Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 09:51

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51iqKwpbUTL._SL500_AA300_.jpg

Un livre d'une originalité étourdissante. Images et écrits s'y mêlent pour nous entraîner dans une aventure pleine d'humanité.

 

La construction est étonnante : les images n'illustrent pas le texte mais le complètent. Elles font partie intégrante du récit. Pourtant l'ensemble est fluide. On passe de l'un à l'autre sans heurt. Naturellement.

 

Les dessins sont absolument sublimes. Un crayonné, avec des nuances de gris. Les personnages sont plein d'émotion et les décors plein de vie. On s'y croirait. Ceux qui connaissent la gare Montparnasse pourront même s'amuser à chercher les différences avant, après tellement c'est réaliste.

 

L'histoire est très belle. Elle montre comment un jeune garçon reprend confiance en la vie grâce à un automate et surtout grâce à des amis. L'évolution du personnage ainsi que ses aventures sont très agréables à suivre.

 

Il y a aussi de nombreuses références au cinéma. On a envie de redécouvrir lesfilms des tous premiers cinéastes. De connaître leur magie. De se plonger dans ce monde où le cinéma était avant tout affaire de poétes et de magiciens. Où le rêve était la source de cet art.

 

Une très belle découverte et une oeuvre d'art originale.

 

Résumé : «Ne tournez pas la page trop vite ! Imaginez d'abord que vous êtes assis dans le noir, comme au cinéma avant le début d'un film........»
Hugo Cabret est orphelin : son père, qui l'evait, est mort dans l'incendie du musée où il était employé comme horloger. Ses seuls compagnons sont un automate trouvé dans les décombres du musée, sur lequel travaillait son père, et son oncle, un poivrot qui l'héberge dans les combles de la gare. Un jour, l'oncle disparaît. Hugo n'a d'autre solution que de se cacher et de poursuivre le travail de l'oncle (régler les horloges) en priant pour qu'on ne le découvre pas. Car il a un but : finir de réparer l'automate de son père. Hugo est persuadé qu'une fois en état de marche, celui-ci lui délivrera un message important. Pour cela, il dérobe chaque jour un jouet à un vieux vendeur, se constituant ainsi une réserve de rouages, de ressorts... Seulement, un matin, le vieil homme le prend la main dans le sac : il lui confisque son carnet de croquis, indispensable à la réparation de l'automate, et l'oblige à travailler pour lui.

Partager cet article

Repost0

commentaires

B
<br /> j'ai été émerveillé par ce magnifique objet lorsque je l'ai lu. l'histoire est captivante et j'ai adoré le fait que les illustrations fassent plus qu'illustrer. elles racontent l'histoire au même<br /> titre que le texte. vraiment sublime.<br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> C'est tout à fait ça!<br /> <br /> <br /> <br />
Y
<br /> j'ai feuilleté ce livre à la bib et il est vrai que les illustrations sont magnifiques. Mais j'ai plutôt lu ici et là que l'histoire ne tenait pas la route...<br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> J'ai trouvé l'histoire très jolie. Même si ce n'est pas la réalité!<br /> <br /> <br /> <br />