Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 18:47

 

Tomes 1 à 4

 

Au début ce sont surtout les dessins qui m'ont séduites. Je les trouve très beaux, très élégants, parfaitement en rapport avec le thème. On se sent un peu comme dans un cocon et on vit vraiment les parties de shogi avec les personnages. On a l'impression de suivre un match en direct. Même si on n'y connaît rien en shogi et pas grand chose en échec, on se laisse facilement séduire.

 

Mais il n'y a pas que ça. En parallèle, il y a l'histoire de trois jeunes femmes. Toutes trois passionnées par ce jeu (ou sport vu le mental qu'il faut pour gagner un tournoi). On suit leur vie, leurs désirs et leurs rêves. On s'attache vraiment à elles.

 

Enfin, il y a beaucoup de suspens, car les parents de Shion ont été sauvagement assassinés par un inconnu. Le seul indice est une pièce de shogi que Shion serrait désespérément dans sa main quans on l'a retrouvée. Et une partie de shogi non terminée... Peu à peu on comprend ce qui s'est passé, car le tueur est toujours là et surveille Shion. Pour le moment, on n'en sait pas beaucoup plus, même s'il y a un vrai rebondissement dans le tome 4.

 

Ce cocktail fait que on passe du rôle de simple spectateur à celui de supporter de Shion. Je me suis surprise à m'énerver contre un des personnages du tome 4, parce qu'il était méchant avec elle.

 

Une série vraiment réussie! A découvrir!

 

Résumé : Quand Shion n'avait que quatre ans, ses parents ont été sauvagement assassinés chez eux ! La fillette a été retrouvée au beau milieu du massacre, vivante, mais depuis, traumatisée, elle est demeurée muette ! La seule pièce à conviction laissée par le meurtrier est une pièce de shôgi, le Roi.
Sept ans plus tard, Shion vit avec ses voisins qui l'ont adopté. Son père adoptif, maître de shôgi, a continué à lui inculquer les règles de ce jeu. Á seulement onze ans, la jeune fille souhaite devenir une professionnelle et enchaîne les parties !

Partager cet article

Repost 0

commentaires