Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 10:50
En passant sur le blog de Catherine, j'ai trouvé un lien sur un atelier d'écriture en ligne. Je vous conseille vivement d'aller y faire un tour. Je me suis beaucoup amusée. Voici le résultat.

L'amie du clair de lune

Jamais un coup de dé n'abolira le hasard, disais-tu mon amour, en dansant comme une libellule. Fragile libellule sous un rayon de lune. Ta danse résonnait en moi. Résonnait comme le vent des soirs d'orage. Et je t'aimais mon amour. Je t'aimais. Ma tendre joueuse.Ce soir-là, dans le jardins, des chats passaient. Passaient et repassaient. Etonnants jeux de miroirs. Une petite lampe, accrochée au cerisier, allumait comme un incendie. Un mensonge d'aurore. Et tu dansais. Ton corps, longue courbe longiline, gravait ces mots, tout au fond de ma mémoire. Au fond de ma mémoire ces mots : le temps de vivre. Je ne l'ai jamais oublié.Tu portais une robe légère, retombant en drapé. Tu étais tout à la fois le génie des lieux, de la forêt et de l'étang. Tu dansais mon amour, et tu me regardais, moi, l'esclave oublié. J'aurais tout fait pour toi. Pour te plaire. Tout. Lâcher la proie pour l'ombre, chanter la splendeur de l'hiver, tels les poètes du temsp jadis ou vécu de simples petites scènes de famille, moi l'insoumis.Il n'y avait pas de musique. Juste le léger clapoti de l'écume. Musique dont l'absence fait souffrir. Valse qui torture celui perdu dans le désert. La mer. La mer et son cortège de bizarreries. Cette musique était la plus belle pour toi mon amie. J'aimais ta danse, ton rire. Je garde cette soirée. Pour toujours. A présent, tu dors près de moi. Comme un petit enfant fatigué d'avoir joué. Je te regarde. Je souris.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Catherine 17/03/2009 22:37

Eh bien, tu es douée, dis donc !

Edelwe 18/03/2009 07:02


C'est très gentil. Merci beaucoup Catherine!