Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 17:55

http://www.bdselection.com/imagesbd/a/auschwitz/auschwitz_c.jpg

Quelle étrange bande-dessinée que celle-ci! Elle aborde un sujet difficile. Dur. Souvent traité. On s'attend à être horrifié. A être touché. On est surtout mal à l'aise.

 

Tout va trop vite. On a pas le temps de s'attacher aux personnages. Pas de temps d'entrer dans leur histoire. Il y a une barrière entre eux et nous. Une barrière qui empêche l'émotion. On ne fait que voir ce qu'on savoit déjà. Ce que d'autres on déjà dit. Même si le média est différent.

 

Je comprends que l'auteur ait voulu remplir un devoir de mémoire. Mais je n'adhère pas à son projet. Je n'aime pas du tout ses dessins (ce qui avait déjà été le cas dans Dracula). Ce sont eux qui m'ont mise mal à l'aise... beaucoup plus que le sujet.

 

Vu le thème abordé et le travail de l'auteur, j'aurais aimé apprécié cette bande-dessinée. Je suis restée hors de cette histoire et je le regrette. En ce qui me concerne Primo Levi est cent fois supérieur. Plus honnête et surtout beaucoup plus humain. Tout au long de Si c'est un homme, j'ai marché dans ses pas. Pas dans ceux de Pascal Croci.

 

 

Résumé : Ex-Yougoslavie… Kazik et sa femme se souviennent… Mars 1944, ils découvrent que la barbarie revêt forme humaine : celle du bourreau nazi. Pour ne jamais oublier le million de morts des camps
d’Auschwitz-Birkenau, Pascal Croci a réalisé, à partir de témoignages des survivants, un documentfiction entièrement situé dans le camp de la mort. Le souci d’authenticité du récit, salué par la communauté juive à sa sortie, en fait un ouvrage indispensable à la survie de la mémoire collective.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Géraldine 28/10/2011 00:21


Et bien, pas grand chose pour se raccrocher ! Bon, de toute façon, c'est un sujet que j'évite !


Edelwe 02/11/2011 20:26



Je crois que je vais finir par faire comme toi!



Luna 27/10/2011 16:06


Quand j'étais allée à Dachau, il y avait écrit une phrase dans le musée "seuls ne peuvent vraiment parler de l'horreur des camps ceux qu'il l'ont vraiment vécues. Les autres ne font que spéculer".
J'avais trouvé ça dur sur le coup, mais je dois reconnaitre que c'est bien vrai. Les témoignages comme celui de Primo Levi ont bien plus de puissance que les romans écrits par ceux qui n'y ont
jamais mis les pieds pendant la guerre...

Cela dit la BD que tu nous présentes peut-être sympa ! Si j'en ai l'occasion, le la feuilletterais avec plaisir...


Edelwe 02/11/2011 20:26



Je suis entièrement d'accord. Je n'ai pas osé le formuler comme ça, mais il me semble que c'est parfaitement résumé.



Midola 27/10/2011 09:56


Malgré ton avis, je serais curieuse de la lire, rien que pour le dessin de la couverture.


Edelwe 02/11/2011 20:23



C'est très représentatif du style de Croci.



Péléane 26/10/2011 13:33


Non, pas pour moi, je n'accroche pas avec les BD mémoire.


Edelwe 26/10/2011 16:46



Je dois être dans ton cas parce que je n'ai vraiment pas passé un bon moment.



Leiloona 26/10/2011 08:22


Disons que le Lévi est plus difficile d'accès : certains mômes liront facilement cette BD, alors que le livre de Lévi ...
Je regarderai les illus' pour me donner une idée ! :)


Edelwe 26/10/2011 16:45



C'est vrai, tu as raison.