Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 17:17
Un livre à conseiller à tous ceux qui ont aimé L'élégance du Hérisson. En effet, ce premier roman de Muriel de Barbéry donne un aperçu des nombreux personnages qui apparaissent dans celui-ci. Le livre est bein construit et alterne les réflexions sur le goût d'un célèbre critique gastronomique en train de mourir et qui recherche une saveur perdue depuis déjà longtemps et les commentaires de ceux qui l'ont cotoyé durant son existence. Tous ses avis nous permettent de construire le portrait de cet homme. La dernière phrase a vraiment quelque chose de touchant. On retrouve bien sûr l'érudition de Muriel Barbéry mais aussi sa façon d'entrer dans la psychologie des personnages. J'ai préféré ce livre à l'élégance du hérisson. Peut-être parce que le thème me parlait plus (je suis une fan de cuisine). J'ai trouvé ce livre très original et j'ai pris beaucoup de plasir à le lire et à retrouver tous ces personnages que j'avais appréciés dans son autre roman. J'attends son prochain roman avec impatience!

Résumé : C'est un vieil homme qui s'éteint, péniblement alité. Pas n'importe quel homme, mais le plus grand critique gastronomique du monde, qui est parvenu à hausser un art mineur au rang des plus prestigieux, a fait et défait des réputations. Après quelques décennies de boustifailles, d'agapes, "des flots de vin, d'alcools en tout genre, après une vie dans le beurre, la crème, la sauce, la friture, l'excès à toute heure", le vieil homme tire sa révérence, rend son tablier, sa plume. Ce n'est rien, sinon qu'in extremis "une seule chose importe" : le souvenir d'une saveur, "vérité première et ultime de toute une vie". Quelque chose qui lui échappe. Quelque chose d'originel et de merveilleux. Une saveur oubliée, nichée au fond de la mémoire. Il cherche et il ne trouve pas. La quête de cette saveur, qui pourrait bien être une gourmandise, tout au bout de la vie, est l'occasion de retracer pour le vieil homme l'itinéraire d'une existence vouée à la gastronomie. Un itinéraire tantôt dessiné dans la complaisance ou l'humilité tardive, tantôt redessiné sans concession par les proches de ce pape de la cuisine, les uns après les autres, et toujours à la première personne.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Gastronomie
commenter cet article

commentaires

Violette 22/10/2009 09:17


J'ai aimé le livre mais j'avais vraiment adoré L'Elegance du hérisson... Muriel Barbery écrit magnifiquement bien, c'est vrai !


Edelwe 23/10/2009 16:41


J'avais aussi beaucoup aimé le herisson.


Moka 11/04/2009 04:33

Dans ma PAL, mais comme Leil' ce n'est pas pour tout de suite !

Edelwe 12/04/2009 11:27


C'est le problème de la PAL...certains livres sont engloutis!


Florinette 09/04/2009 20:06

Tout comme toi, j'ai beaucoup aimé ce livre ! ;-)

Edelwe 09/04/2009 21:00


Qu'as tu pensé du hérisson?


Leiloona 09/04/2009 19:37

Je l'ai dans ma PAL ... mais je crois qu'il est bien caché sous d'autres livres. Il faudrait que j'y pense. ;)

Edelwe 09/04/2009 20:59


C'est le problème de l'engloutissement des livres de la PAL...ça fait des strates.


keisha 09/04/2009 19:01

je ne l'ai pas lu ; mais c'est vrai, son dernier roman remonte à loin, que fait-elle ?

Edelwe 09/04/2009 20:58


Je me le demande aussi!