Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 18:57
Je suis en train de lire le tome 5 de cette série et avant d'en faire la critique je voulais donner un petit aperçu de l'ensemble!

Phryne Fisher, l'héroïne, est une jeune femme intrépide, pleine de vie et de passion, qui aime les hommes et ne recule devant rien. Elle est aussi d'une intelligence redoutable, ce qui fait d'elle l'un des meilleurs détectives de Melbourne. C'est un personnage attachant et sympathique et on l'a retrouve toujours avec plaisir. Autour d'elle gravitent de nombreux personnages secondaires : Dot (sa femme de chambre, toujours très raisonnable et d'une fidélité à toute épreuve), Bert et Cec (chauffeurs de taxi communistes que lie une amitié indéfectible), l'inspecteur Robinson... Ils sont tous plus intéressants, plus attachants les uns que les autres. Au fil des épisodes se greffent de nouveaux personnages tout aussi agréables.

On découvre aussi le Melbourne des années 20, son ambiance, ses fêtes et ses bas-quartiers. Les enquêtes policères sont bien menées, intéressantes et ingénieuses (même si elles ne sont pas toutes du même niveau).

On trouve dans l'ordre:

-Cocaïne et tralala
-Trafic de haut-vol
-Un train pour Ballard
-Phryne et les anarchistes
-Le Moulin Vert

J'ai tout particulièrement aimé Un train pour Ballard que j'ai trouvé très bien ficelé et qui nous permet de rencontrer deux personnages très attachants qu'on retrouve par la suite.

Cette série est vraiment très agréable à lire et je ne m'en lasse pas. Kerry Greenwood dresse le portrait d'une femme forte et indépendante, qui tient à mener sa vie comme elle l'entend. C'est réjouissant de suivre une telle héroïne.

NB: c'est la couverture anglophone que vous voyez ici. Je trouve celle française assez peu réussie.

Partager cet article

Repost0

commentaires

C
Je ne connaissais pas Kerry Greenwood avant que des participants ne la choisissent pour l'Océanie dans le défi policier. La couv' est effectivement réussie. Il n'y aurait pas une série télévisée britannique inspirée des romans ?
Répondre
E

Je ne sais pas. C'est possible.


G
j'ai lu un autre billet élogieux sur ce bouquin me semble t-il. j'ai bien envie de découvrir un jour une des enquêtes de cette fille !
Répondre
E

On ne s'ennuie pas une seconde!


N
On en entend beaucoup parler sur les blogs en ce moment, mais je ne suis pas très tentée... Pour une fois ! Les couvertures y sont pour beaucoup !
Répondre
E

Oui, c'est vrai qu'elles sont moches. Mais la série est vraimnt très bien!


L
J'ai offert un livre de Keryy Greenwood à ma swappée Noir c'est noir l'an dernier, après avoir cherché tout un tas de critiques comme elle voulait découvrir la littérature de cette région (et que je n'y connaissais rien:)). Je n'ai toujours pas lu mais je ne manquerai pas de le faire un jour !
Répondre
E

C'est un bon choix de cadeau!


P
Je note aussi, même si j'ai déjà fait mon choix pour le défi littérature policière des cinq continents!
Répondre
E

Attention à la PAL géante! c'est agressif ces petites bêtes là!