Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 10:42

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41yJi%2BTht7L._SL500_AA240_.jpgUn livre sur lequel je me pose beaucoup de questions. Mes impressions ont varié au fil de ma lecture et surtout après, quand j'ai découvert le blog de la maman de ces deux enfants.


Au cours de la lecture de ce livre on passe du rire à l'émotion, à la compassion. Parce qu'évidemment, on se dit que ça ne doit pas être facile tous les jours. Pourtant JL Fournier arrive à nous faire rire (et pas seulement sourire). Vraiment rire. N'est ce pas son ami Desproges qui disait "On peut rire de tout mais pas avec n'importe qui" ? Il y a un peu de ça dans ce roman. Il y a parfois de l'autodérision, des réflexions complètement décalées. Et en même temps beaucoup de questions. De regrets. Regrets de ne pas avoir pu faire comme tous les autres pères. Regrets de ne pas avoir su l'accepter. On ressent beaucoup d'amour mais aussi beaucoup de tristesse. Parfois de la colère et de l'incompréhension. C'est finalement un livre plein d'émotions que nous livre JL Fournier. Des émotions pour mieux comprendre ce qu'il a vécu.

La structure, en très courts chapitres, crée pourtant une distance. On a du mal à s'attacher. Du mal à se sentir proche. Comme si quelque chose sonnait un peu faux, un peu forcé. Peut-être parce qu'il a encore du mal à en parler. Les paroles de la mère des deux enfants sonnent finalement beaucoup plus juste, même si elles sont moins travaillées.

A la fin de cette lecture, on ne sait pas trop ce qu'on ressent. Ce qu'on pense. Plusieurs jours après, même si je suis heureuse d'avoir découvert ce livre et si cette lecture a été agréable, je ne sais toujours pas ce que j'en pense vraiment. Ce qui m'a vraiment marqué, c'est la quasi absence de leur toisième enfant, leur fille Marie. Comme si tout cela l'avait effacée.

Un livre très étrange. A lire pour se faire un avis.

Résumé : "Cher Mathieu, cher Thomas,
Quand vous étiez petits, j ai eu quelquefois la tentation, à Noël, de vous offrir un livre, un Tintin par exemple. On aurait pu en parler ensemble après. Je connais bien Tintin, je les ai lus tous plusieurs fois.
Je ne l ai jamais fait. Ce n était pas la peine, vous ne saviez pas lire. Vous ne saurez jamais lire. Jusqu à la fin, vos cadeaux de Noël seront des cubes ou des petites voitures... "

Jusqu à ce jour, je n ai jamais parlé de mes deux garçons. Pourquoi ? J avais honte ? Peur qu on me plaigne ?
Tout cela un peu mélangé. Je crois, surtout, que c était pour échapper à la question terrible : « Qu est-ce qu ils font ? »
Aujourd hui que le temps presse, que la fin du monde est proche et que je suis de plus en plus biodégradable, j ai décidé de leur écrire un livre.
Pour qu on ne les oublie pas, qu il ne reste pas d eux seulement une photo sur une carte d invalidité. Peut-être pour dire mes remords. Je n ai pas été un très bon père. Souvent, je ne les supportais pas. Avec eux, il fallait une patience d ange, et je ne suis pas un ange.
Quand on parle des enfants handicapés, on prend un air de circonstance, comme quand on parle d une catastrophe. Pour une fois, je voudrais essayer de parler d eux avec le sourire. Ils m ont fait rire avec leurs bêtises, et pas toujours involontairement.
Grâce à eux, j ai eu des avantages sur les parents d enfants normaux. Je n ai pas eu de soucis avec leurs études ni leur orientation professionnelle. Nous n avons pas eu à hésiter entre filière scientifique et filière littéraire. Pas eu à nous inquiéter de savoir ce qu ils feraient plus tard, on a su rapidement ce que ce serait : rien.
Et surtout, pendant de nombreuses années, j ai bénéficié d une vignette automobile gratuite. Grâce à eux, j ai pu rouler dans des grosses voitures américaines."

 

http://storage.canalblog.com/28/72/350527/42823900_p.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Familles
commenter cet article

commentaires

Mélo 15/02/2010 07:40


Voici un livre que je n'ai pas du tout aimé. L'auteur n'a pas réussi à me toucher, au contraire. je ne pense pas renouveler avec lui. Et pourtant, je suis très sensible au handicap.


Edelwe 16/02/2010 14:16


Un livre curieux...j'ai encore du mal à fixer mon avis...


pom' 25/01/2010 10:53


mêm si ce n'est pas mon genre de lecture, j'en garde un bon souvenir


Edelwe 26/01/2010 16:53


Dans l'ensemble, moi aussi!


Awa 23/01/2010 15:11


J'ai beaucoup aimé ce livre, il m'a beaucoup touchée, même si c'est vrai que l'auteur met une certaine distance que j'attribue à de la pudeur.
Comme toi, j'ai remarqué l'absence de Marie, cela m'a fait un peu bizard sur le coup, mais à la réflexion, je me dis que l'auteur a voulu "cloisonner".


Edelwe 24/01/2010 14:44


C'est ce que je me suis dit aussi...mais ça me gêne quand même!


calypso 21/01/2010 17:02


Cela reste un roman très touchant selon moi, mais je n'ai fait que survoler le blog de la maman.


Edelwe 24/01/2010 14:39


J'ai apprécié d'avoir les deux points de vue.


lancellau 20/01/2010 20:13


Je l'ai lu il y a quelques temps et j'avais beaucoup aimé et été touchée!! La distance et l'humour utilisés ne m'avait pas choquée mais je comprends ton sentiment


Edelwe 21/01/2010 11:36


Je n'ai pas été choquée. Je n'ai même pas trouvé ça bizarre. Mais c'est le blog de la maman de Matthieu et Thomas qui m'a donné à réfléchir.