Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 14:49

J'ai découvert cette pièce durant un cours d'anglais. J'avais apprécié le style. La vivacité. Ce personnage pénible mais attachant. En perpétuelle révolte. J'ai donc profité de l'été pour lire ce texte. Le titre en anglais : Look back in anger.

Jimmy Porter vit dans un petit appartement avec sa femme Alison et son ami Cliff. Jimmy est un révolté. Contre la société. Contre ses beaux-parents surtout qui l'ont rejeté. Toute cette rancoeur il la fait payer à sa femme qu'il associe au milieu bourgeois. Il lui reproche sa froideur. Son milieu. Il essaye par tous les moyens de la faire sortir de ses gonds. De briser sa carapace. Pour enfin pouvoir l'aimer. Lui pardonner? Voilà un homme prêt à tout.

Ce texte m'a fait penser à Un tramway nommé désir de Tennesse Williams. La violence du personnage principal. La jeune épouse soumise qui va tenter d'échapper à cela. L'ami fidèle, simple spectateur. Et surtout l'arrivée d'un nouveau personnage féminin qui va boulverser tout ça.

Jimmy est exaspérant. Et pourtant, il a un côté d'animal blessé, d'incompris, assez touchant. Dérangeant. Le rythme de la pièce est soutenu. On sent monter une forme de tension. On s'inquiète pour ses personnages au bord de la rupture. Le style est fort. Physique. Un mélange de colère et de sensualité. On est fasciné par Jimmy. On n'a l'impression qu'il absorbe toute la lumière. Tout l'oxygène. Pour ne laisser que des miettes aux autres. Comme si personnage ne pouvait survivre à ses côtés. Comme un enfant qui brise ses jouets. C'est un peu comme s'il tirait sa force de son dégoût des autres et de lui-même. Comme si cela lui donnait une forme de pureté. Seul Alyson saura se mettre à sa hauteur (ou à sa bassesse?) à la fin de la pièce. Mais à quel prix...

Même si le dernier retournement est un peu exagéré (comme si on l'avait baclé pour arriver plus vite à la fin), la dernière scène entre Jimmy et Alyson est magnifique. On en a les larmes aux yeux. Un mélange de force et de désespoir. Une rencontre entre deux êtres. Enfin.


Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Drame
commenter cet article

commentaires

esmeraldae 19/08/2009 07:56

intéressant et étrange...

Edelwe 19/08/2009 09:38


C'est une pièce assez curieuse.