Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 09:54

FINAL.png

 

 

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41QM0YMGQWL._SL500_AA300_.jpg

Un livre magnifique à la construction intelligente et passionnante. L'auteur met en parallèle 4 destins. Celui de Kobayashi Issa (grand maître dans l'art du haïkus), de Natsume Soseki (inventeur du roman japonais), de Yamahata Yosuke (premier photographe dans les ruines d'Hiroshima) et le sien. Il vient de perdre sa fille et nous fait découvrir, à travers son deuil, le destin de trois hommes ayant du, eux aussi, expérimentés la perte et la difficulté de vivre.

 

Ces trois personnages sont marquants. On s'attache à eux. On ressent un peu de leurs souffrances. De leur égarements. Comment se retrouver quand tous nos repères chavirent? Philippe Forets sait, avec des mots simples, nous transmettre cette émotion.

 

Ce n'est pas un livre facile. La dernière partie autour d'Hiroshima est même assez éprouvante, tant l'auteur sait nous donner à ressentir, sans pour autant rentrer dans les détails. Pourant l'ensemble porte une sorte de lumière. D'espoir. D'où, peut-être le titre : Cependant. Parce que malgré le désespoir, il y a toujours quelque chose à vivre. Plus loin. Derrière.

 

On découvre aussi avec intérêt l'univers japonais. Cela donne envie d'en savoir plus. J'ai d'ailleurs acheté un roman de Soseki, suite à cette lecture, ainsi qu'un recueil de Haïkus. On voudrait en savoir plus sur ces trois personnages.

 

Un roman magnifique, plein d'émotion et de sagesse.

 

Résumé :Sarinagara signifie cependant. Ce mot est le dernier d'un des plus célèbres poèmes de la littérature japonaise. Lorsqu'il l'écrit, Kobayashi Issa vient de perdre son unique enfant : oui, tout est néant, dit-il. Mais mystérieusement, Issa ajoute à son poème ce dernier mot dont il laisse la signification suspendue dans le vide.

L'énigme du mot sarinagara est l'objet du roman qui unit trois histoires : celles de Kobayashi Issa (1763-1827), le dernier des grands maîtres dans l'art du haïku, de Natsume Sôseki (1867-1916), l'inventeur du roman japonais moderne, et de Yamahata Yosuke (1917-1966), qui fut le premier à photographier les victimes et les ruines de Nagasaki. Ces trois vies rêvées forment la matière dont un individu peut parfois espérer survivre à l'épreuve de la vérité la plus déchirante.

Loin des représentations habituelles du Japon, plus loin encore des discours actuels sur le deuil et sur l'art, dans la plus exacte fidélité à une expérience qui exige cependant d'être exprimée chaque fois de façon différente et nouvelle, le texte de Philippe Forest raconte comment se réalise un rêve d'enfant. Entraînant avec lui le lecteur de Paris à Kyôto puis de Tôkyô à Kôbe, lui faisant traverser le temps de l'existence et celui de l'Histoire, ce roman reconduit le rêveur vers le lieu, singulièrement situé de l'autre côté de la terre, où se tient son souvenir le plus ancien : là où l'oubli abrite étrangement en lui la mémoire vivante du désir

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Drame
commenter cet article

commentaires

denis 04/09/2010 16:18


je vais lire ce livre pris à la bibliothèque et j'ai acheté hier "le siècle des nuages"
un auteur à lire et heureux de voir que tu as adoré son livre sur les 3 auteurs japonais majeurs


Edelwe 08/09/2010 11:32



C'est vraiment un livre remarquable!



aBeiLLe 21/07/2010 15:05


Vraiment très intriguant ce roman!


Edelwe 23/07/2010 12:11



Il est vraiment à découvrir!



Géraldine 12/07/2010 20:57


La couverture est magnifique, mais je crains tout de même que ce livre soit trop éprouvant pour moi.


Edelwe 23/07/2010 11:48



C'est vrai qu'il est assez difficile. Mais pas autant que ce qu'on pourrait croire...



esmeraldae 08/07/2010 08:14


ça a l'air très beau, touchant


Edelwe 08/07/2010 12:02



Très bien écrit et plein d'émotion.



kali 07/07/2010 23:49


C'est grâce à toi que j'avais lu ce roman, et je ne peux que t'en remercier, je l'avais trouvé sublime!


Edelwe 08/07/2010 12:02



Je m'en rappelle très bien! ;)