Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'y participe...

Challenge (depuis le 1er janvier 2011)

  • Challenge Pierre Bottero 4/3 ! (qui se poursuit sans limite de temps!)

SWAPS



Prix littéraires

Recherche

Mon Poutou

Archives

Challenge Pierre Bottero

Challenge-Pierre-Bottero.png

 

Challenge Pierre Bottero : bilan et prolongation 

 

N'hésitez pas à participer!

Neutre en carbone

bonial – prospectus et catalogues en ligne pour moins de papier

25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 12:04

  Ce livre est assez difficile à raconter. En fait, il n'y a pas vraiment d'histoire. Ce qui est intéressant,  c'est l'écriture : imprévisible, drôle, surréaliste (selon le sens littéraire du terme). Cela ressemble à du Breton, à du Prévert, mais ça n'en est pas. Chevillard est unique. Il a un rythme, une verve, une ingéniosité qu'il ne soit à personne. Seulement à lui-même. Et c'est ça qui est fantastique. Au premier abord, on est un peu perdu, puis peu à peu on se laisse porter. Nulle besoin de se tordre les méninges, ça vient tout seul. On flotte sur une marée d'idées, de non-sens.
Vraiment réjouissant. On a l'impression de découvrir vraiment quelque chose de nouveau. Il ne faut donc pas hésiter à se laisser enchanter par cet auteur. A essayer au moins une fois pour voir par soi-même!

                  Pour découvrir les premières pages, cliquez sur l'image.


Du même auteur :

  • PALAFOX : tout aussi réjouissant dans l'écriture ! L'histoire est aussi plus facile à suivre. Mais pas vraiment plus facile à raconter. Disons que c'est un animal qui arrive dans une famille et qui va tout chambouler. Son nom : Palafox.

Un petit extrait : « Certes, à première vue, tout laisse à penser que Palafox est un poussin, un simple poussin puisque son œuf vole en éclats, un autruchon comme il en éclôt chaque jour de par le monde, haut sur pattes et le cou démesuré, un girafon très ordinaire, au pelage jaune tacheté de brun, un de ces léopards silencieux et redoutables, volontiers mangeurs d'hommes, un requin bleu comme tous les requins bleus, assoiffé de sang, en somme un moustique agaçant de plus, avec sa trompe si caractéristique, un éléphanteau banal, mais bientôt on se prend à en douter. Palafox coasse. Palafox nous lèche le visage et les mains. Alors nos certitudes vacillent. Penchons-nous sur Palafox. »

  • DEMOLIR NISARD : A conseiller à tous ceux qui sont allergiques à un certains types de critiques littéraires. Vous savez, les compassés, les sûrs-d'eux-à-100%. Ceux qui considèrent que le style est immuable et la littérature aussi. Tel est (selon Chevillard) Désiré Nisard, critique du 19ème. Et son personnage n'aura de cesse de le démolir, de le réduire à rien, de le faire disparaître. Par tous les moyans... La fin du livre est particulièrement réussit et éclaire le livre d'un point de vue très intéressant : comment anéantir son ennemi (surtout si celui-ci a déjà passé l'arme à gauche)? Je vous laisse découvrir la réponse de Chevillard.

Partager cet article

Repost0

commentaires