Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 09:17

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41b%2B1nd4TWL._SL500_AA300_.jpg

Un nouveau Modiano, c'est toujours un petit évènement pour moi, depuis que j'ai découvert La petite Bijou quand j'étais en seconde. Celui-là ne fait pas exception. On y retrouve Paris, ces grandes avenues et ses petites rues. Ses hôtels. On retrouve le thème des parents. Ou plutôt de l'absence de parents. Mais surtout, on suit encore un homme. Un homme et son passé. Ses souvenir. Il essaye de retrouver la trace d'une femme. Une femme perdue il y a bien longtepms mais qu'il n'a jamais oubliée.

 

Un à un Modiano égrène les souvenirs. Les rues défilent. Les évènements avec ou sans importance. On s'attache à ces gens sans trop savoir pourquoi. On se met à leur place. Et nous aussi, nous déambulons.

 

Comme souvent, il y a cette impression d'un danger qui ne dit pas vraiment son nom. Peut-être parce que les protagonistes n'ont pas vraiment de point de repère.

 

Roman après roman, on a l'impression de redécouvrir les mêmes souvenirs cent fois réagencés. Comme pour faire venir la lumière. Pour essayer de trouver un sens. De comprendre. Mais à chaque fois, c'est un nouveau roman. Une autre histoire. Et toujours le style envoûtant de Modiano. On resterait bien avec lui éternellement. A se perdre. Et à se retrouver.

 

Une nouvelle réussite. Un très beau moment de lecture.

 

Résumé : " Il suivait la Dieffenbachstrasse. Une averse tombait, une averse d'été dont la violence s'atténuait à mesure qu'il marchait en s'abritant sous les arbres. Longtemps, il avait pensé que Margaret était morte. Il n'y a pas de raison, non, il n'y a pas de raison. Même l'année de nos naissances à tous les deux, quand cette ville, vue du ciel, n'était plus qu'un amas de décombres, des lilas fleurissaient parmi les ruines, au fond des jardins. "

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Mélancolie
commenter cet article

commentaires

LN 17/06/2010 15:48


En tous cas avec Modiano on sait toujours à quoi s'attendre, mais d'un autre côté ça fait du bien aussi parfois :-)


Edelwe 20/06/2010 11:11



Je trouve que c'est très reposant.