Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 16:38

http://ecx.images-amazon.com/images/I/519T75PSTHL._SS400_.jpgUne très belle bande-dessinée en 2 tomes. L'histoire d'un homme qui déserte pour retourner dans son village, échappant ainsi par miracle à l'explosion du train qui devait l'amner au front. Il y retrouve la femme qu'il aime. S'en suit une série d'évènements et de rencontres sur fond de guerre, de collaboration et de résistance.

Les personnages sont pris dans cette tourmente, malgré eux.
C'est bien dessiné, cela se suit très bien et on plonge immédiatement dans l'histoire. C'est aussi très touchant, comme quelque chose d'unique...de suspendu...

 

A découvrir d'urgence!

 

Résumé : Nous sommes en 1943, à Cambeyrac, dans l'Aveyron. C'est la guerre. Pourtant, au village, tout semble calme. Julien, lui, s'ennuie un tantinet. Pas étonnant : il passe ses journées derrière les volets clos d'une maison abandonnée. Car Julien se cache : tout le monde le croit mort. Et lui n'a pas l'intention de démentir et d'être expédié en Allemagne... Alors, il se contente d'être spectateur. Pas très drôle. Heureusement, il y a Cécile, la serveuse du café "Les tilleuls". Ah, Cécile... Mais au fur et à mesure que les mois passent, les tensions s'alourdissent. La Milice entre en lice. Les Allemands ne sont plus très loin. La situation de Julien risque de devenir inconfortable... Ce récit, publié en deux volumes, est une vraie réussite grâce à son réalisme et sa justesse de ton. Mais aussi grâce à son dessin, plein de sensualité et baigné de luminosité. La fin, elle, est tout simplement surprenante... Au-delà de son apparente légèreté, Le sursis nous incite à une réflexion sur l'engagement personnel.

Partager cet article

Repost 0

commentaires