Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 09:07
Et encore un nouveau  dimanche poétique!

Les Quatre sans cou

Ils étaient quatre qui n'avaient plus de tête,

Quatre à qui l'on avait coupé le cou,

On les appelait les quatre sans cou.

 

Quand ils buvaient un verre,

Au café de la place ou du boulevard,

Les garçons n'oubliaient pas d'apporter des entonnoirs.

 

Quand ils mangeaient, c'était sanglant,

Et tous quatre chantant et sanglotant,

Quand ils aimaient, c'était du sang.

 

Quand ils couraient, c'était du vent,

Quand ils pleuraient, c'était vivant,

Quand ils dormaient, c'était sans regret.

 

Quand ils travaillaient, c'était méchant,

Quand ils rôdaient, c'était effrayant,

Quand ils jouaient, c'était différent,

 

Quand ils jouaient, c'était comme tout le monde,

Comme vous et moi, vous et nous et tous les autres,

Quand ils jouaient, c'était étonnant.

 

Mais quand ils parlaient c'était d'amour.

Ils auraient pour un baiser

Donné ce qui leur restait de sang.

 

Leurs mains avaient des lignes sans nombre

Qui se perdaient parmi les ombres

Comme des rails dans la forêt.

 

Quand ils s'asseyaient, c'était plus majestueux que des rois

Et les idoles se cachaient derrière leurs croix

Quand devant elles ils passaient droits.

 

On leur avait rapporté leur tête

Plus de vingt fois, plus de cent fois,

Les ayant retrouvés à la chasse ou dans les fêtes

 

Mais jamais ils ne voulurent reprendre

Ces têtes où brillaient leurs yeux,

Où les souvenirs dormaient dans leur cervelle.

 

Cela ne faisait peut-être pas l'affaire

Des chapeliers et des dentistes.

La gaieté des uns rend les autres tristes.

 

Les quatre sans cou vivent encore, c'est certain.

J'en connais au moins un

Et peut-être aussi les trois autres.

 

Le premier, c'est Anatole,

Le second, c'est Croquignole,

Le troisième, c'est Barbemolle,

Le quatrième, c'est encore Anatole.

 

Je les vois de moins en moins,

Car c'est déprimant, à la fin,

La fréquentation des gens trop malins.

Robert Desnos

 

http://3.bp.blogspot.com/_c_iZUyUg6k4/R-v6dBdlErI/AAAAAAAAAFs/f0Zoc6deo6A/s400/les+quatre+sans+cou+2.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Comédie
commenter cet article

commentaires

Leiloona 22/09/2009 09:48

Ah Desnos, il a une place particulière dans mon cœur, et ça faisait bien longtemps que j'avais lu un de ses poèmes. :)

Edelwe 22/09/2009 17:52


Contente que cela te plaise!


Gio 22/09/2009 08:37

Chouette je l'avais découvert il y a une éternité ... et oublié ! Merci !
Sinon : résultats du tag poétique " choses qui font battre le coeur" sur mon blog !

Edelwe 22/09/2009 17:51


Super!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


Florinette 21/09/2009 15:35

J'aime beaucoup, merci Edelwe pour cette pause poétique ! :-)

Edelwe 21/09/2009 18:55


Mais de rien!


esmeraldae 20/09/2009 22:45

je le vois bien en chanson!

Edelwe 21/09/2009 18:55


C'est vrai, il y a déjà une musique derrière.


Mango 20/09/2009 16:26

C'est surréaliste: j'aime beaucoup!

Edelwe 20/09/2009 16:55


Un excellent poète!