Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 13:06

Autre billet sur cet auteur : un billet récapitulatif de mes lectures

 

Autre billet commun avec Kalistina.

C'est certainement le livre de Mauriac qui m'a le plus marqué.

Une fois de plus Mauriac explore les liens familiaux et plus particulièrement les liens mère/fils (comme dans Génitrix). Cette mère-là déteste son enfant, vivant reflet de ce mari qu'elle déteste, méprise. Tout en cet enfant lui rappelle son échec. Sa vie gâchée.

Face à elle, son époux, essaie de défendre son fils, ce petit bonhomme qui lui ressemble tant. Et c'est ce lien père/fils qui rend ce roman si touchant. Si fort. On ne peut que s'attacher à cet enfant. Comprendre sa douleur. Celle de son père surtout.

C'est un livre très court, mais qui reste à l'esprit. Comme ces injustices de la vie qu'on n'arrive pas à oublier. Quand la vie ne tient pas ses promesse. La fin est absolument magnifique. Boulversante. Il ne pouvait y en avoir d'autres. Pourtant, c'est ce que j'aurais aimé. Contrairement à plusieurs romans de Mauriac, il n'y aura pas de bonheur pour ces deux-là. Pas de rédemption sur terre. Mais les dernières lignes nous laissent le souvenir d'un immense amour.

Résumé : Pour quitter son milieu bourgeois bordelais et devenir baronne, Paule Meulière a épousé Galéas de Cernès, pauvre homme dégénéré. De cette union mal assortie, est né un fils, Guillaume, dit Guillou. Gamin disgracié physiquement, simple d'esprit, Guillou, ce "sagouin", devient vite le souffre-douleur de sa mère qui passe sur lui toute sa rage et ses regrets de s'être alliée aux Cernès. Alors que malgré tout la question de son éducation se pose, Guillou parviendra-t-il à être sauvé par l'instituteur du village, le seul qui le traite en humain?

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Drame
commenter cet article

commentaires

Emilie 26/01/2010 19:19


Je viens de lire Le Sagouin et que cette histoire est triste, j'aime toujours autant si ce n'est de plus en plus les romans de François Mauriac.


Edelwe 27/01/2010 10:57


C'est vrai que c'est une historie très touchante. Moi aussi j'adore François Mauriac.


Leiloona 15/09/2009 11:02

Lu il y a longtemps maintenant ... j'en garde un arrière goût de style désuet, mais peut-être est-ce une lecture trop vieille pour que je puisse avoir un avis sur elle.

Edelwe 15/09/2009 17:40


Au contraire, je trouve ça relativement moderne.


Cécile de Quoide9 15/09/2009 09:06

J'avais adoré Thérèse Desquieroux lu il y a un bon moment et j'en ai lu un autre dans la foulée dont j'ai oublié le titre et qui m'avait déçue. Pas eu envie de poursuivre ensuite.

Edelwe 15/09/2009 17:39


Pour le moment je n'ai pas été déçue.


emilie 14/09/2009 15:18

J'ai découvert Mauriac avec Le noeud de vipères et ce roman a été limite une révélation pour moi, je compte bien sur lire ses autres romans, je note celui-ci ;)

Edelwe 14/09/2009 18:53


Je te comprends. moi aussi j'ai eu cette impression.


Géraldine 13/09/2009 20:56

Ce roman a l'air très émouvant. J'ai déjà lu du Mauriac, mais il y a lontemps, il faudrait que je songe à relire ! En tous cas, ton billet est très bien écrit.

Edelwe 13/09/2009 22:03


C'est très gentil. Merci!