuse entre ses parents et sa grande soeur, Satsu. Mais un cancer ronge en silence les os de sa mère, sur le point de mourir. Le père est si vieux et déjà si perdu qu'il accepte la proposition de M. Tanaka. Les deux jeunes filles partent bientôt pour Kyoto, parmi d'autres enfants vendus. Chiyo-chan est si belle avec ses yeux d'eau "comme si quelqu'un y avait percé un trou et que l'encre avait coulé" qu'on l'emmène dans une école de geishas. Elle deviendra Sayuri, l'une des geishas ou courtisanes les plus appréciées de la ville, excellant dans l'art du chant, de la danse et de l'amour, maîtrisant parfaitement la science de la toilette et du thé.


Partager cet article

Repost0
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 09:41

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51Ym3tuyfWL._SL500_AA300_.jpg

Parce que j'adore les chats. Parce que j'adore les albums. Je ne pouvais pas passer à côté de celui-ci.

 

Une très jolie histoire permettant de discuter avec les enfants de la peur du noir et de dédramatiser la venue de la nuit. Comme dans tous les contes (ou presque), Lilith, notre petite héroïne, va affronter ses peurs avant de revenir à la douceur de son foyer.

 

Même si l'histoire n'a rien d'originale, les dessins sont absolument époustouflants! On s'y attarde. On a l'impression d'être comme chez soi. De très beaux traits. Des couleurs bien choisies. L'ensemble créant une véritable ambiance.Les personnages ressortent bien. On plonge dans cet univers et on se prend à rêver avec Lilith.

 

Une très belle découverte!

 

 

Résumé : Lilith est une chatte très peureuse ! Un soir, elle décide malgré tout de sortir de la maison rassurante quelle habite avec sa maîtresse. Mais la nuit est encore plus effrayante que dans limagination de Lilith. Elle va senfuir à toute vitesse pour échapper aux étranges personnages quelle va croiser au fur et à mesure de lhistoire. Parviendra-t-elle à retrouver le chemin du retour, et sa maîtresse, si rassurante ?

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 10:45

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41Iu2EblwVL._SL500_AA300_.jpg

Roman historique autour de la ligue Hanséatique et des frères Vitaliens, sortent de Robins de bois des mers.

 

Le style est agréable. On entre progressivement dans l'histoire et on s'attahce peu à peu aux personnages. Chacun a son caractère. Chacun a sa place dans l'histoire. On aurait envie d'en savoir plus sur chacun. Envie de savoir ce qui leur arrive, la dernière page tournée.

 

La période abordée est peu connue et c'est avec plaisir qu'on découvre ce pan de l'histoire. On découvre ce que furent les frères Vitaliens, leur légende et surtout leur chef Klaus Störtebeker. Petite anecdote, je connaissais déjà cet homme car j'avais traduit un passage le concernant lorsque je faissais de l'allemand. Sa mort est pour le moins particulière et nous avait occasionnés bien des tracas et des points en moins car on se disait tous : "C'est trop bizarre, j'ai du me tromper". Cela m'a amusée de le retrouver dans l'une de mes lectures.

 

Mais ce n'est pas le personnage principal de cette histoire. Seulement un des personnages que rencontre Anika, embarquée en cachette sur un vaisseau pour retrouver son grand amour. Son histoire est touchante et rythme le récit sans pour autant occulter les détails historiques. L'ensemble forme un bon équilibre. Passionnant à la fois sur le plan historique et sur le plan du récit.

 

Une découverte qui donne envie d'en savoir plus sur cette période.

 

Résumé : Allemagne, fin du XIVe siècle. En ce Moyen Âge frileux et cruel où la ligue hanséatique, l'association de marchands qui contrôle le commerce de l'Europe septentrionale, est à l'apogée de sa puissance, la jeune Anika a choisi son camp : celui des artisans, des marins et des pirates, ces Likedeeler qui partagent avec plus malheureux qu'eux les biens dont ils se sont rendus maîtres. Pour retrouver le jeune mousse qui l'attire follement, Anika s'embarque, déguisée en homme, sur une cogue en partance pour le grand marché au hareng de Scanie...

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 11:21

Un nouveau dimanche poétique grâce à Celsmoon!

 

Mon frère

 

Toi le frère que je n'ai jamais eu

Sais-tu, si tu avais vécu

Ce que nous aurions fait ensemble

Un an après moi tu serais né

Alors on se s'rait plus quittés

Comme deux amis qui se ressemblent

 

On aurait appris l'argot par coeur

J'aurais été ton professeur

A mon école buissonnière

Sûr qu'un jour on se serait battus

Pour peu qu'alors on ait connu

Ensemble la même première

 

Mais tu n'es pas là, à qui la faute ?

Pas à mon père

Pas à ma mère

Tu aurais pu chanter cela

 

Toi le frère que je n'ai jamais eu

Si tu savais ce que j'ai bu

De mes chagrins en solitaire

Si tu ne m'avais pas fait faux bond

Tu aurais fini mes chansons

Je t'aurais appris à en faire

 

Si la vie s'était comportée mieux

Elle aurait divisé en deux

Les paires de gants, les paires de claques

Elle aurait sûrement partagé

Les mots d'amour et les pavés

Les filles et les coups de matraque

 

Mais tu n'es pas là, à qui la faute ?

Pas à mon père

Pas à ma mère

Tu aurais pu chanter cela

 

Toi le frère que je n'aurai jamais

Je suis moins seul de t'avoir fait

Pour un instant, pour une fille

Je t'ai dérangé, tu me pardonnes

Ici, quand tout vous abandonne

On se fabrique une famille

 

 

Maxime Le Forestier

 

http://sasukefan.s.a.pic.centerblog.net/t5x4jmn6.jpg

http://sasukefan.s.a.pic.centerblog.net/t5x4jmn6.jpg

 


 

Partager cet article

Repost0
17 juillet 2010 6 17 /07 /juillet /2010 10:20

http://ecx.images-amazon.com/images/I/5125vrIQ%2BtL._SL500_AA300_.jpgTome 1 : Lady Vivian Hastings

Tome2 : Neptune

Tome 3 : Le labyrinthe d'émeraude

 

Une bonne suite des tomes précédents. Nous continuons à suivre nos héros qui progressent vers Guyanacapac, en affrontant de multiples embûches. Les dessins sont toujours aussi réussis et nous plongent véritablement dans cette aventure. On se sent un epu angoissé, un peu étouffé. Comme au coeur de l'Amazonie.

 

Il y a moins de péripéties dans ce tome que dans les deux premiers. Pourtant on ne s'ennuie pas et le récit gagne en cohérence. On arrive à la dernière page sans trop s'en rendre compte tant on est pris par l'histoire.

 

A la fin de ce tome, on n'est guère plus avancé. Mais on attend la fin avec encore plus d'impatience. Vivement la lecture du tome 4!

Partager cet article

Repost0
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 10:18

http://ecx.images-amazon.com/images/I/518u7wNPfhL._SL500_AA300_.jpg

Tome 1 : Cibles mouvantes

 

De nombreux billets ont fleuri sur la blogosphère à propos de cette série. Ma curiosité a été la plus forte. Et quel n'a pas été mon étonnement de découvir le format de ces romans. Des petits livres de 50 pages, à la construction très intéressante puisque chaque tome raconte la même période du point de vue de chacun des protagonistes. Ainsi, les 4 tomes de la première saison raconte le mois d'octobre des 4 amis, selon leurs différents point de vue.

 

Je n'ai pas particulièrement apprécié le style, un peu plat. Un peu trop ado. J'ai trouvé l'histoire un peu légère. Pas assez développée. Pourtant je me suis laissée séduire par le concept. J'ai envie de découvrir les autres cerises et de savoir ce qui se cache sous leur étrange serment. J'ai envie de savoir ce qui arrive à Amos, à Lucas, à Violette... On ne se refait pas! L'attrait de l'histoire reste le plus fort.

 

Une série originale qui m'a un peu fait penser à Quatre filles et un jean mais en moins développer. On peut espérer que l'ensemble de la série donnera plus de profondeur à l'ensemble.

 

Résumé : Octobre; Les vacances. Pour Amos, le temps des questions. Qui est ce débile qui le harcèle au téléphone ? Comment s'y prendre avec Lucas, le nouveau du tir à l'arc ? Et puis, qu'est-ce qu'il irait bien faire au Québec ? Surtout sans les cerises.

Partager cet article

Repost0