Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 12:33
Ces derniers mois, j'ai lu plusieurs livres de Mauriac. J'ai été enthousiasmée par son écriture, sobre et envoûtante, simple et profonde. On ne se lasse pas. On est pris immédiatement et on ne le lâche plus.
 
-Le sagouin :celui que j'ai préféré. L'histoire d'un enfant rejeté par sa mère. Le personnage du père est très attachant, lui qui a du mal à s'opposer à sa femme pour sauver son fils. La fin est bouleversante. Elle m'émeut encore plusieurs mois après.
 
-Le noeud de vipère : un vieil homme, détesté par sa famille et qui le lui rend bien, construit tout un plan pour les déshériter et ainsi se venger. Mais peu à peu une transformation va avoir lieu et c'est un tout autre homme qu'on retrouve à la fin du livre. Très intéressant, surtout pour la réflexion autour de la famille et du personnage central. Il en est de même pour Genitrix, l'histoire d'une mère castratrice, qui fera le malheur de son fils. Le personnage de l'épouse perdue finit par hanter tout le roman, comme elle occupe l'esprit du fils.
 
-Le Mystère Frontenac : encore une histoire de famille (qui m'a fait penser à Margerit). On a l'impression d'être dans un roman policier à la suite du personnage principal. C'est peut être là, dans cette ambiance étouffante que le style de Mauriac se révèle complètement et laisse le lecteur enchanté et perplexe.

-Galigaï : Un livre assez peu connu de François Mauriac. Les personnages rappellent parfois un peu ceux du Grand Meaulnes ou de l'Education sentimentale, avec leurs questions sur la vie, leurs hésitations. Mais surtout Mauriac montre, à travers le personnage de Nicolas, toutes les ambiguités qui peuvent habiter l'âme humaine. Cela n'est pas sans rappeler la phrase de Pascal sur l'homme qui veut faire l'ange et qui finalement fait la bête. Une très belle ébauche de la nature humaine et de l'espèce humaine dans tout ce qu'elle a de beau et de monstrueux. La fin est vraiment fantastique et permet une véritable réflexion. Je n'en finis pas de découvrir Mauriac...et c'est un plaisir!

-Thérèse Desqueyroux : Le livre débute par le procès de Thérèse. Elle a essayé d'assassiner son mari. Au fur et à messure, elle se rappelle comment elle en est arriver là. Les hésitations, les espoirs, les trahisons. Les espoirs déçus surtout. C'est un personnage complexe. Complexe et attachant comme beaucoup des personnages de Mauriac. Peut-être tout simplement humain. Avec ses forces et ses failles. Ce livre m'a beaucoup marqué et j'y repense encore maintenant. Je vais d'ailleurs m'attaquer bientôt à la suite.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edelwe - dans Drame
commenter cet article

commentaires

nelly pintaud 10/03/2009 12:24

Allez voir la vidéo François Mauriac deux livres pour redécouvrir l'écrivain Bordelais sur culturebox.com ou bien à l'adresse suivante :
http://culturebox.france3.fr/Litt%E9rature/8488/Fran%E7ois_Mauriac%2C_deux_livres_pour_red%E9couvrir_l%27%E9crivain_bordelais

Edelwe 10/03/2009 17:20



Merci pour l'info.