Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 10:47

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51XQ2YLhPmL._SL500_AA300_.jpgPrix des Incorruptibles 6ème 2010-2011.

 

Un joli roman tout en tendresse. Le narrateur est terrifié par sa grand-mère. Mais lorsque celle-ci tombe malade, cela pourrait bien changer sa façon de voir les choses. Surtout qu'Angèle a un drôle de secret...

 

Ce roman est constitué par le journal du narrateur, Nathanael. On suit page après page l'évolution de sa relation avec sa grand-mère. On voit aussi comment il grandit. Se construit grâce à son histoire familiale.

 

L'écriture est très agréable. certains passages sont amusants, un peu ddans l'exagération. D'autres sont beaucoup plus émouvants. Nous aussi on s'attache à Mémère Angèle.

 

Une jolie histoire à découvrir, juste pour le plaisir!

 

Résumé : Mémère Angèle est un monstre. Un monstre breton. Ma Babayaga de Kerménéven. Celle qui hante mes rêves depuis onze ans, sans compter ceux que j'ai faits dans le ventre de ma mère. Je suis sûr que là aussi je rêvais d'elle, de sa voix grave et sombre, de ses mains de bûcheronne, de son cou de taureau. Je suis sûr qu'un jour elle a posé ses mains sur le ventre de ma mère pour lui chanter une vieille berceuse bretonne et que j'ai cru entendre les sirènes de l'Enfer.

Partager cet article

Repost0
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 09:36

http://www.decitre.fr/gi/45/9782809801545FS.gif J'ai pu lire ce roman grâce à Leiloona qui en avait fait un livre voyageur. Merci Leiloona pour cette formidable lecture!

 

Si vous aimez les contes de fées, les bons romans où l'on se plonge avec délice pour ne ressortir que 300 pages plus loin, les aventures et l'originalité, ce  roman est pour vous.

 

John Connolly s'amuse avec les codes du conte de fée et les modifie pour notre plus grand plaisir. Sous sa plume ils deviennent beaucoup plus inquiétants, retrouvant un peu de l'aura qui nous faisait trembler quand on nous les lisait enfant. Le passage avec Blanche-Neige est particulièrement réussi. Amusant et original.

 

L'auteur sait vraiment distiller une atmosphère. Par moment, un petit frisson parcours notre échine. Les passages avec l'homme biscornu sont particulièrement inquiétants. Ce personnage est vraiment affreux...mais en même temps intéressant. Il est tout ce que les hommes ont perdu. Tous leurs défauts. Leurs erreurs.

 

Il y a aussi une belle réflexion sur l'enfance, le passage à l'âge adulte, la difficulté de grandir. Sur le deuil aussi et la place d'un enfant dans une nouvelle famille. C'est un livre profondément humain. Dans tout ce que l'Homme a d'horrible et de magnifique. Tout ce que l'homme a de fascinant.

 

Je me suis régalée du début à la fin. Un vrai coup de coeur. J'ai seulement eu une petit interrogation : conseilleriez-vous ce roman à de jeunes lecteurs? Parce que certains passages sont assez ... difficiles. En tout cas, j'ai passé un exxcellent moment de lecture et je m'en souviendrai longtemps. David aura longtemps une place dans mes souvenirs de lecture.

 

Résumé : Il était une fois - car c'est ainsi que toutes les histoires devraient débuter - un garçon de 12 ans qui venait de perdre sa maman.
Inconsolable, David a trouvé refuge dans les livres pour oublier le remariage de son père et la naissance de Georgie, son demi-frère. Une nuit, persuadé d'entendre sa mère l'appeler, David découvre un passage caché au fond du jardin. Il le franchit et se retrouve propulsé dans un monde fantastique, peuplé de personnages issus de ses lectures et de son imaginaire. Alors que la Seconde Guerre mondiale déferle sur l'Europe, David entame un périple à la recherche d'un vieux roi qui conserve ses secrets dans Le Livre des choses perdues, sésame qui permettrait au jeune garçon de quitter ce royaume.
Mais le conseiller du souverain a pour lui d'autres desseins...

 

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 09:51

http://ecx.images-amazon.com/images/I/618gLk%2BaRoL._SL500_AA300_.jpg Prix des Incorruptibles 6ème 2010-2011.

 

Décidément, il n'y aura eu que d'excellentes surprises dans ce prix 2011. Le jurry a vraiment fait une très bonne sélection, variée et agréable.

 

Ici, c'est un roman de science fiction. shadi, un jeune pilot, arrive sur une planète ennemie et y découvre une immense (mais vraiment immense, le rêve pour tous les LCA de la Terre) tenue par Angus, un homme profondément attaché aux livres. Il conserve tout ce qu'il peut trouver car les livres ont peu à peu été remplacés par le numérique.

 

Le thème est particulièrement bien trouvé même s'il fait référence à de nombreux romans le précédant. On suit avec plaisir les aventures de nos héros dans cette immense bibliothèque, à la recherche d'une solution que seul un ouvrage pourra leur offrir. Il y a beaucoup d'action et une vraie réflexion sur les livres.

 

Le style est très agréable. On arrive à la fin en en redemandant encore! Chaque chapitre débute par une citation parlant de la lecture, permettant de redécouvrir certains auteurs.

 

Un roman pour tous les passionnés de littérature.

 

Résumé : Shadi, jeune pilote de la Sécession, échoue sur Libel, une planète ennemie devenue la dernière bibliothèque de l'univers. Il est recueilli par le conservateur, un érudit qui lutte pour sauver les livres menacés par l'hypertechnologie. Un événement dramatique va bientôt lui donner raison et contraindre Shadi à plonger dans les entrailles de la grande bibliothèque.

 

http://storage.canalblog.com/99/34/364830/45903861_p.jpgLu dans le cadre du Défi Sf de GeishaNellie! Ce roman clôture donc mon challenge. Merci à GeishaNellie pour l'organisation et surtout pour cette excellente idée!

Partager cet article

Repost0
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 09:43

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41PM2Z5492L._SL500_AA300_.jpg Il y a des moments où l'on est heureux d'avoir acheter un livre. Et puis, il y a la lecture de ce livre! Et là on se dit pourquoi, mais pourquoi j'ai acheté ça. Je crois me rappeler avoir lu une bonne critique. Mais je n'ai vraiment pas eu la main heureuse sur ce coup là.

 

C'est glauque. Vulgaire. On en sort écoeurée. On a l'impression d'être dans un marécage. Le choix du vocabulaire, de l'histoire. Je ne suis même pas arrivée au bout.Soit quelque chose m'a échappée, soit ce genre de littérature n'est pas pour moi, soit ce livre n'est vraiment pas une réussite.

 

Passez votre chemin!

 

Résumé : "Jules César était méchante, vieille et plus négresse chaque année." Le personnage qui porte ce nom est la nourrice et la servante, dans une histoire paysanne dont les personnages sont le père et la mère, deux jumeaux, la fille lubrique d'un bûcheron homicide, un grand singe avide de chair humaine. Iles flottantes a pour cadre un hôpital genevois, et l'humour qui permet de transposer la réalité sinistre s'exerce aux dépens du personnel, des médecins, et de l'auteur. Dans ces deux textes, l'auteur en liberté exerce sa méchanceté et son insolence décalée. Son humour, aiguisé par le laminoir surréaliste, permet à Joyce Mansour d'exprimer sa propre vision du monde, une image savoureuse et d'une irrésistible drôlerie.

 

objectif-pal.jpg Dans ma PAL depuis 5 ans.



Partager cet article

Repost0
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 09:33

http://ecx.images-amazon.com/images/I/4159BDN60JL._SL500_AA300_.jpg 

Un roman fort qui laisse comme un grand vide au creux de l'estomac. Liam a treize ans. Son père est atteint du Sida. Peu à peu à travers les mensonges, l'incomprhéhension, il va reconstruire l'histoire de son père. Un petit bout de la sienne aussi.

 

Mais finalement ce n'est pas le plus marquant. Ce qui touche, c'est la relation entre Liam et son père. Difficile. Dure parfois. Liam n'arrive pas à le pardonner. Comment aimer quelqu'un qui semble nous avoir trahi? Que l'on ne comprend plus du tout? Comment haïr et aimer en même temps? Pourtant Liam arrivera peu à peu à passer outre ses préjugés, outre sa colère pour aider son père et profiter de sa présence.

 

Le lien avec sa mère est aussi très fort. Ils ont de plus en plus de mal à se parler. Parce qu'elle lui ment, élude les questions. Parce qu'il y a finalement beaucoup de non-dits dans cette famille. Les relations sont tendues. Enfermées dans le silence. Mais là aussi, vers la fin du roman, quelque chose commence à poindre.

 

C'est un très beau roman que nous offre Paula Fox. On est ému aux larmes. On souffre avec les personnages. Nous aussi on essaie de comprendre. On suit cette histoire jusqu'au bout et on en ressort mélancolique. Mais aussi terriblement vivant.

 

A découvrir!

 

Résumé : Que faire quand on apprend, à treize ans, que son père est très malade, qu'il va bientôt mourir, et que c'est le sida? Que penser quand on entend sa mère, un matin très tôt, lancer à son mari: "Est-ce que tu te rends compte de ce que tu m'as fait? De ce que tu as fait à notre fils?" Que dire quand on se rend compte que personne ne dit la vérité? Que répondre quand le père constate: "La raison pour laquelle tu sais que tout le monde ment, c'est que tu mens toi-même" Comment interroger sans agresser? Comment comprendre le mystère de l'amour quand on ne dispose que du tableau noir de l'éducation sexuelle? Comment aider à mourir quand on n'a pas encore appris à vivre? Liam ne sait pas de combien de temps il dispose pour répondre à toutes ces questions. Il sait juste que le temps presse.

 

objectif-pal.jpg Dans ma PAL depuis 1 an et demi à peu près.

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 09:28

http://ecx.images-amazon.com/images/I/512J714ZR8L._SL500_AA300_.jpgJ'adore Cyrano de Bergerac. Je ne pouvais pas passer à côté de cette pièce. Je ne connais pas très bien la période Napoléonnienne mais cela ne m'a finalement pas gênée car l'édition est très complète et propose beaucoup de notes explicatives en cas d'incompréhension.

 

On découvre donc le personnage de l'Aiglon, fils de Napoleon, exilé en Autriche, où on essaye par tous les moyens de luis faire oublier son illustre père. Le premier acte a un petit commique puisque tout le monde essaye de réparer les bourdes des uns et des autres qui lui rappellent sans cesse qui il est.

 

Puis vient le temps des questions. Il doute d'être aussi fort que son père. Le voudrait pourtant. Ses partisans le poussent dans un sens. Sa famille et le gouvernement autrichien dans l'autre.

 

Mais ce qui est important, ce n'est finalement pas ce complot, la grande Histoire. L'important c'est cette histoire profondément humaine d'un jeune homme qui voudrait savoir qui il est, pourquoi il est là. Un jeune homme toujours dans l'ombre de son père. Qui sait qu'il n'est pas lui. Ne le sera jamais. Il lutte pour ne pas décevoir. Voudrait vivre. Vivre surtout. Aimer. Il est tiraillé entre toutes ses aspirations. Mais surtout, il sait que finalement il n'aura pas la chance de vivre. Ni la vie qu'on veut pour lui. Ni celle qu'il voudrait. On sent un être épuisé. Souffrant. Un tout jeune homme accroché à l'image de son père. Ce père qu'il a si peu connu.

 

La fin est magistrale. On souffre pour ce personnage. Il y a une véritable tension dramatique. Au fil des pages, on s'est attaché à lui. On sait comment ça va finir. Il n'y a rien à faire contre l'histoire. Mais Rostand a une si belle plume. Son personnage est tellement humain. Tellement attachant. J'aurais aimé que la fin soit différente.

 

 

Résumé : Dans ce drame en six actes, écrit en alexandrins, l'Aiglon, fils de Napoléon, cherche qui il est par rapport à son père, et cherche à marcher dans ses traces et ne pas être "un front qui se colle à des vitres".

 

objectif-pal.jpg Dans ma PAL depuis 10 ans...

Partager cet article

Repost0
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 09:55

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41DT9T8Z7DL._SL500_AA300_.jpgOffert dans le cadre du Swap anniversaire. Merci Hélène!

 

Je ne connaissais pas cet auteur et j'ai pris plaisir à le découvrir. C'est surtout l'ambiance que j'ai apprécié. Un peu feutrée. Finalement assez sensuelle malgré le côté très clinique de l'endroit.

 

L'histoire mêle le fantastique et la chronique douce-amère d'une vie. Jusqu'au bout on se demandera qui sont ces gens. Quelle a été leur vie? Comment ils en sont arrivés là. On ne s'attache pas à eux mais on les suit. Comme fasciné. On se demande où tout cela va les mener.

 

C'est une écriture très visuelle que nous offre Yoko Ogawa. On a l'impression de longer les couloirs de cet institut. De sentir la froideur des carreaux. De baigner dans cette lumière un peu étrange.

 

Je n'ai pas vraiment apprécié l'histoire mais j'ai été totalement séduite par cette plume légère et fine.

 

Merci Hélène pour cette découverte!

 

Résumé : A la suite d'un léger accident de travail, la narratrice de ce récit a quitté son usine et trouvé un emploi d'assistante et réceptionniste auprès de M. Deshimaru, directeur d'un laboratoire de spécimen. Dans ce lieu étrange, ancien foyer de jeunes filles pratiquement désert, elle reçoit la clientèle avant que M. Deshimaru, en véritable maître de taxidermie, recueille, analyse et enferme à jamais les blessures et les souvenirs de ceux qui désirent échapper à leur mémoire. Sans vraiment comprendre ce qui se joue sous ses yeux, la jeune fille tombe peu à peu sous la coupe de cet homme... Avec ce récit - assurément l'un de ses plus fascinants -, Yôko Ogawa pénètre davantage encore dans le territoire de l'envoûtement et de l'étrange, et révèle, au coeur du suspense, l'empreinte d'une douleur qui va jusqu'au fétichisme.

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 09:46

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51xhjYbucuL._SL500_AA300_.jpgPrix des Incorruptibles 6ème 2010-2011.

 

Un roman pour la jeunesse très amusant. Il m'a un peu fait penser aux malheurs de Sophie! C'est fou le nombre de bêtises faites par nos deux héros. Le moins qu'on puisse dire, c'est quon ne s'ennuie pas en leur compagnie!

 

Trille et Lena sont meilleurs amis et font les quatre cents coups à Kerr-Mathilde. Cela va de la desente en luge avec une poule au trou creuser pour enterrer les radios. Ils inventent plein d'aventures et ont un coeur gros comme ça. On se plait vraiment en leur compagnie. On découvre aussi plusieurs coutumes norvégiennes. Cela donne envie d'en savoir plus sur ce pays.

 

C'est une histoire amusante mais aussi touchante avec une belle réflexion sur le deuil et la séparation. Une réflexion aussi sur l'amitié.

 

Un clin d'oeil à l'enfance dont on sort revigoré!

 

Résumé : Trille et Lena sont les meilleurs amis du monde. Rien ne saurait les séparer. Elle fonce, n'a peur de rien, déborde d'énergie. Lui sentimental et rêveur, soutient et contient les initiatives de son amie. C'est que la vie à la campagne offre une multitude de possibilités d'inventions. Mais lorsque Lena trouve enfin un papa et donc un mari pour sa mère, cela signifie un déménagement, loin de Trille. Leur amitié tiendra-t-elle le coup ? Comment vont-ils faire pour vivre l'un sans l'autre ?

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 09:30

http://www.decitre.fr/gi/57/9782259212557FS.gif  Lu dans le cadre de Masse Critique.

 

J'étais intriguée par l'histoire de cette reine ayant abandonné son royaume pour changer de confession et parcourir l'Europe durant de très nombreuses années. Je n'ai pas été déçue par ce personnage. Brillante, passionnée, passant de l'amour à la haine en un clin d'oeil, tenant les papes et les rois dans le creux de sa main. Un véritable personnage de roman!

 

Au fil des pages on découvre ses goûts en matière d'arts, ses passions pour deux hommes et une femme, ses manipulations politiques. Sa solitude, sa détresse aussi. Drôle de destin que celui de cette femme reconnue et acclamée dans toute l'Europe mais qui ne fut jamais aimée. L'auteur mèle habilement sa vie personnelle et sa place dans la politique du XVIIème siècle. On croise de nombreuses figures historiques, philosophiques, littéraires comme Descartes, Leibniz ou Ninon de Lenclos. C'est d'ailleurs dommage qu'on ne fasse que les croisez. Car finalement, on survole un peu certains points de l'histoire de la reine. J'ai plus apprécié la partie sur la vie personnelle. On a plus le temps de l'habiter. De la traverser avec elle. La partie politique paraît quelques peu fade à côté.

 

L'auteur a eu la bonne idée d'intercaler des chapitres où ce n'est pas la reine qui s'exprime mais des personnages qu'elle a croisé. Pour mieux la connaître. Pour avoir une autre version de l'histoire. Cela redonne du rythme à l'ensemble. Car 600 pages c'est long. Peut-être trop long. Par moment on s'ennuie ferme. Car malgré de grandes qualités intellectuelles, cette reine est antipathique. Froide. Revancharde. Démesurée. Elle a finit par m'agacer. On finit par se demander quelle nouvelle crasse elle va faire à ses ennemis ... ou à ses amis!

 

Une lecture un peu en demi-teinte donc. Le travail d'écriture est remarquable mais le sujet peu attrayant à la longue. Mais je ne regrette pas cette lecture qui donne envie de mieux connaître certains personnages comme Mazarin ou Ninon de Lenclos. Et rien que pour la fin, avec une petite pointe d'ironie et l'humanité démesurée de cette reine, ce roman vaut le détour.

 

Un immense merci aux éditions Plon et à Babelio pour cette enrichissante découverte!

 

Résumé : A 22 ans, au coeur du XVIIe siècle, la reine Christine renonce à la couronne de Suède pour s'installer à Rome, entourée de savants et d'artistes.
'l'otite sa vie, des lacs suédois à l'île de Capri, des ors de Fontainebleau au siège de Vienne, elle n'aura de cesse de vivre libre, se consacrant à sa passion pour l'art et la science et défendant tes minorités religieuses. Mais est-il possible de se retirer de l'échiquier politique alors qu'on voudrait garder fixés sur soi les yeux de l'Europe ? Etre l'un des plus grands esprits de son temps suffit-il à attirer l'amour ? Et comment peut-on, lorsqu'on a été trahie, punir les deux hommes de sa vie Une biographie compassée n'aurait su rendre hommage à Christine de Suède, cette reine scandaleuse et formidablement moderne.
Yann Kerlau a donc tenu le pari un peu fou, à la hauteur de son extravagant personnage, d'écrire ses Mémoires.

 



Partager cet article

Repost0
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 09:45

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51eC8DvbaUL._SL500_AA300_.jpg Chroniqué du même auteur :

Projet Oxatan

La malédiction d'Old Haven

 

Tome 1 : les vampires de Londres

 

Un deuxième tome à la hauteur du premier que j'avais beaucoup aimé. Même s'il lui manque peut-être un petit quelque chose. Evidemment on n'a plus l'effet de surprise... mais c'est surtout que les deux soeurs sont séparées... et j'aimais bien le duo qu'elles formaient.

 

Mais l'histoire est toujours prenante, le style agréable. On découvre de nouveaux personnages. De nouvelles histoires. On en sait un peu plus sur certains personnages et on prend toujours autant de plaisir à suivre Luna et Amber.

 

On attend donc la suite avec impatience pour avoir enfin le fin mot de l'histoire.

 

Résumé : Amber et Luna Wilcox savent désormais qui a fait d'elles des vampires. Mais dans leur lutte contre Dracula, bien des secrets demeurent encore. Quand Amber disparaît mystérieusement, les soupçons de Luna se confirment : il y a un traître parmi les Invisibles. De New York à Liverpool, les serviteurs du maîtres des ténèbres sont partout à l'œuvre. Chacune de leur côté, les deux orphelines vont devoir risquer leur vie pour empêcher l'ombre de Dracula de s'étendre sur le monde.

Partager cet article

Repost0