Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 16:30



Aujourd'hui, j'ai choisi de vous présenter mon autre livre préféré. Je ne cesse de relire cette pièce et je la trouve toujours aussi belle. Puissante. Magnifique.

Je reste très attachée au personnage d'Antigone. J'ai lu le texte de Sophocle, ainsi que de nombreuse réécriture (dont le magnifique roman Antigone d'Henri Bauchau), mais je suis amoureuse du texte d'Anouilh. Il me semble qu'il a su humaniser tous ces personnages. Leur donner une âme. Une existence. Très souvent je pense à eux. A leurs paroles. Ils ont pris une épaisseur. Une réalité.

A chaque lecture j'en ai des frissons. Les larmes aux yeux. Contrairement à la pièce de Sophocle, Créon a une réelle humanité. On sent toute la difficulté d'être un homme. Toute la difficulté du pouvoir. Pouvoir qui devient souvent une chaîne. L'opposition du verbe pouvoir. Comme le dit Antigone, Créon ne peut plus revenir en arrière. Il est prisonnier de ce pouvoir qu'il a accepté. Et c'est finalement lui qui me fait le plus de peine. Bien sûr je pleure sur Antigone, sur Hémon. Mais c'est pour Créon que je ressens le plus de compassion. Parce que c'est un être mis à nu. Il représente l'humain dans toute sa fatalité. Dans toute sa lassitude. Dans cette obligation a continué, parce qu'on n'a plus le choix.

Je viens d'écire mon billet sur Primo Levi et je me dis que ces deux texte vont bien ensemble. D'abord parce qu'ils ont trait à la même période. Mais surtout parce qu'ils posent la question de l'obéissance à la loi. Du moment qu'une loi a été édictée, serait-il possible que plus personne ne puisse la contourner? Antigone pose la question du devoir de désobéissance.

Anouilh dépeint magnifiquement à quel point l'homme est écrasé par tout ce qui le dépasse, mais aussi à quel point il peut se sublimer, se libérer de ses contraintes. Pour que l'humain "ne le gêne plus aux entournures".

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Drame
commenter cet article

commentaires

Luna 17/04/2011 18:32


Si il y a une pièce de théâtre à lire, c'est forcément celle-ci. Antigone de Anouilh est absolument magnifique !

Je viens d'ailleurs de poster mon avis sur cette oeuvre sur mon blog...


Joli article, je reviendrais ;)

Bonne continuation !!


Edelwe 27/04/2011 20:02



Merci! Quelle superbe pièce!



La Nymphette 19/09/2009 13:03

Depuis la première lecture -il y a douze ans maintenant!- cette pièce est ma préférée! Je la relis environ une fois par an, par petits morceaux comme des madeleines ;-)!

Edelwe 19/09/2009 14:35


Je te comprends!


emilie 12/09/2009 11:55

C'est ma prof de français en 3ème qui m'avait fait découvrir cette pièce. Très bon souvenir.

Edelwe 13/09/2009 11:25


Je ne me rappelle plus comment je l'ai découverte...


Leiloona 12/09/2009 09:02

J'aime beaucoup cette pièce qui donne un nouveau souffle à celle de Sophocle.

Edelwe 13/09/2009 11:24


Je suis tout à fait d'accord!


Géraldine 11/09/2009 13:28

Voilà une culture qui m'est hélas presque étrangère. je pense que ma dernière lecture d'une pièce de théâtre remonte au lycée... Et pourtant, cela donne bien envie !

Edelwe 11/09/2009 18:37


Je serai ravie si mon billet te donne envie de redécouvrir ce genre!