Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 10:00

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51V5N6BXRBL._SL500_AA300_.jpg 

Au départ, on a du mal à accrocher à cette histoire. Maurice est assez agaçant et on a du mal à s'attacher à lui ou à suivre ses problèmes avec intérêt. Puis peu à peu on tombe sous le charme de l'écriture un brin ironique d'E.M Forster. Il décrit avec verve les travers de la bourgeoisie anglaise. Ses préjugés et leurs dérives. On commence à s'intéresser à l'histoire lors de l'arrivée de Clive et à partir de là, le récit va crescendo.

 

Le lien entre ses deux hommes est très intéressant. Forster sait admirablement bien dépeindre ces caractères. On les voit évoluer sous nos yeux. Passionnant. Peu à peu on s'attache à Maurice, capable de faire preuve de lucidité. De réflexion sur lui même. J'ai particulièrement aimé le personnage d'Alec. Droit. Humain. Il n'essaye pas de profiter de la situation. Un très beau personnage.

 

Etant peu à peu rentrer dans l'histoire, j'ai vraiment apprécié la fin, à la fois ironique et heureuse. On sent que tout est apaisé. Que ce qui devait être fait a été mené à bien. On serait presque fier de Maurice. Ce Maurice si agaçant dans les premiers chapitres.

 

On appréciera l'atmosphère très british et l'analyse de cette société bourgeoise des années 1920 ainsi que la plume vive et pleine de vie de Forster. Un auteur que j'ai envie de continuer à découvrir avec Vue sur l'Arno.

 

Résumé : Depuis son plus jeune âge, Maurice est hanté par des rêves dont il s'explique mal la nature étrange et mélancolique. Puis, comme tous les jeunes gens de la bonne société anglaise, il part faire ses études à Cambridge. C'est là qu'il rencontre Clive, étudiant comme lui, auprès de qui il sent naître de nouveaux sentiments. Tentant d'abord d'ignorer cette passion, le jeune homme va peu à peu entamer un long cheminement, parfois douloureux, vers la liberté et l'affirmation de son identité. Dans ce récit intimiste à l'écriture ciselée, Forster, qui jamais ne consentit à ce que cette oeuvre soit publiée de son vivant, livre une magnifique histoire d'amour sur fond de chronique sociale de l'Angleterre puritaine des années 1920.

 

http://img.over-blog.com/109x109/1/83/70/07//objectif-pal.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Amour
commenter cet article

commentaires

Karine:) 10/09/2010 19:41


Ce que j'ai pu aimer ce livre. J'ai le goût de lire tout Forster, maintenant!


Edelwe 12/09/2010 12:43



Visiblement, tu n'es pas la seule!



Emilie 22/08/2010 17:11


Un de mes plus gros coups de coeur de ma vie de lectrice et je le relirai avec plaisir.


Edelwe 07/09/2010 20:29



J'ai été enchantée par ma découverte.



Stephie 21/08/2010 07:56


Karine me l'a offert et il me tarde de le lire !!!


Edelwe 07/09/2010 19:47



Bonne lecture alors! Karine est de bon conseil!



mango 18/08/2010 10:38


C'est un de mes livres préférés mais je crois que j'aime encore mieux:"Avec vue sur l'Arno". le film aussi est excellent!


Edelwe 18/08/2010 12:51



J'ai vu le film (effectivement très bien) et le livre est dans ma PAL!



Manu 18/08/2010 10:37


J'avais aimé Vue sur l'arno pour la modernité des idées mais j'avais trouvé l'écriture un peu vieillotte.


Edelwe 18/08/2010 12:50



Cela ne m'a pas gênée.