Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 14:04
L'auteur de No et moi nous livre ici un livre douloureux. Jusqu'au bout on espère un lumière, même une simple lueur. Il n'y aura rien. Elle nous place face à l'absurdité. Face à la violence. Violence trop ordinaire d'un monde d'un monde qui broie plus qu'il n'aide. Qui détruit plus qu'il ne construit.

Dans ce monde où la communication est devenue le maître mot, nous n'avons jamais aussi peu communiqué.  Là où tout le monde dit faire partie d'un "grande famille", on n'a jamais été aussi seule. Voilà ce que constate Mathilde, cadre d'une entreprise en communication. Pour une broutille, une simple remarque, son patron la prend en grippe. Engrenage infernale. Peu à peu son patron va essayer de la broyer. De la faire craquer. par un ensemble de petites choses. Qui misent bout à bout forment le calvaire de Mathilde. Un petit grain de sable suffit à faire dérailler la machine. Suffit aussi à découvrir l'envers du décor. L'envers du monde du travail. L'envers des gens que l'on croyait connaître. On a du mal à comprendre comment tout peut être réduit à néant. Aussi vite.

Pourtant Mathilde est une battante. Une vraie. Elle a même su se relever après la mort de son mari. Elle a su être forte pour ses enfants. Mais on assite à son effondrement. A la dernière limite où un être humain peut se tenir avant de basculer. Cette limite où il n'y a plus rien. Plus rien à prendre. Plus rien à donner.

En parallèle de cette histoire, celle de Thibault. Médecin aux Urgences Médicales de Paris. Lui affronte la misère humaine. Misère physique et affective. La solitude. La sienne et celle des autres. Lui aussi sa vie à basculer. Par deux fois. Comme celle de Mathilde. Parce que son rêve de devenir chirurgien s'est brisé un soir. Parce qu'à présent il vient de quitter la femme qu'il aime et qui est incapable de l'aimer.

Delphine de Vigan nous met face à toutes ces douleurs quotidiennes. A toutes ces violences. Personne n'est à l'abri.

Un livre très fort, servi par un style et une construction remarquable. Mais on en sort glacé. Et on ne l'oublie pas de sitôt. Dur mais indispensable.

Résumé : Chaque jour, Mathilde prend la ligne 9, puis la ligne 1, puis le RER D jusqu'au Vert-de-Maisons. Chaque jour, elle effectue les mêmes gestes, emprunte les mêmes couloirs de correspondance, monte dans les mêmes trains. Chaque jour, elle pointe, à la même heure, dans une entreprise où on ne l'attend plus. Car depuis quelques mois, sans que rien n'ait été dit, sans raison objective, Mathilde n'a plus rien à faire. Alors, elle laisse couler les heures. Ces heures dont elle ne parle pas, qu'elle cache à ses amis, à sa famille, ces heures dont elle a honte.
Thibault travaille pour les Urgences Médicales de Paris. Chaque jour, il monte dans sa voiture, se rend aux adresses que le standard lui indique. Dans cette ville qui ne lui épargne rien, il est coincé dans un embouteillage, attend derrière un camion, cherche une place. Ici ou là, chaque jour, des gens l'attendent qui parfois ne verront que lui. Thibault connaît mieux que quiconque les petites maladies et les grands désastres, la vitesse de la ville et l'immense solitude qu'elle abrite.
Mathilde et Thibault ne se connaissent pas. Ils ne sont que deux silhouettes parmi des millions. Deux silhouettes qui pourraient se rencontrer, se percuter, ou seulement se croiser. Un jour de mai. Autour d'eux, la ville se presse, se tend, jamais ne s'arrête. Autour d'eux s'agite un monde privé de douceur.

Partager cet article

Repost0

commentaires

M

Ca y est, je viens de lire Les heures souterraines de Delphine de Vigan. Je l'ai trouvé très beau, très triste... et indispensable !


Répondre
E

Je suis bien d'accord!


G

Je viens de terminé ce livre poignant, j'en ai encore la gorge nouée.


Répondre
E

Je te comprends. On met un moment à ce que ça passe.


E

Je ne connais pas encore cet auteur mais j'ai bien envie de découvrir ses romans, je pense qu'il faut mieux que je commence par "No et moi".


Répondre
E

Un excellent roman!


L

Si je devais découvrir cet auteur, je crois que je le ferai par l'intermédiaire de ce livre. :)


Répondre
E

Ce serait une belle découverte!


B

J'avais beaucoup aimé "No et moi". Il me faut lire celui là également.


Répondre
E

Il est très différent mais très bien!