Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 14:45

Une de mes achats au salon de Fuveau (2009).

Un livre boulversant. Un grand coup de poing au creux du ventre. Un va et vient entre la vie et la mort. La vie de sa fille. La vie avec elle, comme autant d'instants de grâce. La mort de sa mère. Comme un voile noir sur les chose. Une souffrance terrible. Sans nom. Comme cette maladie qui dit rarement le sien. Ce livre touche à un sujet très sensible. La mort d'un parent. Et surtout sa souffrance. Souffrance de ce cancer qui ronge sa mère. Souffrance de l'auteur qui assiste impuissant.

Ce livre est d'autant plus marquant qu'il est autobiographique. Certains passages avec les médecins font vraiment froid dans le dos. L'impression de tristesse est renforcé par tous les petits souvenirs que l'auteur se rappelle. Par la différence entre l'avant et l'après.

Même si ce livre fait mal, il y a pourtant des passages plein de lumière. L'auteur nous parle de son amour de père. Des joies que lui procure sa fille. Des promenades en Provence. De la lumière. Comme autant de petits miracles pour continuer à avancer, à surmonter tout ça. Tout cela avec des mots, des rythmes qui font parfois penser à la poésie.

Un livre fort et dur. Je crois que s'il avait était plus long, je ne serais pas arrivée au bout. Mais une écriture à découvrir.

Résumé : Sa femme lui a dit un soir: « Je n'ai plus de désir pour toi. » Le lendemain elle partait avec leur petite fille de six ans, Marilou. Le choc, terrible, le projette quatre ans en arrière, lors de la disparition de sa mère. Présent et passé se télescopent. Dans la touffeur de l'été, René Frégni ne dort plus, son coeur bat trop fort, écrase tout. C'est un homme foudroyé qui se débat, qui s'accroche aux mots pour ne pas se pendre. Un hymne d'amour à toutes les amoureuses.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Drame
commenter cet article

commentaires

DELAFOULHOUZE 16/02/2010 14:19


j'attends d'avoir 5 mn pour aller acheter d'autres livres....


Edelwe 17/02/2010 12:26


Nous manquons tous de temps.


DELAFOULHOUZE 14/02/2010 20:43


J'ai connu ce livre, comme beaucoup en lisant la dernière page de couverture, et la première fois comme pour d'autres commentaires, j'ai refusé de le lire car me projetant aussi sur du passé...
Puis plus tard je l'ai lu, et c'est pourquoi j'en ai acheté un autre: Tu tomberas avec la nuit, qui, lui aussi me balance du vécu, sous un chapitre, légèrement différent celui des juges de divorce,
et leur même fatuité, sensation d'impunité; et cette page sur Louis Nucera, dont j'ai aimé tous les livres. Je lirais donc tous les autres livres de Frégny, et que Marilou soit apaisée...


Edelwe 16/02/2010 14:13


Ce livre m'a beaucoup remuée...René Fregni a une belle écriture, dense et fluide.


Anne 05/10/2009 18:56


Pour moi aussi ce livre avait été un grand coup de coeur.


Edelwe 06/10/2009 07:33


Mais il est très dur!


Mariel 29/09/2009 22:17


Je crains que ce livre ne soit trop "dur" pour moi... Je passe.


Edelwe 29/09/2009 22:41


Je te comprends! j'ai eu du mal à m'en remettre!


Florinette 28/09/2009 09:12


Tu donnes tellement envie de découvrir ce livre que je ne peux que le noter, merci Edelwe ! :-)


Edelwe 28/09/2009 19:47


Mais c'est bien volontiers!