Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 18:37

Chroniqué de cet auteur:

La rêveuse d'Ostende

La femme au miroir

Le sumo qui ne pouvait pas grossir

Tétralogie sur les religions

 

Dans le cycle sur les religions de Schmitt, j'ai eu des hauts et des bas. Là, c'est un haut. Un vrai de vrai. J'ai adoré la construction de ce roman, les différents personnages et la fin, vraiment très belle.

 

On entre immédiatement dans l'histoire. Le personnage principal se découvre peu à peu. Et peu à peu notre regard sur lui change. On lui découvre des faiblesses, des doutes. Doutes que Madame Ming va l'aider à surmonter. J'ai adoré cette femme. Elle est extraordinaire. D'un courage magnifique et d'une force incroyable.

 

On ressort de ce roman avec une autre vision des choses. Et surtout on peu vraiment réfléchir sur la doctrine de Confucius.

 

Un livre intelligent et poétique, qui met de bonne humeur. What else?

 

Résumé : Madame Ming aime parler de ses dix enfants vivant dans divers lieux de l’immense Chine. Fabule-t-elle, au pays de l’enfant unique ? A-t-elle contourné la loi ? Aurait-elle sombré dans une folie douce ? Et si cette progéniture n’était pas imaginaire ? L’incroyable secret de Madame Ming rejoint celui de la
Chine d’hier et d’aujourd’hui, éclairé par la sagesse immémoriale de Confucius.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Réflexion
commenter cet article

commentaires

Tiphanie 07/06/2013 08:19

ça a l'air pas mal mais je n'accroche pas trop avec cet auteur

Edelwe 28/08/2013 15:20

Il est assez inégal mais il y a souvent du très bon.