Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 14:45

Chroniqué de cet auteur : La maison des lumières

 

François a tout. Le succès, l'argent, les femmes. Simon n'est que simple vendeur dans un grand magasin. Mais parce que François le découvre un jour perdu au milieu de son rayon jouet, tout seule, assis sur un rhinocéros en peluche, il va décider de l'aider. L'aider à avoir cet enfant qu'il désire tant. La vie de l'un et de l'autre va en être changée.

Le problème de ce roman, c'est qu'on alterne. Entre émotion et agacement. Entre incompréhension et illumination. Entre l'ombre et la lumière. Comme ses personnages, Didier van Cauwelaert est capable du meilleur comme du pire.

Le thème de la paternité, du désir d'enfant à tout prix (et quel prix ici...) m'ont interpelés. Pourtant je n'ai pas été touchée. Parce que c'est trop. Trop de manigances. Trop de trahisons. Trop d'amertumes et de mensonges. Trop de solitude.

Je ne m'attendais pas du tout au revirement de situation dans le premier tiers du livre, à l'ampleur qu'allaient prendre les choses. Et j'aurais préféré que l'idée de base soit développée autrement. J'aurais souhaité un autre livre.

Pourtant des questions intéressantes se posent. Que se passe-t-il quand on intervient de manière excessive dans la vie de quelqu'un? Comment lutter contre les blessures du passé? Que faire quand l'image du père est absente ou dégradée? Parfois on est face à une petite lumière. Un lien entre ces deux hommes. Rapidement, tout reprend son court. Le mensonge final m'a vraiment déplu. J'ai aussi trouvé la fin un peu baclée. En suspens. Comme si l'auteur lui-même, durant tout le livre, n'avait pas su où il allait.

Finalement, je ne sais pas trop quoi en penser...je serai contente d'avoir vos avis.

Résumé : L'un, Simon, vendeur de jouets dans un grand magasin est désespéré de ne pouvoir donner d'enfant à sa femme. L'autre, François, homme d'affaires impitoyable au pouvoir immense, a toujours refusé d'être père. Qu'est-ce qui peut pousser un homme qui omnipotent à venir échouer au fin fond de la Creuse, dans un service de procréation médicale assistée, pour répondre au désir de paternité d'un inconnu ?

Partager cet article

Repost0

commentaires

P
J'ai été déçue récemment par un van Cauwelaert, alors je n'ai pas trop envie de le relire pour le moment...
Répondre
E
<br /> Je me rappelle ton billet à ce propos.<br /> <br /> <br />
G
J'ai lu deux livres de cet auteur, 2 rencontres manquées... Je suis entrain d'un lire un 3ème (le père adopté) qui pour l'instant, me plait enfin beaucoup. Il semble effectivement que didier VC puisse être capable du meilleur comme du pire...
Répondre
E
<br /> C'est l'impression qu'il me donne.<br /> <br /> <br />
Y
Je n'ai jamais lu cet auteur, ce thème est tentant, c'est dommage qu'il ne t'ait pas plus plu que ça...
Répondre
E
<br /> Je suis tout à fait d'accord. Je trouve ça dommage que le thème ne soit pas mieux développé.<br /> <br /> <br />