Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 17:05

Cette pièce est l'un des grands classiques du répertoire français. Après l'avoir lu, on comprend pourquoi. C'est vraiment très bien écrit. Le style est fluide, aérien, amusant. On se demande vraiment comment tout cela va finir.

Au cours des multiples péripéties, on suit Monsieur Perrichon, bourgeois très imbu de lui-même, se croyant un grand penseur, et les deux amoureux de sa fille, Henriette, qui vont tout faire pour séduire...leur futur beau-père.

On a un peu l'impression de se retrouver dans du Molière avec une critique des travers des personnages par le rire. Labiche critique les bourgeois parvenus, mais aussi ceux qui gravitent autour d'eux pour ramasser les miettes (un peu comme Jean Anouilh), les hypocrites qui calculent leurs coups pour séduire...personne n'en réchappe...à part peut-être Armand (l'un des prétendants). Cependant le ton n'est jamais grinçant et on s'amuse énormément, tant des situations que des répliques.

La pièce propose une réflexion intéressante sur la reconnaissance. Quelqu'un qu'on a aidé ne risque-t-il pas de nous en vouloir, voyant en nous un rappel de sa faiblesse passée? L'être humain ne préfère-t-il pas secourir, pour avoir le beau rôle? Quelle place pour ceux qui veulent sans cesse rendre service (sans parfois demander l'avis de l'intéressé)?

Je n'avais jamais lu de Labiche...c'était un tort. Je recommencerai.

Résumé : Monsieur Perrichon a décidément tout de l'honnête bourgeois : la suffisance, l'ingénuité, l'ambition mondaine et une morale quelque peu soumise aux circonstances. Lorsqu'il part en voyage d'agrément avec sa femme et sa jolie fille Henriette, il n'imagine pas que les deux prétendants officiels de sa fille donneront à ce séjour une tournure rocambolesque. Qui, de Daniel ou d'Armand, saura s'attirer les faveurs de la fille, et surtout du père ?

Partager cet article

Published by Edelwe - dans Comédie
commenter cet article

commentaires

CHOUIBA 30/01/2012

j'adore les pièces théâtrales d’Eugène la biche comme le voyage de monsieur perrichon