Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 18:41
Voici une série qu'on m'a offerte il y a un moment. Je n'ai pas encore lu le tome 4 (ça ne saurait tarder) et je voulais donc faire un petit récapitulatif avant de faire un article sur le tome 4 (quand il sera lu...oui, je sais, il faut suivre) et d'acheter les deux derniers tomes.

Si vous avez aimé les Trois mousquetaires et ses deux brillantes suites, si vous aimez les films de cape et d'épée, vous allez aimer Le Capitaine Alatriste.

Cette saga se compose de 6 volumes (pour l'instant). Voici la présentation des 3 premiers que j'ai lu.

Le capitaine Alatriste : Le capitaine Alatriste est un ancien soldat, aujourd'hui un peu paumé dans les rues dangereuses de Madrid, et qui pour vivoter vend son épée à qui en a besoin pour régler d'épineux problèmes sans se mouiller.
Le capitaine Alatriste ne craint donc pas d'en découdre, et la mort, surtout celle qu'il dispense, ne lui fait pas peur et ne titille d'ordinaire pas trop sa conscience.

Mais quand une embuscade mortelle contre deux anglais hérétiques est ordonnéee par le grand inquisiteur ; qu'il s'avère que les deux bougres font preuve de plus courage que ce n'était prévu ; et que surtout l'un d'entre eux demande grâce pour son compagnon et non pour lui même, quelle drôle de réaction jusqu'alors inconnue !

Alatriste, par une sorte de pudeur ou de curiosité, ou de pitié simplement, n'achève pas son geste et porte secours aux deux anglais, au péril de sa vie : on ne contrecarre pas si impunément les projets des hauts dignitaires de l'église...

 

C'est, pour le moment, le tome que j'ai le moins aimé. Il faut un peu de temps pour entrer dans le livre, pour s'habiuter aux personnages et savoir qui est qui (les noms sont parfois à rallonge). Le narrateur n'est pas le capitaine Alatriste mais son écuyer, Inigo Balboa. Celui-ci a vieilli depuis ces nombreuses aventures et les raconte telles qu'elles lui reviennent dans ses souvenirs. On a ainsi son point de vue sur Alatriste et sur lui-même plus jeune. Il fait de nombreuses références aux aventures qui vont suivre et à son grand amour (je n'en dirai pas plus). Ce mélange entre le passé, le présent du narrateur est très intéressant (mais là encore il faut s'habituer). On suit avec plaisir les aventures du capitaine et d'Inigo. On a envie de voir comment cela va évoluer.


Les bûchers de Bocanegra : Peut-on refuser de l'aide à un ami, surtout lorsque celui-ci n'est autre que le poète Francisco de Quevedo, et qu'il s'agit de libérer une jeune femme d'un couvent visiblement dangereux ? Ce n'est pas le genre de l'aventureux capitaine Diego Alatriste, toujours prêt à croiser le fer dans cette Espagne de Philippe IV qui sombre à la fois dans la décadence et l'intégrisme religieux. Le capitaine devra encore tenter de sauver le fidèle page Iñigo Balboa avant qu'il ne périsse sur le bûcher et déjouer les multiples chausse-trappes d'un complot qui mettra de vieux ennemis sur son chemin... Dans ce tome, on découvre de nouvelles facettes de tous ces personnages. On les retrouve avec plaisir. On entre beaucoup plus facilement dans l'histoire. Il y a beaucoup de suspense. On se demande comment nos deux héros vont s'en sortir. Le côté historique est aussi très intéressant. Un vraie cohérence apparaît à travers ces différents volumes et c'est une magnifique fresque sur l'Espagne se dessine.


Le soleil de Breda
: La guerre de Flandres fut une abominable boucherie. Le capitaine Diego Alatriste y était, bien sûr, entraînant dans l'horreur Iñigo Balboa, son jeune et fidèle page, pour une terrible initiation. Le célèbre et magnifique tableau de Velasquez La Reddition de Breda ne dit pas tout... Il n'évoque ni l'interminable longueur du siège, ni la mise à sac d'Oudkerk, ni les mutineries, ni la folie des hommes de guerre et de leurs gouvernants... Balboa, lui, raconte tout ce qu'il a vécu. Je déteste les récits de batailles. Et pourtant...j'ai adoré ce livre! c'est une véritable épopée, une reflexion passionnante sur la guerre, un épisode historique comme si on y était! Une réussite. On voit réellement la bataille se dérouler. On suit les personnages sur les champs de bataille, on critique les stratégies de combat, on rampe dans les tranchées. Je l'ai lu d'une traite. Je ne pouvais pas m'arrêter tant j'étais prise dans l'histoire. Une réussite! et surtout un nouveau manifeste pour lutter contre les atocités de la guerre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Aventures-Action
commenter cet article

commentaires